Les jeunes socialistes suisses, ont dĂ©cidĂ© samedi lors de leur assemblĂ©e que la pauvretĂ© devait ĂȘtre reconnue comme un droit Ă  l’asile.

L’irresponsabilitĂ© de ces jeunes bobos est consternante. La Suisse a dĂ©jĂ  accueilli plus du double de demandeurs d’asile que le reste de l’Europe. Le calcul est vite fait : nous en avons accueilli un nombre Ă©quivalent Ă  0.53 % de notre population alors que le reste de l’Europe en a accueilli 0.24 % par rapport Ă  sa population.

Ces jeunes idĂ©alistes totalement hors sol ne voient pas plus loin que leur tartine de caviar.  Nous savons que 80 % de ces migrants sont inintĂ©grables et inemployables. Un exemple : nous avons en Suisse une forte communautĂ© d’ErythrĂ©ens (en grande majoritĂ© de jeunes mĂąles sans aucune formation et souvent analphabĂštes). 90 % d’entre eux sont entretenus par les services sociaux et ne travailleront probablement jamais ; et ils resteront chez nous. Quand arrivera l’Ăąge de la retraite, ils continueront Ă  ĂȘtre entretenus par le biais de l’AVS sans jamais avoir cotisé un seul centime. La facture sera salĂ©e pour la population active Ă  ce moment lĂ .

Cerise sur la gĂąteau : nous avons dans notre pays des personnes ayant obtenu le statut de rĂ©fugiĂ©s et qui partent en vacance dans leur pays d’origine ! Il est Ă©vident que ces gens risquent la mort ou la prison chez eux !

Si le projet de ces jeunes inconscients devait se concrĂ©tiser, tout le filet social mis en place par nos grands-parents (filet dĂ©jĂ  bien mis Ă  mal) s’Ă©croulera.

Et je fais le pari qu’Ă  ce moment lĂ , ces jeunes pourris-gĂątĂ©s seront les premier Ă  pleurer.

Nous pourrons alors leur citer Bossuet :

« Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes. »

Mais ce sera notre seule consolation. Le désastre sera consommé.

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.