Harceler quelqu’un pour le contraindre Ă  accorder des faveurs non dĂ©sirĂ©es, est particuliĂšrement abject. Et que ce soit vieux comme la nuit des temps n’y change rien. Cela doit ĂȘtre condamnĂ© et on ne voit guĂšre quelles circonstances attĂ©nuantes pourraient ĂȘtre invoquĂ©es par les « porcs », selon l’expression du moment.

Cela justifie-t-il toutefois la « semaine inĂ©dite de dĂ©nonciations » (titre d’un article de L’Express), surfant sur le tsunami d’indignations qui a ravagĂ© les rĂ©seaux sociaux aprĂšs la mise en cause d’un producteur hollywoodien dont les frasques duraient depuis des dĂ©cennies sans que personne ne s’en soient jusque-lĂ  Ă©mus ?

En consĂ©quence de quoi, on a assistĂ© Ă  des dĂ©nonciations survenues soudainement Ă  l’encontre d’un ancien membre du Conseil constitutionnel (Pierre Joxe), d’un homme d’affaires et producteur canadien (Gilbert Rozon), d’un islamologue et thĂ©ologien suisse (Tariq Ramadan) ou encore d’un dĂ©putĂ© LREM (Christophe Arend)


Si on n’aime pas ces gens, on peut certes ricaner, mais qui peut ĂȘtre certain que de telles accusations – à l’évidence quasi-impossible Ă  prouver, mais le doute subsistera forcĂ©ment dans les esprits –, ne sera pas portĂ© demain sur quelqu’un d’un autre bord politique, religieux ou mĂ©diatique ?

À chacun donc de considĂ©rer comme il lui plaira cette « libĂ©ration de la parole » comme une semaine de « grande euphorie » Ă  l’instar de la fĂ©ministe Caroline De Haas ou comme un « dĂ©gueulis d’accusations » comme l’a dĂ©noncĂ© pour sa part l’ancienne ministre Christine Boutin


Les victimes qui se sont tues Ă  l’époque, les lĂąches qui savaient et ne sont pas intervenus, ceux qui rampaient hier aux pieds de ce producteur tout-puissant et hurlent aujourd’hui avec la meute mĂ©diatique, comme tous ceux qui espĂšrent tirer quelques profits publicitaires en jouant sur leur supposĂ©e victimisation, toutes et tous me laissent, pour ma part, assez nausĂ©eux


Ignace balance ton porc

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.