Au Canada, la rĂ©cente dĂ©confiture de La Presse, ancien fer de lance de l’empire mĂ©diatique du trĂšs libĂ©ral clan Desmarais, l’a prouvĂ©, les mĂ©dias traditionnels sont en dĂ©route, surclassĂ©s par les sites d’information et les sites de rĂ©information qui prĂ©sentent des faits et opinions que les mĂ©dias de masse prĂ©fĂšrent Ă©viter au nom de la rectitude politique. La transformation de l’ancien grand quotidien en organisme Ă  but non lucratif est un signe de ce qui attend les autres « grands » mĂ©dias, Le Soleil, de la mĂȘme famille politique, battant Ă©galement de l’aile.le-soleil

Consciente que son pouvoir mĂ©diatique s’effrite, « l’élite » panique, sachant que le contrĂŽle de l’information est primordial pour garder le Pouvoir dans une dĂ©mocratie comme la nĂŽtre. Quiconque domine le discours public dĂ©cide des enjeux discutĂ©s et des points de vue lĂ©gitimes, devenant ainsi le seul protagoniste, l’arbitre et le juge dans ce que certains osent encore appeler les « dĂ©bats de sociĂ©té ».

L’Internet a brisĂ© le monopole de ces mĂ©dias et a permis une dĂ©mocratisation de la libertĂ© d’expression. Plus besoin de presses Ă  papier, d’encre et de rouleaux de papier pour se faire entendre, quiconque a un message Ă  passer, peut se servir d’un clavier pour diffuser sa pensĂ©e.

Avec peu de moyens financiers, les sites de rĂ©information sont parvenus Ă  offrir une alternative crĂ©dible et, via les rĂ©seaux sociaux, leur expansion a Ă©tĂ© fulgurante. Ça, l’élite le rĂ©alise bien et si, par le passĂ©, elle a tentĂ© de couper l’herbe sous le pied Ă  ces sites en les prĂ©sentant comme des sites marginaux et loufoques, elle est consciente que cette stratĂ©gie n’a pas fonctionnĂ©. C’est pourquoi elle se tourne dĂ©sormais vers des moyens plus directs comme la censure des « fake news ».

Le terme « fake news » est devenu omniprĂ©sent et a pĂ©nĂ©trĂ© le langage populaire en trĂšs peu de temps. Seulement, si pour le commun des mortels, les « fake news » reprĂ©sentent des informations objectivement fausses, ce n’est pas ce que les censeurs modernes entendent par ce terme.

Pour l’élite, Ă©tablir un lien de corrĂ©lation entre immigration et crime relĂšve d’un « fake news », malgrĂ© le lien statistique indĂ©niable, alors que d’avoir accusĂ© Saddam Hussein d’avoir cachĂ© des armes de destruction massive relĂšve de l’erreur pieuse.

On le comprend, ce qui fait le « fake news », ce n’est pas la vĂ©racitĂ© des faits, mais bien l’intention de l’auteur. Si un dissident Ă©met une vĂ©ritĂ©, elle relĂšve automatiquement de la « fausse nouvelle », alors que si un mĂ©dia du systĂšme Ă©met une contre-vĂ©ritĂ©, il s’agit tout au mieux d’une erreur de bonne foi.

La publication de fausses nouvelles n’est certainement pas nouvelle dans les mĂ©dias de masse, comme le rĂ©vĂ©lait Jean Madiran, ancien directeur du quotidien PrĂ©sent, dans Le Monde et ses faux, un ouvrage qui dĂ©cortiquait de nombreux mensonges du « grand journal de rĂ©fĂ©rence ».

L’émission de TV LibertĂ©s I-MĂ©dia animĂ©e par Jean-Yves Le Gallou dĂ©montre que, bien souvent, les « fake news » tirent leur origine des mĂ©dias considĂ©rĂ©s comme respectables, qui n’ont aucun problĂšme Ă©thique Ă  faire de la dĂ©sinformation.

Toujours est-il qu’au Canada il n’y a pas encore de lĂ©gislation comme en France pour faire taire la dissidence. Certes, il y avait une loi sur les fausses nouvelles, invoquĂ©e en 1985 contre le nĂ©gationniste Ernst Zundel, mais celle-ci fut jugĂ©e inconstitutionnelle et n’a plus force de loi.

Facebook a dĂ©cidĂ© de s’attaquer lui-mĂȘme au problĂšme et a lancĂ© un programme visant Ă  enrayer la propagation de fausses nouvelles sur son rĂ©seau canadien. Les fausses nouvelles seront ainsi ciblĂ©es comme telles et « les pages Facebook qui partagent constamment de fausses nouvelles seront moins visibles dans le fil d’actualitĂ© des utilisateurs. »

Le but est que ce systÚme soit rodé avant les élections fédérales de 2019. Parions que les évocations des différents scandales avérés de corruption impliquant des Libéraux risquent de se retrouver dans la catégorie des « fake news ».

Plusieurs commentateurs des grands mĂ©dias ont soulignĂ© que si Trump avait Ă©tĂ© Ă©lu, c’était en partie Ă  cause de la propagation de « fake news ». On comprend donc bien l’objectif d’une telle dĂ©marche !

Qui sera juge ? Qui dĂ©cidera de ce qui est vrai ou non ? Qui dira ce que l’on peut ou ne peut pas penser ? Une Ă©quipe de l’Agence France Presse, cette agence dont le journaliste et Ă©diteur Jean Robin soulignait toutes les ratĂ©es dans son Livre noir de l’AFP. C’est donc l’AFP qui aura le monopole de la vĂ©ritĂ© sur les rĂ©seaux sociaux canadiens dans le futur !

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99

A propos de l'auteur

RĂ©mi Tremblay

RĂ©mi Tremblay, Ă©diteur du Harfang, porte-parole de la FĂ©dĂ©ration des QuĂ©bĂ©cois de souche, collaborateur Ă  plusieurs journaux (PrĂ©sent, Livr’Arbitres, Council of Euro-Canadians et Alternative Right) ; il a dĂ©jĂ  publiĂ© le livre "Les Acadiens : du Grand DĂ©rangement au Grand Remplacement" et "Le Canada français, de Jacques Cartier au gĂ©nocide tranquille" (avec Jean-Claude Rolinat) aux Ă©ditions Dualpha. Il est le correspondant d'EuroLibertĂ©s au Canada.

Articles similaires