La police belge va recevoir un entrainement spécial sur la façon de se comporter avec les musulmans.

Les policiers de Bruxelles devront suivre huit heures de cours intitulĂ©s « Gestion des conflits ou comment Ă©viter toutes difficultĂ©s en nĂ©gociant avec les musulmans » dans le but de mieux comprendre l’islam, a dĂ©clarĂ© un dĂ©putĂ©.

À la suite de cet apprentissage,  les officiers de police devront suivre de nouveau huit heures de cours additionnelles focalisĂ©s sur le djihadisme et les mĂ©thodes de radicalisation.

On enseignera aux policiers une connaissance succincte de l’islam ainsi que l’histoire de l’immigration belge de 1960 Ă  nos jours.

Les policiers recevront une vue d’ensemble sur les diffĂ©rentes communautĂ©s musulmanes vivant en Belgique et Ă  savoir diffĂ©rencier religion et culture.

Des jeux de rĂŽle feront partie des cours d’enseignement pour donner un aspect moins thĂ©orique et plus pratique.

Le premier groupe d’officiers de police commencera leur cours d’enseignement comportemental islamique en fĂ©vrier.

Annemie Maes, dĂ©putĂ©e bruxelloise et membre du conseil de police local a dĂ©clarĂ© que les forces de police de la capitale belge ont eux mĂȘme demandĂ© cette formation dans le but « d’Ă©tablir des relations mutuelles respectueuses et non rĂ©ductrices. »

Elle a rajoutĂ© : « La police croit sincĂšrement que dans une ville aussi multiculturelle que Bruxelles, une connaissance basique de l’islam est essentielle. »

Le quartier de Molenbeeck est devenu au fil des annĂ©es la capitale du djihadisme d’Europe.

La Belgique dĂ©nombre en proportion plus de nationaux combattant aux cĂŽtĂ©s des forces djihadistes que n’importe quel autre pays en Europe.

Traduction du Daily Express.

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.