Quand on fustige la République anthropophage dite « française », on est en fait porté par le même amour de la France et de l’Europe que les dissidents soviétiques naguère poussés par cette soif de renaissance propres aux peuples de l’Eurasie luttant contre le socialisme meurtrier de l’URSS.

Voilà pourquoi abattre l’héritier direct de Sarkozy-Hollande, ce gouvernement de Macron avec ses maîtres cosmopolites, est l’expression ultime d’une certaine charité envers les Français et les autres nations de l’Occident ployant sous le joug de la communauté prétendument « européenne ».

Or, cette enclave de libertés relatives qu’est la Confédération helvétique, mon pays, je la préviens dès maintenant, quelques mois avant que la France de Macron n’implose : premièrement, sortir de la Convention de Schengen et, deuxièmement, casser les accords bilatéraux avec la France voisine, ce pays qui vit dans un état d’urgence permanent, autrement dit dans une quasi-situation de guerre depuis 2015 (un désastre civique qui sera bientôt éternisé par Macron dans le Code pénal).

Des millions de Français poussés à bout par les réformes d’un Macron brisant le Code du travail national et faisant imploser de ce fait l’équilibre économique des pays voisins en toute connaissance de cause submergeront bientôt la Suisse (comme ce fut le cas jadis pendant les guerres 1870-1871, 1914-1918, 1939-1945) si aucune barrière n’est au préalable dressée.

Seulement, cette fois-ci, ce seront des millions d’Africains et d’Asiates, naturalisés par des gouvernements français criminels, qui, majoritairement occuperont la Suisse, faisant valoir leur carte d’identité française !

Il est cependant primordial pour l’esprit européen que ce poumon alpin de l’Europe reste de préférence indemne de la folie de cette Ve République schizophrène ayant élu un président sans qu’il n’ait à présenter de programme précis.

De même, il est vital que la Suisse, au lieu d’accueillir les Afro Asiates, démarre une nouvelle politique d’asile visant à recevoir des réfugiés politiques bien plus authentiques, ces Français de souche persécutés par la république macronienne pour des raisons ethniques et religieuses.

Je présume que la Convention de Genève telle qu’elle définit actuellement les droits des réfugiés politiques pourrait permettre à des milliers de Français de souche d’obtenir le statut de réfugiés politiques en Suisse !

Cette famille française des Pyrénées Orientales par exemple (cliquez ici) pourrait parfaitement obtenir l’asile politique en Suisse car chassée de son domicile non seulement pour ses origines ethniques françaises, mais également en raison de son engagement politique patriotique.

Mieux encore : si cette famille parvient à prouver que les pouvoirs locaux l’avaient consciemment abandonnée à la vengeance d’une communauté ethnique et religieuse alors majoritaire (ce qui ne fut pas sans répercussion sur la santé des deux adultes et l’équilibre psychique des trois enfants en bas âge), l’asile politique en Suisse reviendrait à ces personnes de plein droit, exactement pour les mêmes raisons que celles pour lesquelles naguère j’ai obtenu l’asile politique en France, chassé de l’URSS que je fus par des persécutions antisémites. Je sais donc de quoi je parle.

J’estime par ailleurs que le gouvernement de Macron, et son gourou en particulier, vit dans un écartèlement constant entre sa posture moralisatrice et cette dictature avérée qu’il installe à tous les niveaux en France, raison pour laquelle la Confédération helvétique devrait faire entrer, refusant de se laisser submerger par les crétins d’électeurs cocufiés de Macron qui viendront très bientôt chercher la gamelle dès que la République française aura sombré dans un désastre prévisible, les vrais dissidents idéologiques, ces Français qui, pour la grandeur future de la France et de l’Europe, quittent actuellement la France et exigent d’être déchus de leur nationalité française : un Rivarol à Berlin ou un Savoisien Maistre à Saint-Pétersbourg ont plus servi l’esprit français que la plèbe régicide de braves citoyens qui a submergé Paris le 21 janvier 1793.

Un regard de bon sens ne peut que prévoir la catastrophe économique, politique, démographique mais surtout civilisationnelle qui attend la France actuelle avec ses centaines de zones occupées par des puissances étrangères (cliquez ici).

Commencer par dresser un barrage entre la Suisse et cette Ve République française en état d’urgence permanent et son sordide pouvoir totalitaire n’est que la manifestation du bon sens de tout peuple qui souhaite sa survie en dépit de l’acharnement cosmopolite cherchant à le contaminer par tous les moyens.

Chacun des éléments évoqués où je fustige Macron et ses marionnettistes frappe dans son cœur même ce système haïssant les nations et s’acharnant à tout prix à les métisser.

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertés n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontés aussi dévouées soient elles… Sa promotion, son développement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nécessitent une équipe de collaborateurs compétents et disponibles et donc des ressources financières, même si EuroLibertés n’a pas de vocation commerciale… C’est pourquoi, je lance un appel à nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prêts à nous aider ; il faut dire qu’ils sont très sollicités par les medias institutionnels… et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertés et eux, c’est assez incompatible !… En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertés.