Le missile a abattu le  Boeing-777 de Malaisie Airlines a été dans le Donbass dans la disponibilité des forces armées ukrainiennes, que la déclaration du ministÚre russe de laDéfense qui a présenté les documents qui confirment cette version.

Le missile a Ă©tĂ© produit en 1986 par le complexe d’ingĂ©nierie Dolgoprudnij, a dĂ©clarĂ© le chef du missile vers les forces armĂ©es Nicolaj Parshin Ă  une sĂ©ance d’information Ă  la « Russia Today ». « Chaque missile a un numĂ©ro de sĂ©rie unique pour chaque missile qui est attribuĂ© par le fabricant, – une (qui a renversĂ© le Boeing) – est le 8720 » dit Parshin.

AprĂšs sa production, le missile fut envoyĂ© au dĂ©partement militaire de la RĂ©publique socialiste soviĂ©tique d’Ukraine. « Avec missile militaire de certitude absolue a Ă©tĂ© reçue par l’armĂ©e soviĂ©tique (stationnĂ©e en Ukraine) et ce qui a Ă©tĂ© Ă©laborĂ© son acte », at-il ajoutĂ© le gĂ©nĂ©ral.

Parshin a soulignĂ© comment le numĂ©ro de production a Ă©tĂ© trouvĂ© sur la carcasse du missile Ă  la place de l’accident.

« Par ailleurs, a Ă©tĂ© pris au-dessus de l’armĂ©e 20152, qui a Ă©tĂ© enregistrĂ© avec le numĂ©ro 886 847 349 – 221 brigade de missiles en 1986, faisait partie du district militaire des Carpathes, dans la ville de Terebovlja » at-il dit Parshin

Des missiles « Buk » Ă©taient disponibles dans cette brigade. AprĂšs l’effondrement de l’URSS, la brigade faisait partie de la composition de l’armĂ©e ukrainienne.

Selon Parshin, cette brigade a participĂ© Ă  la « soi-disant opĂ©ration antiterroriste » dans les rĂ©gions de Donezk et de Lougansk.

Le ministĂšre a prĂ©sentĂ© la documentation Ă  l’appui des dĂ©clarations de missiles.

Il s’agit de la documentation technique compilĂ©e en usine sur chaque produit et stockĂ©e, que le produit soit en Russie ou Ă  l’Ă©tranger. « Parmi les documents, il y a un passeport pour l’unitĂ© spĂ©cifique 9D13105000 n. 8-30-113 », a soulignĂ© Parshin.

Le ministĂšre a Ă©galement rappelĂ© que, selon les allĂ©gations de Kiev, « aucun complexe de missiles ni aucun missile ne lui aurait Ă©tĂ© en possession des milices du DNR et de la LNR.

En outre, les numĂ©ros de passeport des missiles lance-missiles ukrainiens Buk en CrimĂ©e ne coĂŻncident en aucune maniĂšre avec le nombre de missiles qui ont abattu le vol МН17, a soulignĂ© M. Parshin.

Selon lui, le ministĂšre de la DĂ©fense a tous les documents qui le confirment.

Vidéo forgée

Les vidĂ©os utilisĂ©es par la commission internationale comme preuve de l’implication de la Russie avec l’un de ses « Buk » dans le meurtre de l’appareil ont Ă©tĂ© falsifiĂ©es, a dĂ©clarĂ© le porte-parole officiel du ministĂšre de la DĂ©fense, Igor. 

Selon lui, les experts russes qui ont vérifié les vidéos sont arrivés à cette conclusion.

Ainsi, il a Ă©tĂ© observĂ© que l’image du tracteur, de la remorque et du « Buk » Ă©tait montĂ©e sur une autre route.

Dans la partie qui montre le passage du « Buk » Ă  Lugansk de nombreux signes de falsification de la vidĂ©o.Ainsi, l’illusion d’un mouvement de camĂ©ra avec un changement de distance focale est produite par une animation statique du cadre, qui tĂ©moigne notamment de l’absence de mouvement du feuillage des arbres et des arbustes », a dĂ©clarĂ© le ministĂšre de la DĂ©fense.

La tragédie dans le ciel du Donbass

Le Boeing-777 de Malaisie, en vol d’Amsterdam Ă  Kuala Lumpur, s’est Ă©crasĂ© le 17 juillet 2014 prĂšs de Donetsk, dans l’est de l’Ukraine. À bord, il y avait 298 personnes, toutes mortes. La plupart des victimes Ă©taient des citoyens nĂ©erlandais.

Kiev a accusĂ© la milice de la tragĂ©die. Les miliciens ont rĂ©pondu qu’ils n’avaient pas les moyens de dĂ©monter l’avion Ă  cette altitude.

Dans le rapport de l’équipe d’enquĂȘte internationale, il a Ă©tĂ© dĂ©clarĂ© que Boeing avait Ă©tĂ© touchĂ© par un systĂšme « Buk » de Russie et qu’il Ă©tait ensuite rentrĂ© (Ă  Donbass).

Moscou a dĂ©clarĂ© que l’enquĂȘte, dont les conclusions sont basĂ©es uniquement sur des donnĂ©es reçues de l’Ukraine, est basĂ©e sur des biais. Les procĂšs de la sociĂ©tĂ© « Almaz-Antey », leader dans la production de systĂšmes de dĂ©fense aĂ©rienne, y compris les systĂšmes « Buk », confirment Ă©galement que Boeing a Ă©tĂ© abattu par le territoire contrĂŽlĂ© par l’armĂ©e ukrainienne.

publié par RIA Novosti sur le site Sputkik France.

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99