Le vieux lion n’a pas dit son dernier mot. À 75 ans, il repart pour une nouvelle croisade : «Non Ă  l’adhĂ©sion insidieuse Ă  l’UE».

ue-non

En 2014, il avait quittĂ© le parlement pour pouvoir se concentrer sur son combat concernant la politique europĂ©enne et les votations Ă  venir sur le sujet. Il ne voulait plus « gaspiller son temps au Parlement » car, avait-il dĂ©claré : « J’estime que l’efficacitĂ© du Parlement a fortement baissĂ© suite Ă  une bureaucratisation outranciĂšre ».

C’est grĂące Ă  lui qu’en 1992, les Suisses avaient rejetĂ© l’adhĂ©sion du pays Ă  l’EEE, ce qui rendait automatiquement caduque une demande d’adhĂ©sion Ă  l’UE. A l’Ă©poque, il n’avait pas mĂ©nagĂ© ses efforts en parcourant la Suisse de long en large afin de convaincre ses concitoyens de voter contre l’EEE.

On se souvient qu’au soir de ce vote, on avait parlĂ© d’un dimanche noir pour la Suisse et prĂ©dit la ruine du pays.

« Un pronostic totalement faux comme on peut s’en rendre compte 25 ans plus tard puisque la Suisse est aujourd’hui en meilleure position que les pays de l’UE » [citation de C.B. dans le 20 minutes.ch du 2 aoĂ»t 2016]

MĂȘme si l’adhĂ©sion de la Suisse n’est plus d’actualitĂ©, C. Blocher pense, non sans raison, que beaucoup de politiciens, avec la bĂ©nĂ©diction du Parlement, veulent tout de mĂȘme la rĂ©aliser par des moyens dĂ©tournĂ©s : un accord-cadre sur les 120 accords bilatĂ©raux Suisse/UE qui obligerait la ConfĂ©dĂ©ration Ă  reprendre automatiquement le droit europĂ©en dans tous les domaines touchĂ©s par les accord bilatĂ©raux.

«La Suisse perdrait sa marge de manoeuvre qui lui permet d’adopter des solutions meilleures que celles de l’UE. Nous serions livrĂ©s pieds et poings liĂ©s au dĂ©veloppement du droit de l’UE et nous subirions toutes les crises de l’UE» a dĂ©clarĂ© l’ancien Conseiller fĂ©dĂ©ral.

P.S. Un autre projet est en gestation sur un sujet similaire : «Oui Ă  l’initiative pour l’auto-dĂ©termination»  ou « le droit suisse au lieu de juges Ă©trangers ». La rĂ©colte de signatures a commencé (100000 signatures sont nĂ©cessaires).

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.