« Au fur et à mesure que je me renseignais
sur les rĂŽles respectifs
du maréchal Pétain et du général de Gaulle,
je constatais que le premier
était systématiquement condamné
et le deuxiÚme systématiquement louangé.
Je n’ai pas trouvĂ© ce procĂ©dĂ© trĂšs sĂ©rieux »

 

Entretien avec Michel Issaverdens, auteur de Pétain-de Gaulle : quelques mensonges trop répandus (éditions Dualpha)

(Propos recueillis par Fabrice Dutilleul)

Michel Issaverdens

Michel Issaverdens

Pourquoi avoir écrit ce livre ?

C’est en rĂ©action contre de nombreuses affirmations qui devaient ĂȘtre admises comme Ă©videntes, mais qui, peu Ă  peu, me sont apparues comme mensongĂšres. Au fur et Ă  mesure que je me renseignais sur les rĂŽles respectifs du marĂ©chal PĂ©tain et du gĂ©nĂ©ral de Gaulle, je constatais que le premier Ă©tait systĂ©matiquement condamnĂ© et le deuxiĂšme systĂ©matiquement louangĂ©. Je n’ai pas trouvĂ© ce procĂ©dĂ© trĂšs sĂ©rieux.

Que démontrez-vous à travers votre livre ?

J’ai voulu, simplement, rĂ©tablir une vĂ©ritĂ© plus objective sur ces deux personnages capitaux de notre histoire rĂ©cente. S’agissant du marĂ©chal PĂ©tain, j’ai considĂ©rĂ© que les erreurs qu’il a pu commettre ne justifiaient pas sa condamnation Ă  mort ni, d’ailleurs, sa condamnation morale officiellement imposĂ©e Ă  l’esprit des Français. Dans la situation Ă©pouvantable oĂč il s’est trouvĂ©, face aux nazis, qui peut dire qu’il aurait fait mieux ?

Quels reproches feriez-vous au maréchal Pétain ?

Sans doute Ă  cause de son grand Ăąge, d’avoir tolĂ©rĂ© de la part de certains de ses ministres, et notamment de Pierre Laval, des actes contraires Ă  sa politique. Laval menait une politique ouvertement pro allemande. Cela dit, PĂ©tain l’a renvoyĂ© dĂšs la mi-dĂ©cembre 1940. Ce sont les Allemands qui ont imposĂ© son retour. Peut-ĂȘtre le marĂ©chal PĂ©tain aurait-il dĂ», Ă  ce moment-lĂ , marquer clairement son refus de le voir revenir Ă  la tĂȘte du gouvernement. Mais, comme il l’a expliquĂ© plus tard, les Allemands disposaient de moyens de chantage terribles, notamment avec les 1,5 million de prisonniers.

En sens inverse, que portez-vous à son crédit ?

Entre les deux guerres, de s’ĂȘtre battu, souvent en vain, pour moderniser l’armĂ©e face au pĂ©ril qui menaçait (cette action est aujourd’hui passĂ©e sous silence) ; d’avoir sauvegardĂ© la Flotte, l’Empire et une partie du territoire mĂ©tropolitain avec l’armistice, ce que la capitulation n’aurait pas permis ; pendant la guerre, d’avoir rĂ©sistĂ© comme il a pu face aux nazis, prĂ©sents jusque dans son immeuble ; d’ĂȘtre restĂ© en mĂ©tropole fin 1942 pour empĂȘcher la mise en place d’un gauleiter ; d’avoir protestĂ© violemment et Ă  de nombreuses reprises contre les exactions nazies ; d’avoir fait vivre le pays tant bien que mal malgrĂ© les trĂšs lourds prĂ©lĂšvements opĂ©rĂ©s par les Allemands ; d’avoir gardĂ© le contact avec les AlliĂ©s malgrĂ© la dĂ©faite ; d’avoir lancĂ© la reconstitution d’une armĂ©e en Afrique du Nord
 Bref, d’avoir permis, le moment venu, la participation de la France Ă  sa libĂ©ration.

En conclusion ?

Je viens de relire le compte rendu du procĂšs PĂ©tain paru au Journal Officiel et suis, une nouvelle fois, atterrĂ©. Ce n’est pas de la justice, c’est de la vengeance. Rien n’est fait conformĂ©ment Ă  ce que doit ĂȘtre la justice d’un pays dĂ©mocratique : attitude du prĂ©sident, dĂ©clarations du procureur avant le procĂšs, dĂ©signation des jurĂ©s. Quant Ă  la condamnation pour intelligence avec l’ennemi : qu’on essaye d’imaginer la lutte de chaque jour qu’a Ă©tĂ© cette pĂ©riode, et qu’on lise ce qui s’est vraiment passĂ© Ă  Montoire : on verra que, contrairement Ă  ce que l’on veut nous faire croire aujourd’hui, le marĂ©chal PĂ©tain a dĂ©fendu sa patrie pied Ă  pied, ne lĂąchant rien d’essentiel. DĂšs cette date, les Allemands, d’ailleurs, l’appelleront « le vieux renard » ou « le marĂ©chal Nein ». C’est tout dire.

PĂ©tain-de Gaulle : quelques mensonges trop rĂ©pandus de Michel Issaverdens, Ă©ditions Dualpha, collection « VĂ©ritĂ©s pour l’Histoire », dirigĂ©e par Philippe Randa, 162 pages, 21 euros. Pour commander ce livre, cliquez ici.

Pétain-de Gaulle : quelques mensonges trop répandus de Michel Issaverdens, éditions Dualpha.

Pétain-de Gaulle : quelques mensonges trop répandus de Michel Issaverdens, éditions Dualpha.

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.