Chacun le sait, rares sont les politiciens corrompus ou convaincus de fraude fiscale, d’abus de biens sociaux, de dĂ©lits sexuels, etc. Ă  ĂȘtre condamnĂ©s par la Justice
 symbolisĂ©e par une Dame aveuglĂ©e par un bandeau !

L'isonomie (en grec ancien áŒ°ÏƒÎżÎœÎżÎŒÎŻÎ±, « rĂšgle d'Ă©galitĂ© ») est l'Ă©galitĂ© citoyenne ou politique apparue lors de la marche d'AthĂšnes vers la dĂ©mocratie.

L’isonomie (en grec ancien áŒ°ÏƒÎżÎœÎżÎŒÎŻÎ±, « rĂšgle d’Ă©galitĂ© ») est l’Ă©galitĂ© citoyenne ou politique apparue lors de la marche d’AthĂšnes vers la dĂ©mocratie.

Certes, l’on nous explique la symbolique de cet artifice vestimentaire par l’impartialitĂ© des juges, qui n’ont pas Ă  reconnaĂźtre tel ou tel justiciable qui serait « plus Ă©gal que les autres citoyens ». Et les bonnes gens de s’extasier comme l’on faisait en Chine autrefois, lorsque le juge menait les dĂ©bats en Ă©tant sĂ©parĂ© des justiciables par un rideau.

Dans un monde idĂ©al, avec des humains quasi-parfaits, on pourrait y croire. En rĂ©alitĂ©, cela n’existe pas ou de façon exceptionnelle. On nage en pleine Utopie ; on surfe en Uchronie.

Certes, de loin en loin, un Ă©lu, aussi pourri que les autres, mais dĂ©pourvu d’appui maçonnique ou dans les hautes sphĂšres du pouvoir de l’heure, est jetĂ© en pĂąture au bon peuple. C’est de la prophylaxie sociale : on sacrifie un pion fongible pour sauver cent pourris, mieux protĂ©gĂ©s.

Un peu comme l’on jetait des chrĂ©tiens aux lions sous Marc-AurĂšle, l’Imperator le plus minable du IIe siĂšcle, devenu le chouchou des sujets autosatisfaits pour avoir laissĂ© un Ă©crit fort peu original oĂč, en bon stoĂŻcien, il se congratulait pour avoir rĂ©sistĂ© – une fois n’est pas coutume – Ă  la tentation de reprendre du gĂąteau ou pour avoir fait son devoir – comme le font, depuis la nuit des temps et sans prendre la postĂ©ritĂ© Ă  tĂ©moin, des centaines de millions de bons pĂšres de famille.

En ce siĂšcle, oĂč l’Empire Ă©tait menacĂ© par quantitĂ© de Barbares voulant piller les richesses amassĂ©es par un demi-millĂ©naire de travail intensif des Italiens, Gaulois, IbĂšres, BerbĂšres, riverains du Rhin et du Danube, et on en oublie, on rappelait au bon peuple qu’il fallait adorer l’État divinisĂ©, de façon Ă  mieux le dĂ©fendre.

De nos jours, les EuropĂ©ens occidentaux et scandinaves sont menacĂ©s de façon identique et les nations avilies, aveulies, avachies contemplent bovinement la situation qui se dĂ©grade Ă  rythme accĂ©lĂ©rĂ©. BĂ©ance des frontiĂšres et justice politiquement orientĂ©e, sont deux stigmates officiels de la dĂ©gĂ©nĂ©rescence de l’Occident et cela dure depuis un demi-siĂšcle.

Cela fait trĂšs longtemps que notre Ve RĂ©publique agonise.

Au dĂ©part, les institutions n’étaient pas mauvaises en elles-mĂȘmes, mais la pourriture est venue des hommes et des femmes en situation de dominance : Ă©lus, hauts fonctionnaires, roquets des mĂ©dias, sur fond de Franc-maçonnerie, de lĂąchetĂ©, de lobbying, de corruption et d’électoralisme.

L’Isonomia – l’égalitĂ© de tous les citoyens devant la Loi – est l’un des fondements de la DĂ©mocratie. Une justice sĂ©lective tĂ©moigne toujours d’une dictature, dĂ©clarĂ©e ou non.

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99

A propos de l'auteur

Bernard Plouvier

Ancien chef de service hospitalier, spĂ©cialisĂ© en MĂ©de­cine interne.Il est auteur de nombreux livres historiques (L’énigme Roosevelt, faux naĂŻf et vrai machiavel ; La tĂ©nĂ©breuse affaire Dreyfus ; Hitler, une biographie mĂ©dicale et politique ; Dictionnaire de la RĂ©volution française,
) et d'essais (RĂ©flexions sur le Pouvoir. De Nietzsche Ă  la Mondialisation ; Le XXIe siĂšcle ou la tentation cosmopolite ; Le devoir d’insurrection,
). Il a Ă©tĂ© Ă©lu membre de l’AcadĂ©mie des Sciences de New York en mai 1980.

Articles similaires