Giampaolo Rossi

par Giampaolo Rossi

Journaliste italien ayant √©tudi√© l’arch√©ologie, se d√©fini lui-m√™me ainsi :¬†¬ę¬†D‚Äôabord et surtout arch√©ologue. Pour cette raison je m‚Äôoccupe de politique et des m√©dias. J‚Äô√©cris pour Il Giornale. √Ĭ†leurs risques et p√©rils.¬Ľ

LES MENTEURS DES REDACTIONS

Ceci est un acte d’accusation sans pr√©c√©dent contre les m√©dias allemands :¬†en pleine urgence migratoire, entre 2015 et 2016, les principaux journaux d’Allemagne ont d√©lib√©r√©ment falsifi√© la r√©alit√©¬†en publiant une information unilat√©rale et d√©nu√©e de toute critique du ph√©nom√®ne, embrassant exclusivement le point de vue d’Angela Merkel, de son gouvernement et des √©lites politiques et √©conomiques qui voulaient imposer √† l’opinion publique la¬†« culture de l’accueil sans discrimination ».¬†L’accusation ne vient pas des habituels pol√©mistes¬†r√©actionnaires, des blogueurs sans vergogne ou des x√©nophobes¬†qui servent de pr√©texte pour emp√™cher toute opposition au d√©lire du multiculturalisme id√©ologique.¬†Non. L’accusation vient cette fois¬†¬†d’une recherche¬†de la Fondation Otto Brenner¬†r√©alis√©e¬†par un pool de¬†chercheurs de l‚ÄôUniversit√© de Leipzig et de la¬†Hamburg Media School, recherche coordonn√©e¬†par le¬†prof. Michael Haller ; son titre¬†:¬†« La crise des r√©fugi√©s dans les m√©dias ».¬†C’est l’√©tude la plus compl√®te et la plus √©labor√©e m√©thodologiquement sur ce th√®me.

UNE √ČTUDE RAVAGEUSE

Cette¬†recherche a analys√© plus de 30.000 articles des principaux journaux nationaux et r√©gionaux allemands entre 2015 et 2016. Plus de 200 pages de chiffres et de statistiques d√©taill√©s sur les articles des journaux¬†S√ľddeutsche Zeitung, Frankfurter Allgemeine Zeitung, Die Welt, Bild, ainsi que sur des publications en ligne et 85 journaux r√©gionaux.

De 2015 √† 2016¬†aucun journal n’a¬†parl√©¬†des pr√©occupations et¬†des peurs d’une partie croissante de la population‚Ķ

La conclusion¬†est d√©vastatrice :¬†pendant que Merkel imposait ¬†la¬†‚Äúpolitique des portesouvertes‚Ä̬†aucun √©ditorial, aucun article concernant le th√®me de l’immigration¬†« n’a parl√© des pr√©occupations, des peurs et aussi de l’opposition d’une partie croissante de la population ».¬†En d’autres mots, c’est comme si, pour les journaux allemands, une partie (probablement majoritaire) de l’opinion publique du pays n’existait pas.¬†Et les rares fois o√Ļ des journalistes ont essay√© de parler de cette partie de l’Allemagne pr√©occup√©e par l’immigration, ils l’ont fait¬†« avec une attitude¬†professorale »¬†quand ce n’√©tait pas de fa√ßon « m√©prisante ».

Celui¬†qui¬†ne s’alignait pas sur le mythe de l’accueil¬†√©tait¬†automatiquement x√©nophobe ou raciste‚Ķ

Les journalistes n’ont pas su (ou pas voulu ?) faire une distinction entre les positions¬†vraiment x√©nophobes et racistes d’une minorit√© et les pr√©occupations l√©gitimes et r√©alistes d’une partie importante de la soci√©t√© allemande face √† l’invasion de plus d’un million d’immigr√©s, invasion voulue par madame Merkel.¬†Et ce sentiment d’ins√©curit√© et¬†de peur a √©t√© transform√© en racisme et en intol√©rance, sinon en retard culturel.¬†En somme, l’habituel et stupide snobisme des¬†m√©nestrels de l’√©lite europ√©enne.

QUELQUES DONN√ČES

Pour comprendre de quelle fa√ßon les journaux allemands ont manipul√© l’opinion publique il suffit d’examiner quelques donn√©es qui √©mergent de cette √©tude : entre le printemps 2015 et le printemps 2016, dans les trois principaux quotidiens du pays, seuls 4% des articles¬†√©taient consacr√©s √† une interview et seuls 6% rapportaient des donn√©es objectives. Un article sur cinq √©tait un √©ditorial exprimant l’opinion des r√©dactions,¬†« un chiffre √©tonnamment haut ».¬†Dans le classement des personnalit√©s entendues ou cit√©es sur ce th√®me,¬†deux sur trois √©taient des¬†politiciens gouvernementaux ou de partis favorables √† l’immigration;¬†seuls 9 % √©taient des repr√©sentants de la justice (officiers des forces de l’ordre, magistrats, juges ou avocats) ont √©t√© entendus sur les th√®mes li√©s √† l’ordre public et √† peine 3,5 % de chercheurs et d’experts¬†du multiculturalisme,¬†du droit de la famille dans les soci√©t√©s islamiques ou¬†du rapport entre sunnites et chiites.

« L’ACCUEIL » : LE MOT MAGIQUE

L’histoire construite autour de la d√©finition de ‚ÄúWillkommenskultur‚ÄĚ ou de la Culture de l’Accueil tellement ch√®re, en Italie, √† Boldrini, √† Saviano et aux ex√©g√®tes de la pens√©e Sorosienne est un cas embl√©matique.

les journaux ont transfigur√© le concept d’Accueil, le transformant¬†en mot magique‚Ķ

D’apr√®s l’√©tude, les journaux allemands ont¬†‚Äútransfigur√©¬†le concept d’Accueil‚ÄĚ,¬†le transformant¬†en¬†‚Äúobligation morale (‚Ķ) une sorte de parole magique‚Ä̬†pour convaincre les citoyens¬†« √† se tourner vers une activit√© de bons Samaritains envers les nouveaux arrivants ».Pendant toute la p√©riode de 2015, et une bonne partie de 2016,¬†¬†83% des contenus¬†journalistiques¬†ont mis l’accent sur le concept d’Accueil, tout en cachant l’existence d’une toujours plus grande partie de la population devenant sceptique et m√©fiante envers la Willkommenskultur.¬†¬†Et quand la moralisation¬†ne fonctionne¬†plus, les habituels techniciens et experts imposent,¬† (comme en Italie),¬†cette recette pseudo-√©conomique :¬†« l’Allemagne a besoin de centaines de milliers de travailleurs pour lutter contre le vieillissement de la population »;¬†donc¬†ceux qui ne veulent pas les accueillir font le malheur de l’Allemagne. Et ainsi, pendant que les journaux surexposaient les manifestations de « bienvenue » au migrants, ils cachaient les manifestations contre l’accueil qui se d√©roulaient dans de nombreuses villes allemandes.

CONCLUSION SANS APPEL 

Certes, la recherche a ses limites; elle n’a, par exemple, pas pris en consid√©ration l’information de la t√©l√©vision car cela aurait requis une √©tude beaucoup plus complexe sur le rapport existant entre les images et les mots. Mais l’id√©e¬†g√©n√©rale est claire. Selon¬†Michael Haller, le directeur de¬†recherche, les journalistes allemands¬†« ont ignor√© leur r√īle professionnel et leur r√īle d’informateurs dans les moyens de communication »¬†utilisant¬†« trop de sentimentalisme bisounours »¬†et posant¬†« trop peu de questions critiques aux responsables de ces d√©cisions ».¬†Cela a contribu√© √† g√©n√©rer une profonde division dans l’opinion publique allemande et contribu√© √† jeter¬†un discr√©dit total sur le monde de l’information.¬†Jupp Legrand,¬†directeur de la Fondation Brenner, a¬†pr√©cis√© que cette recherche montre¬†« une crise structurelle de la presse soi-disant mainstream »¬†car¬†« la r√©alit√© d√©crite par les journalistes √©tait tr√®s √©loign√©e de ce que vivaient chaque jour leurs lecteurs ».¬†Une fa√ßon √©l√©gante et neutre pour d√©noncer le fait que les vraies « fake news » en Occident se trouvent dans les r√©dactions des grands journaux du pouvoir √©conomique et culturel.

En ces jours o√Ļ, en Europe,¬†l’√©chec¬†du multiculturalisme progressiste se d√©voile,¬†o√Ļ, m√™me en Italie, on se rend compte de la stupidit√© avec laquelle une¬†classe politique irresponsable et criminelle¬†a affront√©¬†le th√®me de l’immigration, o√Ļ le dessein criminel construit autour d’un projet¬†d’immigration voulue¬†est toujours plus √©vident, une information correcte est vitale pour une d√©mocratie.

ET EN ITALIE ?

Si on devait faire une recherche similaire en Italie, les r√©sultats seraient probablement les m√™mes :¬†chez nous aussi, depuis des ann√©es, les grands journaux ont agi de la m√™me fa√ßon que les journaux allemands, criminalisant ceux qui ne se couchent pas devant la pens√©e dominante¬†et ignorant les voix dissidentes par rapport √† la vision idyllique de l’immigration.

Pourtant actuellement, il semblerait que le climat change. Par chance, quand les grands journaux donnent la parole¬†aux¬†intellectuels et leurs profondes r√©flexions, l’irr√©alit√© id√©ologique, comme d’habitude,¬†s’impose et verse quasiment dans la stupidit√©. Mais quand ils se limitent √† raconter des faits, alors la v√©rit√© […]¬†√©merge imp√©tueusement. Et l√†, les¬†Saviano, les¬†Boldrini¬†ne¬†seront pas assez¬†nombreux¬†pour travestir la r√©alit√©.


Su Twitter: @GiampaoloRossi Source en italien / traduction D. Borer pour Lesobservateurs.ch.

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibert√©s n‚Äôest pas qu‚Äôun simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volont√©s aussi d√©vou√©es soient elles‚Ķ Sa promotion, son d√©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs n√©cessitent une √©quipe de collaborateurs comp√©tents et disponibles et donc des ressources financi√®res, m√™me si EuroLibert√©s n‚Äôa pas de vocation commerciale‚Ķ C‚Äôest pourquoi, je lance un appel √† nos lecteurs¬†: NOUS AVONS BESOIN DE VOUS D√ąS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient pr√™ts √† nous aider ; il faut dire qu‚Äôils sont tr√®s sollicit√©s par les medias institutionnels‚Ķ et, comment dire, j‚Äôai comme l‚Äôimpression qu‚ÄôEuroLibert√©s et eux, c‚Äôest assez incompatible !‚Ķ En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois¬†solutions pour nous soutenir¬†: cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertés.