pontoglio

LĂ©gende du panneau ci-dessus : Pontoglio Pontoi : village de culture occidentale et de profonde tradition chrĂ©tienne. Celui qui n’a pas l’intention de respecter la culture et les traditions locales est invitĂ© Ă  s’en aller

Depuis le 30 novembre dernier, chaque personne arrivant à Pontoglio, une commune de 7 000 habitants (province de Brescia), était accueillie par de singuliers panneaux.

On y lisait : « Village de culture occidentale et de profonde tradition chrĂ©tienne », et dessous, une invitation Ă  se rendre ailleurs pour celui qui ne respecterait pas la culture locale. Cela a valu Ă  la commune 5 000 euros d’amende mĂȘme si, entre-temps, espĂ©rant Ă©viter une condamnation, les autoritĂ©s avaient enlevĂ© les panneaux.

L’ordonnance du tribunal de Brescia dĂ©clare : « Discrimination collective envers les migrants et envers tous ceux qui professent une religion autre que le Christianisme ». Selon le juge, « la tradition chrĂ©tienne ne peut ĂȘtre instrumentalisĂ©e par un organisme public pour empĂȘcher ou influencer le libre exercice des droits constitutionnels de ceux qui ne se reconnaissent pas dans ce substrat culturel. »

La fondation Guido Piccini et l’Association des Ă©tudes juridiques sur l’immigration sont Ă  l’origine de la dĂ©nonciation. « Ces panneaux sont contraires aux dispositions du code de la route et sont discriminatoires » avaient-ils accusĂ© ; ils demandaient Ă©galement leur retrait et qu’on les remplacent par d’autres oĂč il serait Ă©crit : « Soyez les bienvenus quelle que soit votre religion, votre culture, votre origine ethnique, votre condition sociale. »

Mais le juge a dĂ©cidĂ© de condamner la commune Ă  une amende de 5 000 euros. Et dorĂ©navant, Ă  l’entrĂ©e du village, il n’y aura plus qu’un panneau marron oĂč il sera simplement Ă©crit : Pontoglio.

Source en italien. Traduction D. Borer pour Eurolibertés et Lesobservateurs.ch.

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.