C’est un des livres les plus attendus de la rentrĂ©e qui sort ce jeudi 21 septembre. Le diable du ciel, nouveau roman de Laurent Obertone, publiĂ© aux Ă©ditions Ring, propose son lot de rĂ©vĂ©lations sur le crash de la Germanwings, survenu le 24 mars 2015.

En voici la prĂ©sentation de l’éditeur :

Attachez vos ceintures. 
Entrez dans la boĂźte noire du vol sans retour de la Germanwings

Le 24 mars 2015, un enquĂȘteur du BEA doit comprendre ce qui s’est passĂ© lors du vol 9525 de la Germanwings en partance de Barcelone et Ă  destination de DĂŒsseldorf. AprĂšs avoir entamĂ© une descente non autorisĂ©e, l’Airbus allemand ne rĂ©pond plus au contrĂŽle aĂ©rien, plonge sous les nuages et se pulvĂ©rise contre les Alpes sur un angle sĂ©vĂšre, au bout d’une trajectoire tendue, Ă  trĂšs haute vitesse. L’absorption du choc par l’avion et ses occupants a Ă©tĂ© maximale. Une force cinĂ©tique d’un milliard de joules. Nul n’a survĂ©cu. Dans un roman oppressant comme la carlingue d’un appareil plongeant vers la mort, l’enquĂȘteur part Ă  la dĂ©couverte de la personnalitĂ© complexe de l’homme passĂ© sous les radars des psychiatres allemands et qui a prĂ©cipitĂ© cent-quarante-neuf innocents dans une chute verticale de dix kilomĂštres. Il retranscrit les minutes du drame et Ă©tablit le dĂ©roulĂ© exact des faits, du dĂ©but du vol jusqu’à l’impact de l’avion qui vient de devenir le centre du monde. 

Plongez dans un thriller crĂ©pusculaire inoubliable, Ă  38 000 pieds d’altitude, Ă  la merci d’une intensitĂ© dramatique et d’une Ă©criture d’acier qui placent Le Diable du Ciel au firmament des romans catastrophes. 

MaĂźtre incontestĂ© du rĂ©cit criminel, Laurent Obertone rĂ©vĂšle pour la premiĂšre fois l’intĂ©gralitĂ© du dossier d’enquĂȘte, livre un vĂ©ritable missile littĂ©raire, arrache le lecteur du sol et l’entraĂźne dans l’histoire rĂ©elle et intime du monstre de soixante-cinq tonnes lancĂ© par un homme enfermĂ© dans sa tĂȘte et son cockpit. Et qui fonce sur la montagne. 

Bienvenue Ă  bord du vol 9525 de la Germanwings.

Laurent Obertone – qu’on avait quittĂ© avec Guerilla  et qui s’était notamment fait connaitre du grand public avec La France Orange MĂ©canique  – revient ici dans un style dans lequel il excelle : le roman, le rĂ©cit. Car ce « diable du ciel » n’est pas sans rappeler – toute thĂ©matique mise Ă  part – son « Utoya » qui plongeait de façon glaçante et brillante (son meilleur ouvrage Ă  ce jour sans doute) dans la peau du tueur Anders Breivik.

Il s’agit d’un gros travail de journaliste effectuĂ© par Laurent Obertone, qui a, pour Ă©crire son livre, dĂ©pouillĂ© et retranscrit avec sĂ©rieux les rapports, les archives mĂ©dicales, les notes de police
 le tout pour nous plonger dans la tĂȘte d’Andreas Lubitz, le pilote auteur du crash.

L’auteur retranscrit dans une atmosphĂšre pesante, du dĂ©but du vol jusqu’au crash, en Ă©tablissant le dĂ©roulĂ© exact des faits. On ne spoilera pas ici, mais il y a des choses qui, jusqu’ici, n’étaient pas connues du grand public, ce qui suscitera encore plus l’intĂ©rĂȘt du lecteur. Mais aussi des interprĂ©tations d’Obertone, qu’il n’a pas la prĂ©tention de dĂ©finir comme Ă©tant l’unique vĂ©ritĂ©.

Sortant de la sphĂšre politique avec « Le diable du ciel », Laurent Obertone parvient Ă  se renouveler, annĂ©e aprĂšs annĂ©e, en envoyant son lectorat sur des thĂ©matiques trĂšs diffĂ©rentes les unes des autres, avec toutefois la volontĂ© de faire du livre choc (« quel genre ? Genre du livre choc  »).

C’est en tout cas dans ce style littĂ©raire qu’il semble s’épanouir le mieux , et cet ouvrage en appelle, espĂ©rons le, d’autres Ă  venir rapidement.

Le diable du ciel – Laurent Obertone – Editions ring – 18 euros.

Article paru sur le site Breizh Info.

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

A propos de l'auteur

Euro Libertes

EuroLIbertés est le site de la réinformation européenne.

Articles similaires