Se rĂ©clamer de « la troisiĂšme voie » ne signifie aucunement un ralliement Ă  la social-dĂ©mocratie de Tony Blair. C’est tout au contraire dans une perspective nationaliste rĂ©volutionnaire et identitaire que s’inscrit l’ouvrage de Georges Feltin-Tracol, Un autre regard sur la question sociale ; Pour la troisiĂšme voie solidariste. Renvoyant dos Ă  dos libĂ©ralisme marchand et socialisme collectiviste – mais en faisant malheureusement l’impasse sur les bonnes analyses anticapitalistes de Marx -, Feltin-Tracol prĂŽne un tercĂ©risme radical. Les expĂ©riences politiques du tercĂ©risme se sont incarnĂ©es ou s’incarnent Ă  l’étranger en AmĂ©rique du Sud dans le pĂ©ronisme ou justicialisme argentin, le socialisme rĂ©volutionnaire bolivien d’Evo Morales, le populisme social d’Hugo Chavez, le solidarisme vĂ©nĂ©zuĂ©lien du « Commandant ZĂ©ro », alias Eden Pastora. S’y ajoutent « la troisiĂšme thĂ©orie universelle » du Lybien Mouammar El-Kadhafi, le solidarisme intĂ©gral de Nasser, le parti national-rĂ©volutionnaire syrien Baas du chrĂ©tien orthodoxe Michel Aflak, l’islamisme chiite iranien de Khomeiny et sunnite turc de Erdogan etc.

En France, le tercĂ©risme ou solidarisme prend corps dans le corporatisme chrĂ©tien issu de la doctrine sociale de l’Église, le gaullisme social, l’associationnisme d’Hyacinthe Dubreuil, le distributisme ou CrĂ©dit social de l’Écossais Clifford Hugh Douglas. Le 11 juillet 1962, de Gaulle affirme : « Il faut trouver une troisiĂšme voie, entre les loups et les moutons [
] La participation et la planification. La participation, parce qu’elle doit associer les travailleurs Ă  la marche de l’entreprise, leur rendre une dignitĂ© que le capitalisme leur enlĂšve, la planification, parce qu’elle permet de corriger les erreurs du marchĂ©, qui est aveugle si on en perd complĂštement le contrĂŽle ». Cette troisiĂšme voie consistant Ă  associer le capital et le travail dans une Ă©conomie dirigĂ©e restera lettre morte dans sa rĂ©alisation. Seuls les gaullistes de gauche s’escrimeront Ă  la dĂ©fendre bec et ongles sans obtenir de rĂ©sultat factuel. La participation Ă  la gestion de l’entreprise, l’intĂ©ressement aux bĂ©nĂ©fices et l’actionnariat populaire restent toutefois des pistes Ă  explorer. Quant Ă  la planification, il ne s’agit Ă©videmment pas d’un calquage sur le modĂšle soviĂ©tique, mais la mise en place d’un État stratĂšge.

Dans le dernier chapitre de son livre, Georges Feltin-Tracol se penche sur le trop mĂ©connu paradigme ergoniste dĂ©fendu par Jacob Sher. De quoi s’agit-il ? « Le modĂšle ergoniste, Ă©crit Sher, ne correspond certes pas Ă  l’exemple allemand de la cogestion. Il s’approcherait plutĂŽt de la sociĂ©tĂ© coopĂ©rative et participative », ou « sociĂ©tĂ© coopĂ©rative ouvriĂšre de production » ou encore « sociĂ©tĂ© coopĂ©rative de travailleurs ».

Et Feltin-Tracol de conclure : « L’ergonisme de Jacob Sher est bien une utopie, mais dans l’acception d’eu-topos, « le lieu du Bon », cet endroit qui attend l’aurore au minuit de l’ultra-libĂ©ralisme (provisoirement) triomphant ».

Pour la troisiĂšme voie solidariste est un ouvrage particuliĂšrement intĂ©ressant – malgrĂ© un certain tribalisme racial de l’auteur – parce qu’il avance des propositions utopiques et concrĂštes sur le plan Ă©conomique et social face au capitalisme prĂ©dateur. Il mĂšne une juste rĂ©flexion sur une matiĂšre que les milieux de droite ont abandonnĂ©e alors qu’elle demeure essentielle. La justice sociale Ă©tant indissociablement liĂ©e Ă  l’identitĂ© nationale.

Pour la troisiĂšme voie solidariste, Un autre regard sur la question sociale de Georges Feltin-Tracol, Éditions SynthĂšse nationale, Collection « IdĂ©es », 170 pages, 20 €. Pour commander ce livre, cliquez ici.

Pour la troisiùme voie solidariste, Un autre regard sur la question sociale de Georges Feltin-Tracol, Éditions Synthùse nationale.

Pour la troisiùme voie solidariste, Un autre regard sur la question sociale de Georges Feltin-Tracol, Éditions Synthùse nationale.

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99