Par Nicolas Boileau.

Je me demande si on ne va pas vers un deuxiĂšme tour Macron-Hamon ou mĂȘme Macron-Macron.

Et puisqu’on nous disait que Hollande faisait 4 % de satisfaits et que les insatisfaits Ă©taient si insatisfaits et si nombreux qu’il ne s’est pas reprĂ©sentĂ©, je me demande alors une autre chose : pourquoi nos bons sondĂ©s plĂ©biscitent-ils les candidatures socialistes ?

A-t-on ces attentats ou non ? A-t-on cette diplomatie lamentable ou pas ? A-t-on ces dĂ©ficits exorbitants, et ce million de chĂŽmeurs supplĂ©mentaires ou pas ? Non ; on ne les a pas


D’aprĂšs les sondages, le PS (la gauche libĂ©rĂ©e) fait dĂ©jĂ  50 % au premier tour. Il fera plus si les juges socialistes mettent en prison Marine, Fillon et les autres, mais ils n’en auront pas besoin.

Les sondages du 17 mars sont optimistes : 25 % pour Macron, mais quand mĂȘme 14 % pour l’irrĂ©el Hamon prĂ©sentĂ© subtilement comme l’antisioniste de service (ce qu’il y a de bien avec les socialistes depuis François Mitterrand, c’est qu’ils n’hĂ©sitent pas Ă  nous prendre pour des imbĂ©ciles ; ils y ont mĂȘme pris goĂ»t, mais nous aussi !). Enfin, il y a une dizaine de % pour MĂ©lenchon, le rebelle de service.

On est donc Ă  50 % pour le PS au premier tour. Eh bien ! Je dis bravo Ă  François Hollande et me demande mĂȘme pourquoi il ne se reprĂ©sente pas. Un petit coup vite fait, un vote sympa et un peuple apprenti renvoyĂ© Ă  ses chĂšres Ă©tudes.

Je reconnais que quand j’étais montĂ© Ă  Paris et que j’avais traversĂ© la France, je ne l’avais pas trouvĂ© plus moche qu’à l’accoutumĂ©e. Certains se plaignent et ils sont dans l’erreur. Ils sont peu surtout. Les choses vont bien et les Français approuvent puisqu’ils sont 50 % Ă  voter et re-voter socialiste. Au second tour, ils seront 70 %. Je sais, les sondages sont truquĂ©s : rappelez-vous la claque du FN en 2007.

Pour ĂȘtre sincĂšre, en passant Ă  Paris, j’avais mĂȘme trouvĂ© la presse hostile Ă  Hollande. On ne peut mĂȘme pas l’incriminer, la presse !

Relisons juste LĂ©on Bloy : « Et ce cortĂšge est contemplĂ© par un peuple immense, mais si prodigieusement imbĂ©cile qu’on peut lui casser les dents Ă  coups de maillet et l’émasculer avec des tenailles de forgeur de fer, avant qu’il s’aperçoive seulement qu’il a des maĂźtres, les Ă©pouvantables maĂźtres qu’il tolĂšre et qu’il s’est choisis. »

Ou bien CĂ©line : « Et les Français sont bien contents, parfaitement d’accord, enthousiastes.

Une telle connerie dĂ©passe l’homme. Une hĂ©bĂ©tude si fantastique dĂ©masque un instinct de mort, une pesanteur au charnier, une perversion mutilante que rien ne saurait expliquer sinon que les temps sont venus, que le Diable nous apprĂ©hende, que le Destin s’accomplit. »

Faites confiance aux Français, ils en ont dĂ©sespĂ©rĂ© d’autres que vous, ChĂ©nier, Chateaubriand, Hugo, Leconte, VallĂšs, CĂ©line


Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.