L’épouse de mon parrain qui ne manquait pas d’arguments pour discrĂ©diter tout ce qui Ă©tait antĂ©rieur Ă  juillet 1789, adressait Ă  ses opiniĂątres contradicteurs un ultime missile pour disperser Ă  jamais leurs cendres rĂ©actionnaires dans l’univers radieux des lendemains qui chantent : « Sous Louis XIV, votre prĂ©tendu Roi Soleil, il n’y avait mĂȘme pas l’électricitĂ© pour illuminer la galerie des Glaces, alors ! »

Comment rĂ©sister Ă  pareille dĂ©monstration ? Et d’achever les malheureux par un impĂ©rieux : « Nous ne sommes plus au Moyen Âge ! »

Aujourd’hui, ironie du progrĂšs en marche, et grĂące aux rĂ©formes successives de l’Éducation Nationale, le collĂ©gien lambda « n’entraverait quasiment que pouic » des propos de cette vieille peau, ignorant tout de l’histoire de cet Ăąge Ă  ses yeux « trĂšs moyen », de « Louis Machin » et de ses marchands versaillais de granitĂ©s et autres barres glacĂ©es.

La conjointe de mon parrain qui avait frĂ©quentĂ© assidĂ»ment les « mĂ©tinges » et universitĂ©s populaires d’un Front qui l’était tout autant, usait et abusait d’un autre argument massue pour enrayer toute contre-attaque de l’adversaire rĂ©putĂ© rĂ©actionnaire : « Il a fallu attendre 1884 et la loi Waldeck Rousseau pour que les salariĂ©s honteusement exploitĂ©s puissent se syndiquer pour se dĂ©fendre. »

Bien évidemment, elle ignorait tout de la loi Le Chapelier de 1791 interdisant les corporations des métiers au plus grand profit des bourgeois incubateurs du prolétariat industriel du XIXe siÚcle.

Notre collĂ©gien lambda s’étonnerait qu’on puisse encore se rĂ©fĂ©rer Ă  un chapelier quelconque alors qu’on ne porte plus que des casquettes de marque (Nike a d’ailleurs sa prĂ©fĂ©rence, sachez-le Ă  toutes fins utiles). Lui expliquer que l’une des premiĂšres chartes de corporation de mĂ©tier date de 1160 sous le rĂšgne de Louis VII – et qu’elle consacrait notamment les droits du compagnon ouvrier – le laisserait aussi froid qu’une planĂšte surgelĂ©e de Star Wars, lui qui est persuadĂ© que Myriam El Khomri est une danseuse orientale, que Mailly est une marque de moutarde et autres condiments, que Martinez est un footballeur, que la CGT est une compagnie du gaz, et que « La fĂȘte de L’Huma » est aussi ringarde que « Les Vieilles charrues » ou « le Printemps de Bourges ».

Pauvre Najat ! VoilĂ  oĂč conduisent les rĂ©formes des pĂ©dagogistes qui, aux yeux des jeunes disciples des Ă©tablissements des zones d’éducation prioritaire, ne sont jamais que des vieux cons.

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.