La France rĂ©publicaine fait mine de s’initier Ă  la « culture » du terrorisme. Le gouvernement de la Terreur Ă©tait pourtant composĂ© de « terroristes » (relisez un bon dictionnaire, celui d’Oxford). Les socialistes gouvernent par la terreur, comme les ancĂȘtres jacobins.

L’ennemi de ces bourgeois est toujours le peuple français. Je ne cĂ©derai pas au « populisme », a dit l’autre. Populisme chez eux cela veut dire « le peuple français ». PlutĂŽt le dissoudre ? DĂ©jĂ  qu’on l’écrase


Évitons de commenter le golpe d’Erdogan ou ces sauvages tueries ; fĂ©licitons Le Figaro, qui explique que les terrasses des cafĂ©s (elles exaspĂ©raient Ortega Y Gasset) sont pleines de gens Ă  Nice ; et François Hollande qui remonte dans les sondages de ses copains. Quelques gĂȘneurs sont venus siffler une petite troupe de ministres Ă  Nice ; on est dans une ville extrĂ©miste oĂč le FN fait de bons scores, et on les eĂ»t sifflĂ©s de toute maniĂšre !

Commençons par cĂ©lĂ©brer les exploits du sultan Erdogan en relisant Voltaire et son Candide qui finit en Turquie : « Pendant cette conversation, la nouvelle s’était rĂ©pandue qu’on venait d’étrangler Ă  Constantinople deux vizirs du banc et le muphti, et qu’on avait empalĂ© plusieurs de leurs amis. Cette catastrophe faisait partout un grand bruit pendant quelques heures. »

Ben oui, pourquoi cela en ferait plus ?

Ici c’est pareil. On abat les Français en masse, et rĂ©guliĂšrement encore, et Ă  part la petite minoritĂ© vite taxĂ©e par la presse de conspirationniste, les autres s’en foutent, partent en vacances, commandent des pizzas et braillent aprĂšs le Brexit


Oui, tout va bien, tant qu’on ne tombe pas sous les griffes turbo du camion Volvo conduit par un chauffeur aussi homo que notre pauvre mitrailleur d’Orlando !

Ergo, comme dirait Descartes, il faut aller plus loin que Voltaire.

Et je citerai le contributeur du site les crises-fr (1) qui Ă©crit dans son commentaire, ce hardi lecteur – plus malin que ceux qui gueulent contre l’islamiste de service ce soir-lĂ  – que c’est un certain acteur du web nommĂ© Aldo StĂ©rone (mĂ©lange de Sylvester Stallone, d’Aldo M. et de testostĂ©rone ?) qui l’inspire : « Mais plus choquant encore, il expliquait qu’on s’y “habitue”, et que si aujourd’hui tout le monde met un petit mot touchant sur son profil Facebook, mĂȘme si c’est parfaitement inutile voire contre-productif, au fur et Ă  mesure du temps les gens « intĂšgrent » ces faits comme faisant partie du paysage quotidien, et Ă©lĂšvent leur niveau de tolĂ©rance.

AprĂšs tout, si ce n’était pas le cas, on aurait des manifestations plus importantes que pour la loi travail pour sortir de l’Otan, arrĂȘter de soutenir Daesch etc., et pourtant, tout le monde s’en contrefout. Donc, demain, ce sera un attentat par mois au lieu d’un tous les six mois et un par an auparavant. »

Tout cela est en rĂ©alitĂ© vieux comme leur monde moderne : le rĂ©publicanisme, le communisme, le fascisme, le socialisme se sont imposĂ©s par la raison, c’est-Ă -dire par la terreur. Alors pourquoi pas le mondialisme ? Tout cela parce qu’on s’y habitue. Rappelez-vous DostoĂŻevski dans La Maison des Morts : l’homme est l’animal qui s’habitue Ă  tout.

N’a-t-il pas rĂ©Ă©lu Bush ou Obama ? Ce mĂȘme Bush, reborn christian, ami du DalaĂŻ-lama et plus dĂ©mentiel que jamais, et qui est arrivĂ© ivre Ă  la cĂ©rĂ©monie de Dallas ? LĂ  encore, personne pour rĂ©agir en haut lieu

La tĂ©lĂ©, ce n’est pas le trĂšs haut lieu !

Hippolyte Taine Ă©crit, dans ses origines de la France contemporaine : « La dĂ©claration de la patrie en danger, disent des tĂ©moins oculaires, n’a rien changĂ© Ă  la physionomie de Paris. MĂȘmes amusements, mĂȘmes bruits
 Les spectacles sont pleins, comme de coutume ; les cabarets, les lieux de divertissement, regorgent de peuple, de gardes nationales, de soldats
 Le beau monde fait des parties de plaisir. »

Ici c’est pareil ; et Le Figaro de fĂ©liciter le gras du bide qui se gratte le nombril sur la plage de Nice au lieu de venir siffler notre infortunĂ© ministre.

Mais n’en restons pas là. Car il se passe en France une belle manifestation de social engineering. On gouverne par la terreur et par le chaos. Il reste un effondrement financier à venir, avec la confiscation des avoirs de tout le monde pour renflouer leur banque !

Il y a une belle bibliothĂšque sur la question maintenant. Mais nous avons fait un choix.

C’est Alexandre Lebreton qui, dans son bel opus sur les programmations MK-Ultra, explique comment on s’y prend pour formater les esprits Ă  coups d’attentats. Quelques citations du dĂ©but du livre : « Si la terreur peut ĂȘtre induite sur une base largement dissĂ©minĂ©e dans une sociĂ©tĂ©, alors la sociĂ©tĂ© retourne Ă  une « tabula rasa », une ardoise blanche, une situation oĂč le contrĂŽle peut facilement ĂȘtre instauré 

Lewin soutenait que par la crĂ©ation d’un chaos contrĂŽlĂ©, la population pouvait ĂȘtre amenĂ©e Ă  un point oĂč elle se soumettrait volontairement Ă  un plus grand contrĂŽle


Une fois le peuple privé de ses points de repÚre, mis en état de choc et infantilisé, il se retrouve sans défense et devient facilement manipulable et spoliable. »

Attendez-vous à des hausses d’impît au passage.

Rien de nouveau sous le soleil, surtout avec nos bourgeois jacobins aux affaires.

Taine dit Ă  propos des massacres de Septembre 1792 : « Sous une pareille vision, les courages s’affaissent ; tous les journaux approuvent, pallient ou se taisent ; personne n’ose rĂ©sister Ă  rien. Les biens comme les vies appartiennent Ă  qui veut les prendre. »

Tout cela pour expliquer pourquoi nous en sommes arrivĂ©s lĂ , et pourquoi nous voterons JuppĂ© en 2017 ou Hollande
 Les mĂȘmes naĂŻfs qui se plaignent des attentats, ces attentats qui deviennent une boucherie rituelle, voteront pour ce fantastique aventurier nĂ©ogaulliste qui a lancĂ© les opĂ©rations sur la Libye et la Syrie, le tout sur ordre de sa consƓur et patronne Clinton.

C’est bien La BoĂ©tie, cet anti-bĂ©otien, qui parlait de servitude volontaire.

Et Louis-Ferdinand CĂ©line, lyrique : « Une telle connerie dĂ©passe l’homme. Une hĂ©bĂ©tude si fantastique dĂ©masque un instinct de mort, une pesanteur au charnier, une perversion mutilante que rien ne saurait expliquer sinon que les temps sont venus, que le Diable nous apprĂ©hende, que le Destin s’accomplit  »

Note

(1) https://www.les-crises.fr

Bibliographie

Dictionnaire d’Oxford : article « terrorist »

Voltaire : Candide, ch.30

Taine : Les origines de la France contemporaine, tome III

Dostoïevski : Souvenirs de la maison des morts, p. 34

Alexandre Lebreton : MK Abus Rituels & ContrÎle Mental (Editions Omnia Veritas)

La Boétie : De la servitude volontaire (voyez en anglais la préface de Rothbard)

Céline : Les beaux draps

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.