DĂ©but septembre, le parlement ukrainien a votĂ© une rĂ©forme du systĂšme d’éducation imposant notamment l’ukrainien comme langue obligatoire d’enseignement au secondaire. De nombreux pays s’opposent Ă  cette rĂ©forme, tandis que la Hongrie en appelle Ă  l’Union europĂ©enne et menace de faire barrage au rapprochement de l’Ukraine avec l’UE.

DĂ©but septembre, la Rada – le parlement ukrainien – a votĂ© une rĂ©forme de l’éducation. DĂ©sormais, la seule langue de l’enseignement au secondaire sera l’ukrainien. Exit donc les langues des minoritĂ©s reconnues, comme le russe, le roumain, le bulgare, le hongrois, le polonais ou encore le grec.

Suite au vote de cette loi, les reprĂ©sentants des pays liĂ©s aux minoritĂ©s nationales d’Ukraine se sont Ă  l’unisson exprimĂ©s en dĂ©faveur de la rĂ©forme. Le Premier ministre ukrainien Volodymyr Groysman a alors promis que son pays attendrait l’avis de la Commission de Venise avant de ratifier la loi. Mais malgrĂ© cela, le prĂ©sident Porochenko a signĂ© la loi avant tout avis extĂ©rieur
 mis Ă  part celui, positif, des États-Unis d’AmĂ©rique.

En consĂ©quence, 37 dĂ©putĂ©s europĂ©ens – de Bulgarie, Pologne, Slovaquie et Hongrie – ont ensemble appelĂ© dans une lettre ouverte l’attention du prĂ©sident sur le fait que cette loi viole plusieurs accords internationaux, en particulier l’article 8 de la Charte europĂ©enne des langues rĂ©gionales ou minoritaires, ainsi que les articles 13 et 14 de la Convention-cadre pour la protection des minoritĂ©s nationales.

La Russie, mais aussi la Roumanie et la Hongrie qui ont leur propre systÚme scolaire en parallÚle en Ukraine, ont qualifié cette loi de discriminante pour leurs minorités respectives.

Mais c’est la Hongrie qui a rĂ©agi de la maniĂšre la plus virulente. S’estimant trahie, Ă©voquant un coup de couteau dans le dos, aprĂšs avoir soutenu le rĂ©gime sans visa pour l’Ukraine ou encore envoyĂ© de l’aide dans les rĂ©gions sinistrĂ©es par la guerre civile, la Hongrie, par la voix de son Ministre des Affaires Ă©trangĂšres PĂ©ter SzijjĂĄrtĂł a qualifiĂ© de honteux et scandaleux ces dĂ©marches contraires Ă  l’esprit de l’Union europĂ©enne, dont l’Ukraine souhaite pourtant devenir membre.

Le ministre hongrois des Affaires Ă©trangĂšres a annoncĂ© que la Hongrie bloquerait dĂ©sormais les avancĂ©es de l’Ukraine en matiĂšre d’intĂ©gration europĂ©enne dans le cadre du Partenariat Oriental de l’UE. La Hongrie envisage Ă©galement de mettre son veto vis-Ă -vis de toute aide envers l’Ukraine de la part de l’Union europĂ©enne Ă  l’avenir. Une rencontre est prĂ©vue jeudi 12 octobre entre le ministre ukrainien des Affaires Ă©trangĂšres Pavlo Klimkin et son homologue hongrois pour traiter de la question.

Article paru sur le VPost.

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.