Tommy Robinson, le fondateur de l’English Defense League et dĂ©sormais journaliste d’investigation, a Ă©tĂ© arrĂȘtĂ© vendredi 25 mai, accusĂ© de trouble Ă  l’ordre public alors qu’il filmait en dehors d’un tribunal. Le jeune homme de 35 ans se trouvait devant le tribunal de Leeds et avait commencĂ© Ă  diffuser en direct sur sa page Facebook en marge d’une affaire dans laquelle un gang de prĂ©dateurs sexuels pakistanais Ă©tait jugĂ©.

ArrĂȘtĂ© simplement pour avoir filmĂ© en dehors du tribunal, dans la rue, ce dernier est emmenĂ© par les policiers, puis prĂ©sentĂ© rapidement Ă  un juge qui aurait rĂ©voquĂ© une peine de sursis qu’il avait pour le mĂȘme type de dĂ©lit. Il aurait Ă©tĂ© condamnĂ© dans la foulĂ©e Ă  13 mois de prison ferme par la justice anglaise.

« C’est Orwell sous nos yeux », a rĂ©agi une de ses connaissances en France. « Le Royaume-Uni est une dictature, c’est officiel ».

Robinson a Ă©tĂ© prĂ©sentĂ© devant un juge, qui a annulĂ© une peine de 13 mois avec sursis pour outrage au tribunal (en gros il est condamnĂ© Ă  treize mois fermes) laquelle a Ă©tĂ© remise Ă  Robinson pour un reportage antĂ©rieur sur un autre procĂšs d’un gang de violeurs. Son crime ? Avoir tenté de filmer quatre hommes accusĂ©s d’avoir violĂ© une adolescente.

Les autoritĂ©s anglaises poussent ensuite le vice jusqu’à cacher la condamnation et Ă  empĂȘcher, au nom d’un article de loi, tout mĂ©dia britannique d’évoquer cette affaire.

Voyez les images de son arrestation ci-dessous et de son reportage complet :

Le Royaume-Uni vient donc de condamner Ă  la prison un journaliste dissident, en sachant pertinemment qu’il risque la mort dans les prisons anglaises oĂč la tĂȘte de Tommy Robinson est mise Ă  prix, que ce soit par les gangs ou par les islamistes. Regardez cette interview ci-dessous dans laquelle il raconte tout sur les conditions de ses derniers passages en prison :

N’hĂ©sitez pas Ă  manifester massivement votre rĂ©probation, votre inquiĂ©tude, votre demande Ă  l’ambassade d’Angleterre que Tommy Robinson soit relĂąchĂ© au plus vite :

Envoyez une carte postale, ajoutez courriel, commentaire sur twitter, facebook etc, appelez-les pour demander des explications.

Ambassade de Grande Bretagne,

35, rue du Faubourg St Honoré
75383 Paris Cedex 08
France