Le Parlement europĂ©en a votĂ© aujourd’hui en faveur du rapport proprement dĂ©lirant sur « la nĂ©cessitĂ© d’une approche globale des migrations de la part de l’Union europĂ©enne ». Il s’agit du manuel complet pour une invasion organisĂ©e du continent. On ne s’étonnera pas de savoir Kashetu Kyenge co-rapporteur de ce Ă©niĂšme coup de poignard dans le dos de l’Europe. Cette dĂ©putĂ©e socialiste italienne, d’origine congolaise et ministre pour l’intĂ©gration en 2013 et 2014, est l’une des figures de proue du grand remplacement en Europe. Le sens de ce rapport est d’organiser Ă  grand frais l’immigration lĂ©gale et l’intĂ©gration des nouveaux venus dans l’économie de l’UE, afin de lutter contre les deux flĂ©aux prioritaires Ă  leurs yeux : les morts en mer et la dĂ©shĂ©rence des clandestins sur notre sol.

Manuel de submersion

Le rapport est trĂšs long : 79 pages avec les rapports pour avis, afin de ne rien laisser au hasard. La protection des frontiĂšres est surtout le moyen d’imposer de « nouveaux itinĂ©raires sĂ»rs et licites ». Cet afflux doit ĂȘtre combinĂ© avec la rĂ©installation des migrants, mĂȘme si cette revendication est en contradiction avec les conclusions du Conseil europĂ©en des 17 et 18 mars. (1)

Cette contradiction est assumĂ©e puisqu’on demande plus loin la refonte du mĂ©canisme de Dublin, dans le sens de la rĂ©partition. Le texte appelle enfin Ă  organiser le regroupement familial, pour prĂ©server l’unitĂ© familiale : lorsqu’il ne s’agit pas des EuropĂ©ens, l’UE est pro-famille !

Des parlementaires à la dérive

Le dĂ©bat qui a prĂ©cĂ©dĂ© le vote est un grand moment d’hystĂ©rie collective, tempĂ©rĂ© par les UEsceptiques. Mme Morin-Chartier plaide pour rĂ©installer les migrants clandestins dans les bassins d’emplois, oĂč des procĂ©dures europĂ©ennes les placeraient sur le marchĂ© du travail. Le belge GĂ©rard Deprez exige toujours plus d’argent Ă  la Commission et la suĂ©doise Bodil Valero en appelle Ă  de nouvelles vagues pour prĂ©venir le dĂ©clin migratoire. Il se trouve mĂȘme Mme Guzman-Albiol, dĂ©putĂ© europĂ©en socialiste espagnole, pour critiquer le texte, coupable Ă  ces yeux de discriminer les migrants par rapport aux EuropĂ©ens, comme si « le texte avait Ă©tĂ© rĂ©digĂ© dans le bureau de Mme le Pen » ! Enfin, Dimitris Avramopoulos, Commissaire europĂ©en aux affaires intĂ©rieures, affirme tout simplement que « nous sommes entrĂ©s dans une nouvelle Ăšre caractĂ©risĂ©e par la mobilitĂ© humaine. »

Le poison pur de l’idĂ©ologie

Ce rapport est d’initiative, c’est-Ă -dire que le Parlement europĂ©en, par sa commission des libertĂ©s civiles (LIBE) propose ses orientations Ă  la Commission europĂ©enne. Ce texte n’a donc de valeur qu’indicative. Il nous montre que l’hystĂ©rie idĂ©ologique est sans limite, alors que les conclusions du Conseil europĂ©en, (qui est le vĂ©ritable cƓur de l’UE), font Ă©tat des revendications rĂ©elles des pays qui ne veulent pas mourir. C’est donc par la confrontation au rĂ©el que la politique sortira de l’orniĂšre.

Le rapport européen dans son intégralité :

http://www.europarl.europa.eu/sides/getDoc.do?pubRef=-%2f%2fEP%2f%2fNONSGML%2bREPORT%2bA8-2016-0066%2b0%2bDOC%2bPDF%2bV0%2f%2fEN