Le 21 juin, jour le plus long de l’annĂ©e, est une date hautement symbolique, porteuse de valeurs fondamentales des peuples et de leurs sociĂ©tĂ©s.

Dans notre passĂ© multimillĂ©naire, l’arrivĂ©e de l’étĂ© a toujours Ă©tĂ© saluĂ©e par un hymne au Soleil, incarnation de la vie et de l’explosion de la Nature. Ce jour-lĂ  des feux immenses sont allumĂ©s de villages en villages. Les jeunes hommes rivalisent de courage en sautant par-dessus les brasiers pour impressionner les jeunes filles en fleur. Jour des choix amoureux, jour oĂč la vie resplendit, jour du triomphe des valeurs paĂŻennes qui unissent l’Homme Ă  la Nature dans un grand Tout, sous les rayons du Soleil Ă©ternel Ă  son apogĂ©e. C’est le Solstice d’étĂ©, jour oĂč l’individu affirme sa soumission Ă  la grande loi de nature, jour oĂč l’homme n’est rien sans le clan auquel il appartient.

Feu de solstice d'été.

Feu de solstice d’Ă©tĂ©.

Le christianisme, dans sa lutte farouche et sanglante contre les valeurs paĂŻennes, ne peut faire autrement – comme pour toutes les cĂ©rĂ©monies naturelles d’ailleurs – que de rĂ©cupĂ©rer les fĂȘtes du Solstice pour les transformer en fĂȘtes de la Saint Jean, en conservant les mĂȘmes rituels, mais pour cĂ©lĂ©brer et imposer le Dieu unique venu d’ailleurs, Ă  travers des processions derriĂšre la croix chrĂ©tienne qui vient de remplacer la roue solaire. Autre civilisation, autres valeurs. L’homme dĂ©pend de Dieu Ă  travers l’Église, les valeurs spirituelles se sĂ©parent des valeurs temporelles, deux citĂ©s cohabitent : la citĂ© des hommes et la citĂ© de Dieu. L’homme commence son Ă©mancipation de la CitĂ© par sa soumission au seul Dieu unique et par son mĂ©pris progressif de l’ordre naturel et de son clan, de son peuple, dont les impĂ©ratifs passent au second plan. Le symbole de la vie en mouvement incarnĂ©e par la course perpĂ©tuelle du Soleil est remplacĂ© par la dĂ©votion Ă  un Dieu figĂ© devenu un espoir de vie meilleure dans l’Au-delĂ .

La modernitĂ© va transformer le moment sacrĂ© du 21 juin en l’adaptant aux impĂ©ratifs de la nouvelle religion de l’individualisme triomphant, rejetant tout lien avec la Nature et avec Dieu, et consacrant les seules valeurs de son idĂ©ologie : le rejet de tout lien avec quelque sorte de puissance contraignante, puisque l’Homme est devenu la seule mesure de lui-mĂȘme. Sorte d’hymne aux vellĂ©itĂ©s individuelles, symbole de leur autonomie dĂ©bridĂ©e, la fĂȘte de la musique contemporaine flatte l’illusion de la libertĂ© contenue dans les chimĂšres mortifĂšres de l’individualisme. Cette libertĂ© totale annoncĂ©e pour ce jour-lĂ  est celle de la beuverie qui fait oublier que l’individualisme n’est qu’une solitude de l’homme. Solitude terrible d’une libertĂ© perdue.

C’est aussi le jour de s’interroger sur la nature de la seule libertĂ© porteuse de la vie. Celle allouĂ©e par les lois naturelles qui transcendent la primautĂ© de la communautĂ© sur les intĂ©rĂȘts individuels. La fĂȘte de la musique, au contraire, diffuse l’idĂ©ologie de la mixitĂ©, du mĂ©tissage, du mondialisme, de l’accueil cosmopolite, notions qui seraient incarnĂ©es par les vertus de « gĂ©nĂ©rosité » de la musique, en plus de mettre en avant de prĂ©tendues qualitĂ©s devenues suprĂȘmes, purement individuelles. Jack Lang, fondateur idĂ©ologique de la « fĂȘte de la musique » ne s’est d’ailleurs jamais cachĂ© de ses intentions rĂ©elles, dĂ©clarant mĂȘme le « devoir de mĂ©tissage », la honte d’ĂȘtre blanc, le reniement des valeurs millĂ©naires europĂ©ennes, mis en scĂšne dans « sa » fĂȘte de la musique manipulatrice.

De la fĂȘte du Soleil, symbole de vie de la Nature dont l’homme n’est qu’un Ă©lĂ©ment, on est passĂ© Ă  celle d’un Dieu incarnĂ© dans l’homme et dissociĂ© du pouvoir temporel. Puis enfin Ă  une mascarade de la modernitĂ© individualiste autour du dieu musical, emblĂšme de toutes les mixitĂ©s et de tous les renoncements Ă  l’identitĂ© des peuples et Ă  leurs valeurs vitales fondamentales.

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99

A propos de l'auteur

Richard Dessens

Enseignant pendant plusieurs annĂ©es dans une Ă©cole prĂ©paratoire aux concours d’entrĂ©e aux IEP et Écoles de journalisme, Richard Dessens crĂ©e et dirige parallĂšlement une troupe de thĂ©Ăątre dans la rĂ©gion de Montpellier. Docteur en droit, DEA de philosophie et licenciĂ© en histoire, il est l’auteur d’ouvrages de philosophie et d’histoire des idĂ©es politiques, de relations internationale. Il a entres autres livres publiĂ© aux Ă©ditions Dualpha "Henri Rochefort ou la vĂ©ritable libertĂ© de la presse", "La dĂ©mocratie interdite" et "Histoire et formation de la pensĂ©e politique".

Articles similaires