Le Parlement europĂ©en rĂ©clame 320 000 euros Ă  Jean-Marie Le Pen, soupçonnĂ© d’avoir employĂ© aux frais de l’UE un assistant parlementaire dont il ne peut fournir « la preuve du travail », et a rĂ©duit ses indemnitĂ©s d’eurodĂ©putĂ©, a-t-on appris mercredi de sources concordantes.

« Des mesures ont Ă©tĂ© prises il y a dĂ©jĂ  un moment contre M. Le Pen dans le cadre de l’enquĂȘte sur la politique d’embauche des assistants parlementaires du FN », le parti français d’extrĂȘme droite Front National dont il est l’ex-prĂ©sident, a affirmĂ© Ă  l’AFP un porte-parole du Parlement europĂ©en, confirmant une information de Challenges.

« Mais nous ne pouvons pas entrer dans les détails », a-t-il ajouté.

Une somme de 380 000 euros est Ă©galement rĂ©clamĂ©e, pour des faits similaires, Ă  Bruno Gollnisch, lui aussi dĂ©putĂ© europĂ©en du Front National, a ajoutĂ© une source proche du dossier et « d’autres eurodĂ©putĂ©s FN » devraient suivre.

Le parquet de Paris a ouvert en mars 2015 une enquĂȘte sur les salaires versĂ©s, sur des fonds europĂ©ens, Ă  une vingtaine d’assistants d’élus FN, soupçonnĂ©s d’avoir Ă©tĂ© employĂ©s de maniĂšre fictive au Parlement de Strasbourg.

Le Parlement avait au prĂ©alable saisi l’organisme anti-fraude de l’UE, l’Olaf.

Dans un document que l’AFP s’est procurĂ©, le secrĂ©taire gĂ©nĂ©ral du Parlement, Klaus Welle, rĂ©clame Ă  Jean-Marie Le Pen le remboursement de 320 026,23 euros qui lui auraient Ă©tĂ© « indĂ»ment » versĂ©s pour rĂ©munĂ©rer son assistant parlementaire, Jean-François Jalkh, entre 2009 et 2014.

Car il remarque que M. Jalkh, aujourd’hui dĂ©putĂ© europĂ©en, avait dans le mĂȘme temps Ă©tĂ© employĂ© comme « assistant parlementaire local » ou en tant que « prestataire de service » pour « participer au contrĂŽle des comptes de campagne » du FN.

En outre, Jean-Marie Le Pen « ne fournit ni explication, ni preuve du travail d’assistance parlementaire rĂ©alisĂ© par M. Jalkh. »

« Il n’est pas possible de confirmer la rĂ©gularitĂ© des dĂ©penses remboursĂ©es au titre de l’assistance parlementaire », conclut M. Welle.

Selon l’entourage de Jean-Marie Le Pen, ce dernier s’est vu rĂ©duire de moitiĂ© le montant de son indemnitĂ© de dĂ©putĂ© europĂ©en, qui passe de 6 200 Ă  3 100 euros mensuels nets et la totalitĂ© de son enveloppe de frais gĂ©nĂ©raux de 4 300 euros a Ă©tĂ© supprimĂ©e depuis dĂ©but mai.

Son avocat, Me FrĂ©dĂ©ric Joachim, qui dit avoir formulĂ© des recours « devant le tribunal de premiĂšre instance de l’UE », s’est insurgĂ© auprĂšs de l’AFP contre « le caractĂšre illĂ©gal et injuste de cette dĂ©cision. »

(Sources : AFP)

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.