Philosophe belge qui enseigne Ă  l’universitĂ© londonienne de Westminster, Chantal Mouffe vient de publier un essai magistral, indĂ©niable pavĂ© lancĂ© dans la mare du conformisme idĂ©ologique ambiant. L’illusion du consensus (Albin Michel, 2016, 197 p., 17,50 €) est la traduction française d’un ouvrage rĂ©digĂ© en 2005 !

Chantal Mouffe entend dĂ©noncer la conception dominante de la dĂ©mocratie, Ă  savoir l’avĂšnement d’une unanimitĂ© formelle. « Les conflits partisans sont choses du passĂ©, Ă©crit-elle en introduction ; on peut Ă  prĂ©sent atteindre un consensus Ă  travers le dialogue. La mondialisation et l’universalisation de la dĂ©mocratie libĂ©rale donnent tout lieu de croire en un futur cosmopolitique qui apportera paix et prospĂ©ritĂ© et permettra de faire respecter les droits de l’homme partout dans le monde » (pp. 7 – 8).

Cette croyance accentue en réalité la défiance démocratique.

En lectrice avisĂ©e de Carl Schmitt, elle dĂ©plore la rĂ©duction du politique par l’économique, la morale et l’éthique. DĂ©mocrate radicale et inspiratrice du mouvement espagnol Podemos, Chantal Mouffe encourage l’apparition d’un populisme de gauche. Elle entend ainsi « reconnaĂźtre l’impossibilitĂ© d’éradiquer la dimension conflictuelle de la vie sociale qui, loin de saper le projet dĂ©mocratique, permet prĂ©cisĂ©ment de relever les dĂ©fis auxquels la politique dĂ©mocratique est aujourd’hui confrontĂ©e » (p. 11).

Elle s’attaque par consĂ©quent aux thĂšses sociales-dĂ©mocrates rĂ©formistes d’Ulrich Beck et d’Anthony Giddens avant d’affirmer que « tout ordre est politique et fondĂ© sur une certaine forme d’exclusion » (p. 31).

Le quatriĂšme et dernier chapitre concerne les relations internationales. RĂ©servĂ©e Ă  l’égard des thĂ©ories cosmopolitiques pour lesquelles « tout est subordonnĂ© au domaine Ă©conomique et Ă  la souverainetĂ© du marché » (p. 137), Chantal Mouffe qui dĂ©monte avec brio les analyses post-gauchistes sur la « multitude » de Michael Hardt et d’Antonio Negri, prĂ©fĂšre en bonne schmittienne de gauche favoriser « un vĂ©ritable multilatĂ©ralisme [qui] exige l’existence d’une pluralitĂ© de centres de dĂ©cision et une certaine forme d’équilibre – mĂȘme si elle n’est que relative – entre les diffĂ©rentes puissances » (pp. 174 – 175). Une rupture flagrante et apprĂ©ciable dans le consensus mortifĂšre actuel !

Bonjour chez vous !

Cette Chronique hebdomadaire du Village planétaire a été diffusée sur Radio Libertés le 17 mars 2017.

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

A propos de l'auteur

Georges Feltin-Tracol

Georges Feltin-Tracol, Ă©crivain et collaborateur de nombreuses revues (notamment "RĂ©flĂ©chir & Agir") et site internet ; chroniqueur sur "Radio LibertĂ©s". Il se dĂ©signe aussi parfois comme un traditionaliste post-moderne ou un archĂ©o-futuriste. Dernier livre paru : "Pour la troisiĂšme voie solidariste. Une autre approche de la question sociale" (Éd. SynthĂšse)

Articles similaires