Dans le cadre de la politique visant Ă  rĂ©tablir l’égalitĂ© de traitement des hommes et des femmes, la FĂ©dĂ©ration Française de Football a profitĂ© d’un rassemblement des Ă©quipes de France fĂ©minine et masculine, au sein de son Centre technique national de Clairefontaine, pour organiser une prise de repas commune aux deux effectifs.

Football France-Bielorussie

Il est loisible d’imaginer les Ă©changes chaleureux intervenus sur les transferts Ă  venir, la renĂ©gociation des contrats et de leurs clauses particuliĂšres ou libĂ©ratoires, les commissions des agents, le montant des droits d’image
 Peut-ĂȘtre a-t-il mĂȘme Ă©tĂ© question, des objectifs respectifs de chacune des Ă©quipes.

Les images diffusĂ©es Ă  cette occasion tĂ©moignent de la bonne entente entre ces ambassadeurs des deux sexes (voire trois ou quatre, tant il est difficile aujourd’hui d’ĂȘtre plus prĂ©cis). Vous noterez au passage que j’ai prudemment renoncĂ© Ă  utiliser les adjectifs « beau » et « fort » pour les qualifier ; une gaffe est si vite arrivĂ©e.

Rien ne permet de savoir si, le cas Ă©chĂ©ant, une idylle improbable se serait nouĂ©e entre un attaquant et une dĂ©fend
 (dĂ©fenseure, dĂ©fenseuse, dĂ©fenderesse, j’hĂ©site), entre une gardienne et une sentinelle et si le jeu de la sĂ©duction utilisĂ© en la circonstance s’appuyait sur un « 4-4-2 » ou un « 4-3-3 » . On notera simplement que les convives portaient uniformĂ©ment un jogging (restons français) de soirĂ©e fourni gracieusement par l’équipementier mondialement connu « Nikidas » le bien connu bienfaiteur de la main-d’Ɠuvre enfantine asiatique. Petite incidente, cette marque, compte tenu de l’ego hydrocĂ©phalique de ces messieurs, envisagerait de substituer le chapeau melon Ă  leur trop « clivante » casquette.

N’ayant pas Ă©tĂ© conviĂ© Ă  ces innovantes agapes j’ai pu toutefois bĂ©nĂ©ficier d’une information glanĂ©e par SoulciĂ©, le talentueux dessinateur de L’Équipe (dois-je rappeler que c’est dans ce vĂ©nĂ©rable organe de presse que j’ai appris Ă  lire). Au sortir de table il prĂ©tend avoir remarquĂ© un double tacle de la longiligne Wendy Renard et de la blonde EugĂ©nie Le Sommer, tacle glissĂ© sur leurs compagnons de table dont l’enflure de leurs chevilles fragiles n’est plus Ă  souligner : « Ils sont gentils, hein, mais alors qu’est-ce qu’ils sont superficiels
 Ils ne parlent que de coiffure, danse, bijoux, fringues, cosmĂ©tiques, massages et selfies. »

Auraient-elles pour autant omis de souligner l’importance que revĂȘt pour eux cette cuirasse de tatouages qui protĂšge leur susceptibilitĂ© Ă©pidermique. Devant les prĂ©tentions superficielles de cette clientĂšle insatiable, un maĂźtre en la matiĂšre a d’ailleurs laissĂ© tomber un « Manque de peau ! » rĂ©vĂ©lateur.

Quoi qu’il en soit, quel esprit malveillant pourrait dĂšs lors prĂ©tendre que chez nos footballeuses un pois chiche leur tient lieu de cerveau ? Il ne se rĂ©vĂšle pas moins dans leur commentaire, une fine pointe d’ironie sexiste que MarlĂšne, dĂ©sormais informĂ©e, ne manquera pas de sanctionner.

Hou, les vilaines !

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99