DĂ©cidĂ©ment, la boĂźte de pandore du harcĂšlement sexuel, supposĂ© ou avĂ©rĂ©, ne se referme toujours pas. Pas encore ! DĂ©marrĂ©e avec « l’affaire Weinstein », pas un jour ne passe sans qu’un nouveau « porc » ne soit clouĂ© au pilori de l’Opinion publique : ce week-end, on a appris que le dĂ©putĂ© Peter Pils, un des cofondateurs des Verts en Autriche, aurait tripotĂ© une dame en
 2013, ayant un peu trop bĂ» ce jour-là !

Yvonne De Gaulle surnommée « Tante Yvonne ».

Yvonne De Gaulle surnommée « Tante Yvonne ».

On peut certes interprĂ©ter ce dĂ©ballage peu ragoĂ»tant de diffĂ©rentes façons en attendant, sans doute, que l’on s’en lasse comme de tout : notre Ă©poque est grande consommatrice de nouveautĂ©s tous azimuts et le citoyen-consommateur zappe dĂ©sormais les scandales aussi aisĂ©ment que les chaĂźnes de son poste de tĂ©lĂ©vision


Constatons que les idoles politiques ou mĂ©diatiques d’hier sont les victimes privilĂ©giĂ©es de ces dĂ©nonciations, illustrant l’adage vieux comme la Rome antique que la Roche TarpĂ©ienne est toujours aussi proche du Capitole, qu’elle que soit l’époque
 Tout change pour que rien ne change, toujours et encore !

Autre constat, celui de notre Ă©poque oĂč la procĂ©dure est reine : Ă  chaque nouvelle accusation, une plainte pour fausse accusation est bien Ă©videmment annoncĂ©e et comme on peut aisĂ©ment l’imaginer, les avocats spĂ©cialisĂ©s s’en frottent les mains


Quoiqu’il en soit, la « libĂ©ration sexuelle » tant vantĂ©e, honorĂ©e, sinon imposĂ©e par les soixante-huitards semble belle et bien terminĂ©e. Pour une vanne graveleuse ou une main trop baladeuse, un nouvel ordre supposĂ© moral est dĂ©sormais vantĂ©, honorĂ© et
 imposé !

C’est la revanche d’outre-tombe de Tante Yvonne !

(Pour nos lecteurs de moins de 20 ans) : Yvonne De Gaulle, surnommĂ©e « Tante Yvonne », influença son gĂ©nĂ©ral de mari (Charles De Gaulle) en matiĂšre de morale ; elle imposa mĂȘme que l’on tienne Ă  l’Ă©cart des gouvernements les personnes divorcĂ©es ou coupables d’adultĂšre.

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire !Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

A propos de l'auteur

Philippe Randa

Directeur du site EuroLibertĂ©s. Ancien auditeur de l’Institut des Hautes Études de DĂ©fense Nationale, chroniqueur politique, Ă©diteur (Ă©ditions Dualpha, DĂ©terna et L'Æncre) et auteur de plus d’une centaine de livres. SociĂ©taire de l’émission « Bistrot LibertĂ© » sur TVLibertĂ©s, il co-anime avec Roland HĂ©lie l'Ă©mission « SynthĂšse » sur Radio LibertĂ©s tous les jeudi. Ses chroniques politiques sont publiĂ©es chaque annĂ©e en recueil sous le titre : « Chroniques barbares ».

Articles similaires