1) Berne, le 26 avril 2016 : la conseillère fédérale socialiste Simonetta Sommaruga, heurtée par l’intervention de l’UDC Roger Köppel, quitte la salle du conseil national suivie par l’ensemble du groupe socialiste.

Madame Sommaruga est la ministre socialiste du Département Fédéral de justice et police. Elle s’occupe entre autres des questions de l’asile, sujet sur lequel elle est très (trop) généreuse. Elle vient de mettre sur pied une nouvelle loi appelée « Révision de la loi sur l’asile » contre laquelle l’UDC a lancé un référendum. Cette loi prévoit d’offrir aux requérants des avocats gratuits et de pouvoir exproprier  (locaux ou terrains) des communes et même des particuliers pour y loger les dits requérants. Le peuple votera sur ce sujet le 5 juin prochain.

D’autre part, à la suite de l’initiative du 9 février 2014 sur l’immigration de masse, acceptée par la majorité des citoyens (et toujours pas mise en œuvre), le Conseil Fédéral avait promis de ne pas étendre la libre circulation des personnes à de nouveaux pays. Promesse non tenue puisqu’en mars 2016, le gouvernement a signé un accord de libre circulation avec Zagreb.

C’est sur ces deux sujets que le conseiller national UDC Roger Köppel, (et rédacteur en chef du journal alémanique Die Weltwoche) s’est exprimé. Il a asséné quelques vérités à Mme Sommaruga, ce qui lui a déplu. Elle a donc quitté la salle, attitude indigne d’une conseillère fédérale. Ce mouvement d’humeur « montre qu’elle n’accepte pas les critiques ; cela signifie qu’elle n’est pas ouverte à la discussion. C’est un signe de faiblesse », comme l’a souligné le conseiller national Hans-Ueli Vogt.

Extrait de l’intervention de M. Köppel  (traduit de l’allemand) : « […] Je sais, Madame Sommaruga que vous n’aimez pas trop quand on appelle les choses par leur nom, quand on dit la vĂ©ritĂ©.

Vous préférez parler de procédure d’approbation des plans au lieu de les appeler expropriations quand vous voulez déposséder des citoyens de leurs maisons et de leurs appartements pour y installer des jeunes requérants de Gambie, de Somalie ou d’Érythrée que vous avez fait venir en tant que requérants d’asile.

Vous êtes allĂ©e contre la Constitution et contre la votation populaire, mais vous prĂ©fĂ©rez la nommer consultation ou exception, au lieu de dire que vous et vos collègues vous ĂŞtes fait extorquer par l’UE avec l’extension de la libre circulation Ă  un nouvel État. […] »

Intervention complète de Roger Köppel ICI avec sous-titres en français.

Editorial de Roger Köppel sur le clash ICI.

 

2) Neuchâtel, le 27 avril 2016 : le Grand Conseil neuchâtelois  a voté majoritairement en faveur de l’éligibilité des étrangers au niveau cantonal, par 65 voix contre 47. L’ensemble de  l’UDC, une partie du PLR et des Verts Libéraux ont voté contre ce projet. La gauche, tous partis confondus, a massivement voté pour. Le peuple votera donc prochainement sur le sujet. Affaire à suivre.