Il y a 3 ans, quelques journaux africains, dont entre autres, Le Monde Afrique, avaient posĂ©, Ă  juste titre sans doute, la question suivante : Le thĂ©Ăątre français est-il raciste ? Diantre, « le thĂ©Ăątre » ? raciste ?
 cette soudaine suspicion tout de mĂȘme !comediens noirs

Que les Français de base, le petit peuple, les « sans dents » (chers Ă  François Hollande), soient considĂ©rĂ©s comme d’odieux personnages, racistes, xĂ©nophobes, mangeurs d’enfants, prĂ©sentant toutes les tares possibles, on l’avait bien compris et on ne s’en Ă©tonne plus, mais si, Ă  leur tour, les gens de spectacle – bien-pensants s’il en est ! – deviennent Ă©galement racistes, alors lĂ  non ! je vous le demande, oĂč va-t-on ! ?

Revenons en 2015. Luc Bondy, alors directeur du thĂ©Ăątre de l’OdĂ©on, mais Ă©galement metteur en scĂšne, avait pris la libertĂ© de confier le rĂŽle d’Othello Ă  un comĂ©dien blanc, un choix trĂšs largement discutable, convenons-en.

Heureusement, ou malheureusement, suite à la disparition prématurée de Monsieur Bondy, cet Othello blanc ne vit jamais le jour, le projet étant abandonné et remplacé par une reprise de Tartuffe, mais ceci est une autre histoire


S’il semble qu’il existe quelques ambiguĂŻtĂ©s et incertitudes concernant l’origine exacte du cĂ©lĂšbre Maure de Venise, dont on se sait s’il venait du Maghreb ou d’Afrique subsaharienne, il n’y en a aucune s’agissant de Marguerite d’Anjou ou bien encore de Jeanne d’arc qui ont pourtant bel et bien Ă©tĂ© incarnĂ©es rĂ©cemment par des comĂ©diennes
 noires.

Respectivement, Sophie Okonedo pour Marguerite d’Anjou dans la sĂ©rie The Hollow Crown et Condola Rashad pour Jeanne d’arc, actuellement sur scĂšne Ă  Broadway.

Jeanne DarK

Sauf erreur de ma part, je ne crois pas avoir lu dans notre bonne presse subventionnée le moindre frémissement de levée de boucliers.

Il est vrai que la rĂ©Ă©criture permanente et exponentielle de notre patrimoine, de nos contes, de notre histoire, la dĂ©possession des rĂ©fĂ©rences de l’homme blanc, pourtant largement avĂ©rĂ©e, ne fait plus rĂ©agir depuis bien longtemps, tout ce petit monde aux ordres.

Les personnages mythiques, réels ou non, sont insidieusement remodelés à la sauce Soros : tout ce qui est blanc doit disparaßtre rapidement, avec le sourire et sans faire de bruit si possible.

L’histoire europĂ©enne est aujourd’hui piĂ©tinĂ©e par un nouvel empire barbare, sans pitiĂ© et dĂ©vastateur comme purent l’ĂȘtre autrefois les hordes de Huns. Hier, Attila aujourd’hui Attali, la MGM et consorts
 Les uns maniant arcs et chevaux, les autres mensonges en 3D, streaming et 4K. Autres temps autres mƓurs, autres types de morts aussi. En 2018, on tue encore, mais on fabrique surtout du mort vivant en masse, du zombie.

Si l’herbe ne repoussait pas derriĂšre Attila, ne rĂȘvons pas, notre histoire ne repoussera pas davantage derriĂšre ces odieuses manipulations. Tout, absolument tout, est fait pour condamner nos enfants dĂ©jĂ  perdus Ă  une amnĂ©sie totale et dĂ©finitive. La vĂ©ritable histoire ne leur Ă©tant plus enseignĂ©e Ă  l’école.

Le cinĂ©ma dispose aujourd’hui de technologies Ă©poustouflantes, y compris en termes de colorimĂ©trie, mais curieusement, il semble que le noir soit la nouvelle dominante.

Le docteur Knock immortalisĂ© par Jouvet est noir (Omar Sy), le brave chevalier BĂ©vidĂšre (Djimon Housnou), fidĂšle compagnon du roi Arthur, est noir
 MĂȘme Lancelot est noir (Sinqua Walls dans la sĂ©rie Once Upon A Time) ! et la liste est trĂšs loin d’ĂȘtre exhaustive, il suffit de creuser un peu ; attention, nausĂ©e garantie.

Pour ne parler que de Lancelot, il est le personnage idĂ©al pour nos rĂ©visionnistes ; quelques mots suffisent pour comprendre que son histoire offre du pain bĂ©ni Ă  ces progressistes patentĂ©s, l’ardent chevalier y entretient une relation adultĂšre avec GueniĂšvre, il n’en faut pas davantage, c’est plus que parfait, le symbolisme est sans Ă©quivoque : l’humiliation d’un roi blanc dont la femme le trompe avec un homme noir, c’est magnifique, jubilatoire pour nos exterminateurs !

Ce rĂ©visionnisme historique lĂ  est non seulement autorisĂ©, mais bien plus encore encouragĂ©, sans doute le savez-vous, puisqu’on vous l’assĂšne en boucle !

Mettez-vous bien ça en tĂȘte, un footballeur blanc grimĂ© en basketteur noir dans des vestiaires, c’est odieusement raciste ; une Jeanne d’Arc noire, qui va se produire devant des milliers de spectateurs, c’est cool !

Si vous ne l’aviez pas encore compris, le fameux concept « d’appropriation culturelle » dont on nous rebat les oreilles depuis quelques annĂ©es, est unilatĂ©ral, qu’on se le dise !

Bien sĂ»r, comme beaucoup d’entre vous, j’attends maintenant avec impatience qu’un audacieux rĂ©alisateur ose une biographie de Nelson Mandela, incarnĂ© par Mel Gibson, pour le plaisir, simplement pour voir les rĂ©actions du CRAN !

Cette chronique a été diffusée sur Radio Libertés.

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99