Qu’on le veuille ou non, nous sommes en pĂ©riode prĂ©Ă©lectorale. De ce fait, moins de dix jours aprĂšs la nouvelle tuerie islamique, celle de Nice, une obscure « secrĂ©tairesse » d’État annonce le dĂ©blocage imminent des fonds pour indemniser les victimes du dernier attentat. Et cela pose deux sĂ©ries de questions.

En quoi l’État, soit l’ensemble des contribuables, devrait-il rĂ©gler la facture des soins aux blessĂ©s, de l’inhumation des morts en plus d’un Ă©ventuel secours aux veuves et orphelins et, pourquoi pas, en sus du classique pretium doloris ? Les assureurs sont lĂ  pour le faire
 Ah ! Il paraĂźt qu’en cas d’attentat, il n’y a plus personne ! Curieux, en notre Ă©poque oĂč les attentats sont plus frĂ©quents que les bonnes nouvelles Ă©conomiques !

Donc, les contribuables vont servir de vache Ă  lait, pour dĂ©frayer les victimes des djihadistes, tueurs d’innocents, assassins de touristes et de promeneurs. Pourtant, il existe Ă  l’évidence une autre solution.

Nous sommes riches de 6 millions d’immigrĂ©s musulmans adultes qui, s’ils sont en France, y travaillent, du moins en principe, puisqu’on les a fait venir pour cela ! Les roitelets et milliardaires saoudiens, qataris, maghrĂ©bins (notamment ceux du trafic de haschich) possĂšdent quantitĂ© d’immeubles luxueux et de sociĂ©tĂ©s implantĂ©es en France.

La solution est donc Ă©vidente : que les musulmans financent les dĂ©gĂąts occasionnĂ©s par ceux de leurs frĂšres qui sont des fruits pourris. Les ulĂ©mas, mollahs, imams, etc. ne cessent de clamer que la Oumma (la communautĂ© musulmane mondiale) forme un tout et que l’islam est une « religion de paix et d’amour ».

On ne leur demande pas de nous aimer, nous autres « sales chiens d’infidĂšles », mais on leur demande de nettoyer les immondices de leurs frĂšres, d’empĂȘcher les rĂ©cidives (il serait bon que, dans leurs mosquĂ©es implantĂ©es sur le sol français, ils cessent la propagande pour le DjihĂąd), enfin qu’ils paient les sinistres, qu’ils indemnisent les victimes des tueurs de leur bord.

On attend donc de nos glorieux « chefs », les Hollande et Valls, qu’ils dĂ©posent dans l’urgence un projet de loi taxant d’un impĂŽt spĂ©cial tous les salaires et revenus des musulmans, tous les biens immobiliers des musulmans, pour alimenter le fonds spĂ©cial d’indemnisation des victimes du fanatisme musulman et rĂ©parer les dĂ©gĂąts commis au nom d’Allah le tout-puissant et, paraĂźt-il, le misĂ©ricordieux.

La Justice l’exige, le bon sens aussi.

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

A propos de l'auteur

Bernard Plouvier

Ancien chef de service hospitalier, spĂ©cialisĂ© en MĂ©de­cine interne.Il est auteur de nombreux livres historiques (L’énigme Roosevelt, faux naĂŻf et vrai machiavel ; La tĂ©nĂ©breuse affaire Dreyfus ; Hitler, une biographie mĂ©dicale et politique ; Dictionnaire de la RĂ©volution française,
) et d'essais (RĂ©flexions sur le Pouvoir. De Nietzsche Ă  la Mondialisation ; Le XXIe siĂšcle ou la tentation cosmopolite ; Le devoir d’insurrection,
). Il a Ă©tĂ© Ă©lu membre de l’AcadĂ©mie des Sciences de New York en mai 1980.

Articles similaires