Cenator : La situation n’est certainement pas nouvelle. La mĂȘme intolĂ©rance sĂ©vissait dĂ©jĂ  dans les universitĂ©s romandes dans les annĂ©es 1970 !

Le ministre anglais des universitĂ©s, Sam Gyimah [photo], s’est dit « trĂšs prĂ©occupé » par l’état de la libertĂ© d’expression dans les universitĂ©s, aprĂšs avoir effectuĂ© une tournĂ©e dans le pays pour discuter avec les Ă©tudiants.

Des Ă©tudiants sont victimes de mobbing (harcĂšlement au travail) sur les campus parce qu’ils ont des opinions de droite, a-t-il mis en garde.

Ainsi, une Ă©tudiante a trouvĂ© l’inscription « Tory bitch » (salope de droite) sur la porte de sa chambre Ă  coucher aprĂšs avoir exprimĂ© ses opinions politiques pendant un cours. On a jetĂ© des Ɠufs sur la voiture d’un autre Ă©tudiant pour une raison semblable.

S’exprimant au King’s College de Londres, le ministre a dĂ©clarĂ© : « Nous risquons de dĂ©velopper une monoculture, oĂč certaines opinions sont exprimĂ©es et d’autres non. »

Il examine actuellement de nouvelles directives qui obligeront toutes les universitĂ©s Ă  protĂ©ger la libertĂ© d’expression. Il a dit craindre que l’intolĂ©rance sur les campus ne provienne de professeurs aux opinions trĂšs arrĂȘtĂ©es.

« Imaginez que vous ĂȘtes de droite, mais que votre professeur n’est pas du mĂȘme avis. Vous allez hĂ©siter avant d’exprimer vos opinions, sachant que c’est lui qui va noter vos travaux. »

Critiquant ce qu’il a suggĂ©rĂ© ĂȘtre un parti-pris de gauche sur les campus, il a ajoutĂ© : « Je n’ai jamais vu un homme politique de gauche dans ce pays traitĂ© sur les campus comme le sont certains politiciens de droite. »

Il s’est Ă©galement inquiĂ©tĂ© de la culture croissante des « safe spaces » (littĂ©ralement : espaces sĂ»rs) dans les universitĂ©s, qui a conduit Ă  interdire certains orateurs pour la simple raison qu’ils pourraient offenser quelqu’un. « Si vous pensez que les opinions de quelqu’un sont offensantes ou haĂŻssables, eh bien contestez-les. On ne va pas progresser en se mettant simplement les mains sur les oreilles. »

Résumé Cenator pour LesObservateurs.ch (article entier (en anglais) : Daily Mail).

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99