Les primaires de la droite. Une foutaise, une tartuferie, un non-sens gaulliste. VoilĂ  des politiques qui dĂ©montrent Ă  la face de leurs militants qu’ils ne sont pas gaullistes tout en se rĂ©fĂ©rant au gĂ©nĂ©ral De Gaulle. Pitoyables pantins condamnĂ©s Ă  imiter la gauche jusque dans le ridicule.

Ayant toujours un train de retard, toujours Ă  la ramasse des idĂ©es, cette droite Ă  l’eau de rose a trouvĂ© gĂ©nial de faire comme la gauche. « Faisons des primaires », dit l’ñne sarthois au fond de la cour ; « Bonne idĂ©e », rĂ©pond l’oie de Bordeaux ; « GĂ©nial », surenchĂ©rit le Coq de Meaux


Seul dans son coin, en retrait de la ferme, le renard de Neuilly rumine son coup. Tous se mĂ©fiant de l’autre. Tous se haĂŻssant en commun. MĂȘme la poularde NKM s’est prise pour un aigle. C’est tout dire de l’état d’esprit de cette Ă©quipe qui s’est mise sur une ligne de dĂ©part oĂč chacun sait que la course est pipĂ©e par des chausse-trappes, des livres incendiaires, de l’huile Ă©talĂ©e dans les virages et des petites phrases allumettes. Tous se regardent, se jaugent, se sourient et tous ne pensent qu’à une chose, jouir du plaisir incommensurable de rĂ©aliser un plantage de couteau dans le dos ou d’une flĂšche en plein cƓur, un croche-pied, un coup d’épaule en bord de falaise au mieux.

Les participants de cette course d’obstacle dont les programmes sont quasiment identiques, savent qu’ils doivent se diffĂ©rencier par la sĂ©mantique. Difficile lorsqu’il faut porter les couleurs nationales. Un « bleu blanc rouge » obligatoire. Éviter de parler de l’Europe, de l’immigration, des magouilles de la Commission europĂ©enne, des scandales de ces commissaires et de cet ancien PrĂ©sident compromis avec des banques et des hommes d’affaires de l’Arabie et du Qatar.

Difficile aussi lorsque votre parti vote d’une mĂȘme voix au Parlement europĂ©en, les mĂȘmes textes que les socialistes. Copains Ă  Bruxelles, coquins en France.

Aucun de ces participants aux primaires de droite n’a mon satisfecit. Je les connais trop pour les avoir frĂ©quentĂ©s, pour savoir que ce sont des intrigants, des menteurs et sĂ»rement pas des poussins de la derniĂšre couvĂ©e. D’ailleurs, je le rappelle Ă  ces tordus, les primaires ne sont pas dans l’esprit de la Ve RĂ©publique.

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.