Victoire, dĂ©faite ou espoir ? RĂ©cemment, l’Allemagne a votĂ© sous les yeux angoissĂ©s de toute l’Europe. Car les Ă©lections allemandes ressemblent mĂ©diatiquement aux Ă©lections amĂ©ricaines : elles intĂ©ressent tout le monde tant la puissance de l’Allemagne est dominante en Europe, et influente dans le monde, et tant les USA sont les maĂźtres du monde. C’est l’élection de la PrĂ©sidente-Directrice GĂ©nĂ©rale de la SociĂ©tĂ© Anonyme « Europe » qui Ă©tait en jeu ce dimanche.

Le Bundestag.

Le Bundestag.

À ceci prĂšs que son Conseil d’Administration allemand n’a pas respectĂ© les rĂšgles et l’a Ă©lue du bout des lĂšvres.

Avec 33 % des voix, son aura est en baisse. Comme celle de son ancien coalisĂ©, le SPD qui avec 21 % s’effondre et rejoint l’opposition, mettant La PDG en difficultĂ© pour trouver une majoritĂ©. MĂȘme en s’alliant avec les LibĂ©raux (Ă  10 %), le compte n’y est pas. Que reste-t-il ? Les Verts. Des nĂ©gociations compliquĂ©es s’annoncent et risquent de durer
 Ă  moins que les Allemands soient Ă  nouveau appelĂ©s aux urnes pour mieux voter. Mieux voter signifiant ne plus voter pour l’AfD, le parti « populiste » trublion qui, depuis hier, est brusquement qualifiĂ© de « nĂ©o-nazi » parce qu’il demande la fin de la repentance des crimes du IIIe Reich. C’est vrai que 72 ans, c’est hier.

En outre, la composition de l’électorat de l’AfD exaspĂšre dĂ©jĂ  nos Ă©lites : il vient de l’ancienne Allemagne de l’Est mais aussi des lĂ€nder les plus riches d’Allemagne avec un niveau Ă©conomique supĂ©rieur Ă  la moyenne. VoilĂ  qui vient Ă  l’encontre des clichĂ©s qui prĂ©sentent les Ă©lecteurs « populistes » comme des abrutis et des sous-dĂ©veloppĂ©s intellectuels. C’est peut-ĂȘtre que la prĂ©servation de l’identitĂ©, des valeurs, de l’honneur d’un peuple et l’impact du million d’immigrĂ©s accueillis, sans aucun regret, par Madame Merkel, ont acquis une importance dĂ©terminante dans l’électorat. C’est nouveau.

Avec prĂšs de 13 % des voix et 94 dĂ©putĂ©s, l’AfD rĂ©ussit un score presque inattendu. Mais la dĂ©mocratie allemande est trĂšs mal structurĂ©e. En France, par exemple, championne et mĂšre de la dĂ©mocratie, avec 13 % des voix un parti a 0 dĂ©putĂ©. Avec 25 % aussi d’ailleurs. Il suffit de changer le systĂšme Ă©lectoral et l’Allemagne ne sera plus troublĂ©e par les 13 petits pourcent de l’AfD. Les Allemands sont vraiment naĂŻfs.

D’autant qu’une anecdote, massivement montĂ©e en Ă©pingle par la presse, prĂȘte Ă  rire du point de vue français. La vice-prĂ©sidente de l’AfD, Ă©lue, refuse de siĂ©ger dans le groupe AfD, se mettant en dehors du parti avec lequel elle est d’ailleurs en conflit depuis plusieurs mois. Pudeur effarouchĂ©e devant les positions identitaires et anti-repentance de l’AfD
 On ne peut s’empĂȘcher de faire un parallĂšle avec un autre vice-prĂ©sident, du Front National, Ă©vincĂ© du parti rĂ©cemment. La seule diffĂ©rence est que pour l’une son dĂ©part suit une victoire, quand pour l’autre il suit une dĂ©faite.

Mais sur le fond, et parallĂšlement aux difficultĂ©s de constitution de majoritĂ©, c’est aussi une dĂ©faite pour M. Macron qui, avec la PDG de l’Europe, comptait « rĂ©former » l’UE. En pire. Les marges de manƓuvre de Madame Merkel vont ĂȘtre beaucoup plus rĂ©duites, sans le SPD, avec une potentielle majoritĂ© incertaine et une AfD pressante pouvant fixer les mĂ©contentements. Face, en plus, Ă  un Trump protectionniste et un Brexit, adouci mais toujours ferme, le tableau laisse entrevoir des nuages et des dĂ©cisions complexes.

La France dĂ©pend de l’Allemagne qui est son premier client comme son principal fournisseur. L’alliance politique est aussi la nĂ©cessitĂ© de la rĂ©alitĂ© Ă©conomique. Mais aujourd’hui ne peut-on pas s’attendre Ă  des turbulences en Europe gouvernĂ©e par une Allemagne relativement affaiblie et une France toujours Ă  la traĂźne et Ă  l’avenir politique lui aussi incertain.

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

A propos de l'auteur

Richard Dessens

Enseignant pendant plusieurs annĂ©es dans une Ă©cole prĂ©paratoire aux concours d’entrĂ©e aux IEP et Écoles de journalisme, Richard Dessens crĂ©e et dirige parallĂšlement une troupe de thĂ©Ăątre dans la rĂ©gion de Montpellier. Docteur en droit, DEA de philosophie et licenciĂ© en histoire, il est l’auteur d’ouvrages de philosophie et d’histoire des idĂ©es politiques, de relations internationale. Son dernier livre paru est "Henri Rochefort ou la vĂ©ritable libertĂ© de la presse" aux Ă©ditions Dualpha.

Articles similaires