C’Ă©tait le congrĂšs de tous les dangers, mais fort heureusement la maison socialiste suisse est bien tenue. MĂȘme s’il y a ici ou lĂ  quelques voix discordantes, le prĂ©sident Levrat sait se faire respecter et imposer sa ligne. Suite au recul rĂ©gulier que les camarades subissent depuis de nombreux mois maintenant, une rĂ©flexion de fond s’imposait.

En effet, il devient de plus en plus dur de nier le dĂ©samour qui monte entre le socialisme et le prolĂ©tariat qu’il prĂ©tend dĂ©fendre sans savoir de quoi il s’agit. Les tĂȘtes pensantes ont donc Ă©tĂ© priĂ©es de faire fumer les neurones pour proposer une lutte des classes version 2016, tournant rĂ©solument le dos au dialogue social qui prĂ©vaut depuis des dĂ©cennies dans notre pays et auquel nous devons notre prospĂ©ritĂ©.

Par fainĂ©antise, les stratĂšges Ă  la rose ne sont pas allĂ©s bien loin chercher leur futur. Ils se sont juste contentĂ©s de revisiter le passĂ© français en ressortant les 110 propositions pour la France que François Mitterrand brandissait dans son programme en vue de l’Ă©lection prĂ©sidentielle de 1981. Que disait-il Ă  l’Ă©poque.








60 – Le ComitĂ© d’entreprise disposera de toutes les informations nĂ©cessaires sur la marche de l’entreprise. Pour l’embauche, le licenciement, l’organisation du travail, le plan de formation, les nouvelles techniques de production, il pourra exercer un droit de veto avec recours devant un nouvelle juridiction du travail.

61 – Le comitĂ© d’hygiĂšne et de sĂ©curitĂ© aura le pouvoir d’arrĂȘter un atelier ou un chantier pour des raisons de sĂ©curitĂ©.

62 – La gestion du secteur public sera largement dĂ©centralisĂ©e. Les instances de direction des entreprises seront, soit tripartites (collectivitĂ©s publiques, travailleurs, usagers), soit formĂ©es par la coexistence d’un conseil de gestion Ă©lu par les travailleurs et d’un conseil de surveillance. Les reprĂ©sentants des travailleurs seront Ă©lus directement à la proportionnelle et à la plus forte moyenne. Des conseils d’unitĂ© et d’atelier Ă©lus par les travailleurs seront instaurĂ©s.

Un secteur d’économie sociale fondĂ© sur la coopĂ©ration et la mutualitĂ©, expĂ©rimentera des formes nouvelles d’organisation des travailleurs.

63 – La participation effective des cadres (ITC) sera assurĂ©e et leur rĂŽle reconnu au sein des organismes reprĂ©sentants de l’ensemble des salariĂ©s : comitĂ©s d’entreprises, comitĂ©s de groupes et de holding dans les entreprises de droit privĂ©, Conseil d’administration tripartites, conseils d’unitĂ© ou d’atelier dans le secteur public.

Tout ce qui explique la dĂ©bĂącle Ă©conomique et sociale de nos voisins rĂ©sumĂ©e en quatre propositions, tout ce que le PSS souhaite nous imposer pour nous assurer un avenir radieux. On attend maintenant la traduction en mesures concrĂštes de ces grands axes arrĂȘtĂ©s Ă  une Ă©poque oĂč Leonid Brejnev prĂ©sidait le prĂ©sidium du Soviet suprĂȘme de l’URSS tandis que le Minitel rose faisait fureur dans l’Hexagone.

Saluons nĂ©anmoins avec enthousiasme les dĂ©cisions prises ce week-end Ă  Thoune. C’est avec une vision de la sociĂ©tĂ© remontant Ă  une Ă©poque oĂč nombre de ses promoteurs n’Ă©taient pas nĂ©s que le parti socialiste envisage d’inverser la tendance. DĂ©fendant volontiers les saccages urbains qu’ils prĂ©sentent comme une saine rĂ©action face au fascisme renaissant, les jeunes socialistes font appel au rĂ©cipiendaire de la francisque numĂ©ro 2202, marque d’estime spĂ©ciale du MarĂ©chal PĂ©tain. Logique pour une jeunesse vendue Ă  l’Europe de prendre comme rĂ©fĂ©rence un vendu au MarĂ©chal PĂ©tain.

Article paru en premier sur lesobservateurs.ch.

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.