Notre jeune, Ă©lĂ©gant et distinguĂ© PrĂ©sident vient d’annoncer, le 9 novembre 2017, la fin prochaine de l’État Islamique (variante : Daech). Est-ce un joli coup mĂ©diatique ? Peut-ĂȘtre, mais Emmanuel Macron n’a pas besoin de ce genre de publicitĂ© tapageuse : s’il conserve ses sponsors – ceux-lĂ  mĂȘmes qui ont assurĂ© Ă  la fois son ascension de mĂ©tĂ©ore et l’implosion de tous les partis politiques de France –, il remontera trĂšs facilement dans les sondages lorsque ce sera nĂ©cessaire, soit avant une grande Ă©chĂ©ance Ă©lectorale.

En rĂ©alitĂ©, il est potentiellement trĂšs dangereux de faire ce type d’annonce, face Ă  un certain public. La guerre est, Ă  l’évidence, perdue en Syrie et au Kurdistan pour les fous furieux du calife Abou Bakr II (dont on ne sait mĂȘme pas s’il est encore en vie). Avec des belligĂ©rants intelligents, M. Macron aurait parfaitement raison de s’exprimer comme il l’a fait : la guerre est finie, on signe un traitĂ© de paix, on exĂ©cute Ă©ventuellement quelques chefs (c’est Ă  la mode depuis 1945) et on reconstruit
 c’est bon pour le Big Business.

Seulement, dans ce cas prĂ©cis, l’on a affaire, non Ă  des gens intelligents, mais Ă  des psychotiques dĂ©lirants, des « fous d’Allah ». Il est infiniment probable qu’un grand nombre d’illuminĂ©s, qui connaissent les sourates coraniques prĂȘchant le DjihĂąd, vont se faire une joie maligne de faire payer leur victoire aux Nations belligĂ©rantes du clan des gagnants.

D’oĂč un risque maximal d’attentats durant les annĂ©es Ă  venir, aux dates jugĂ©es symboliques par les mahomĂ©tans ou, plus simplement, quand la logistique le permettra.

Doit-on raisonner en pure intelligence avec des psychotiques, des pervers, des psychopathes ? AssurĂ©ment pas ! Plus que jamais, il importe de protĂ©ger la Nation française des fous furieux inutilement importĂ©s en mĂȘme temps que les authentiques rĂ©fugiĂ©s politiques ou les migrants pour cause Ă©conomique.

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

A propos de l'auteur

Bernard Plouvier

Ancien chef de service hospitalier, spĂ©cialisĂ© en MĂ©de­cine interne.Il est auteur de nombreux livres historiques (L’énigme Roosevelt, faux naĂŻf et vrai machiavel ; La tĂ©nĂ©breuse affaire Dreyfus ; Hitler, une biographie mĂ©dicale et politique ; Dictionnaire de la RĂ©volution française,
) et d'essais (RĂ©flexions sur le Pouvoir. De Nietzsche Ă  la Mondialisation ; Le XXIe siĂšcle ou la tentation cosmopolite ; Le devoir d’insurrection,
). Il a Ă©tĂ© Ă©lu membre de l’AcadĂ©mie des Sciences de New York en mai 1980.

Articles similaires