Dernier journal « intĂ©gralement catholique » peut-on penser, L’Homme nouveau, en qui je n’ai jamais relevĂ© la moindre outrance, vient, dans son numĂ©ro du 16 septembre, de prendre en compte les positions dĂ©routantes du Pape François. François Foucaud, billettiste aussi mesurĂ© que talentueux, n’hĂ©site pas Ă  dĂ©velopper son propos Ă  partir de ce constat : « Certaines dĂ©clarations du Pape François, qui, bien au-delĂ  de l’Évangile et des “Valeurs non nĂ©gociables”, relĂšvent surtout de la politique, laissent pantois ! »

Avec quelques rares chroniqueurs catholiques restĂ©s fidĂšles Ă  la tradition dĂ©fendue par Jeanne d’Arc, j’ai moi-mĂȘme exprimĂ© des sentiments semblables. Je l’ai fait, selon mon tempĂ©rament polĂ©mique, qui, ayant connu Ă  diverses reprises les prisons de la RĂ©publique laĂŻciste, refuse la complicitĂ© du silence, face Ă  une Ă©glise dont le comportement semble justifier l’interrogation du Christ ; n’est-il pas Ă©crit : « Quand le fils de l’homme reviendra, trouvera-t-il la foi sur la terre ? »

Depuis que Notre-Dame Ă  la Salette a mis durement en cause le personnel ecclĂ©siastique, les visions des personnes mystiques concernant la crise de l’Église catholique se sont multipliĂ©es, et j’en ai fait une recension critique, dans Fils d’homme je t’ai fait sentinelle, (Ă©ditions L’Æncre). Mais toutes mettaient en cause l’entourage papal, et jusqu’à la persĂ©cution finale du Saint-PĂšre, alors qu’aujourd’hui, ce sont les dĂ©clarations du Pape qui sont en cause.

Fils d’homme, je t’ai fait sentinelle d’Alexis Arette, Ă©ditions de L’Æncre, collection « Patrimoine des Religions », 362 pages, 35 euros.

Fils d’homme, je t’ai fait sentinelle d’Alexis Arette, Ă©ditions de L’Æncre, collection « Patrimoine des Religions », 362 pages, 35 euros.

Si Paul VI dĂ©nonçait avec tristesse « les fumĂ©es de Satan qui seraient entrĂ©es dans le temple de Dieu », on se demande aujourd’hui si le Saint-PĂšre ne les aurait pas respirĂ©es. Peut-ĂȘtre faut-il se souvenir du prĂȘtre BarthĂ©lĂ©my Holzhauser (+ 1658) qui, lui prophĂ©tisait, que lors de la persĂ©cution de DioclĂ©tien (303-311) « le Pape Marcellin lui-mĂȘme sacrifia aux idoles, sous la menace  » et il concluait : « Il en sera de mĂȘme Ă  la fin des temps » 

Le mondialisme auquel semble sacrifier notre Pape, n’est-il pas l’idole contemporaine ?

Était-ce la confirmation de cette apostasie, que contenait le troisiĂšme message de Fatima ? Ce qui a Ă©tĂ© publiĂ© par le Vatican en 2002 n’a aucun intĂ©rĂȘt. Mais s’il Ă©tait rĂ©el dans son insignifiance, pourquoi avoir si longtemps diffĂ©rĂ© sa publication ? Tel qu’il a Ă©tĂ© publiĂ©, le message ne fait Ă©tat que de la persĂ©cution finale, qui correspond Ă  la prophĂ©tie de Malachie et Ă  bien d’autres.

Comment, si la version publiĂ©e Ă©tait exacte la Vierge l’aurait-elle voulue « secrĂšte », alors qu’elle ne faisait que rĂ©pĂ©ter ce qui Ă©tait connu ? Et que penser de cette communication Vaticane publiĂ©e dans les annĂ©es soixante : « Bien que l’Église reconnaisse les apparitions de Fatima, elle ne dĂ©sire pas prendre la responsabilitĂ© de garantir la vĂ©racitĂ© des paroles que les pastoureaux disent que la Vierge Marie leur avait adressĂ©es » ?

Autrement dit, il Ă©tait permis de douter, et d’interprĂ©ter le message suivant les consignes du laĂŻcisme ! Tant qu’une minoritĂ© d’évĂȘques, sĂ©niles avant l’ñge ou dĂ©pravĂ©s ou bombardiers ou missionnaires de la Maçonnerie, prenaient parti contre la tradition, ce n’était jamais que des anormaux qui s’exprimaient, et non l’Église !

Aujourd’hui, nous sommes affrontĂ©s Ă  la parole d’un Pape qui a tellement Ă©pousĂ© le Monde, qu’on se demande comment ne serait-il pas du Monde !

Finalement, serions-nous face au Vatican, le petit reste dans le monde sans ĂȘtre du Monde ? Selon Saint Jean, c’est bien cela que demandait Le Christ !

C’est le Cardinal Montini, qui sera un jour Paul VI, qui a averti ce qui attendait les ChrĂ©tiens restĂ©s sur la voie droite. Il Ă©crivait : « Au lieu d’affirmer ses idĂ©es face Ă  celles des autres, on prend celles des autres. C’est le phĂ©nomĂšne inverse de l’apostolat. On ne conquiert pas, on se rend ! La capitulation est voilĂ©e par toute une phrasĂ©ologie. Et les vieux amis restĂ©s sur la voie droite sont considĂ©rĂ©s comme des rĂ©actionnaires  »

Seule, la traduction du dernier mot est mauvaise en ceci que l’on a donnĂ© au sens du mot « rĂ©actionnaire », celui de « rĂ©trograde » !

Et ce Cardinal a pourtant rĂ©ussi Ă  l’imposer Ă  l’opinion. Or, la vie est une rĂ©action permanente contre les forces de mortification. Pour en imager le sens, Jacques Bergier disait : « La rĂ©action ? C’est ce qui fait avancer les fusĂ©es ! »

DÚs lors, un Pape qui ne serait pas réactionnaire face au monde, serait un « antipape ».

Cela ne serait pas nouveau dans l’histoire de l’Église. Le problĂšme, ce sera d’en avoir la certitude. Et je ne suis pas sĂ»r que cela soit donnĂ© aux hommes ! Pour l’instant, il ne nous est donnĂ© dans l’attente du terme restaurateur, que d’en souffrir


À l’ÉvĂȘque de Rome

Saint PĂšre c’est bien sĂ»r : dans le monde oĂč nous sommes

L’esprit mauvais paraüt plus puissant que les hommes,

Il a trompé ceux qui nous tuent de bonne foi,

Car c’est en croyant servir Dieu qu’ils font parfois,

Les abominations dont le diable est comptable !

À ceux-là vous tendez une main secourable,

Car le meurtrier aussi vous voulez le sauver

Du tribunal vengeur qui veut le réprouver !

Aussi accueillez-vous Ă  Saint Pierre de Rome,

La musulmane foi que le crime renomme !

Car votre charité ne peut se limiter,

À ces leçons, que notre histoire peut citer !

Et dùs lors faisant fi d’une indigne prudence

Avez-vous proclamé la sainte tolérance !

On le sait, un chrétien ne peut amalgamer

L’islamisme et l’islam qu’Allah fit proclamer !

L’égorgeur n’est-il pas un frĂšre pitoyable ?

Ce serait impiété que le croire coupable !

Il nous faut l’accueillir, le sachant estropiĂ©,

Lui frictionner la tĂȘte et lui laver les pieds !

Et puis, l’ayant rendu proprement acceptable

DĂ©mocratiquement l’asseoir Ă  notre table,

Lui servir du halal afin qu’il soit celui

Qui s’installant chez nous se sentira chez lui !

Alors, par accident, si sa foi l’illumine,

Descendant dans la rue, s’il viole et assassine,

Disons-nous que l’Église a besoin de martyrs,

Et qu’à la fortifier nous devons consentir !





























Mais Saint Pùre, le sang, s’il sanctifie le temple,

Dieu n’aimerait-il pas que vous donniez l’exemple ?

Pour commander  Fils d’homme, je t’ai fait sentinelle d’Alexis Arette, cliquez ici.

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.