par Michel Grimard, Président du ROUE

Totalement dans l’impasse, Ă  l’image de la situation qui rĂšgne actuellement en Moldavie et en Ukraine, l’échec du partenariat oriental est aujourd’hui patent. Le parallĂšle Ă©volutif entre ces deux pays est Ă©difiant. Pouvait-il en ĂȘtre autrement, dĂšs lors que l’objet principal de cette dĂ©marche n’était pas de promouvoir leur Ă©volution vers la dĂ©mocratie, mais de renforcer, en l’étendant, la ceinture de l’OTAN, autour de la Russie, d’oĂč une totale indulgence Ă  l’égard de leurs dirigeants corrompus, pourvu qu’ils se dĂ©clarent pro-europĂ©ens. InitiĂ© et supportĂ©, par la Pologne, la SuĂšde, les pays Baltes et la Roumanie, tous aveuglĂ©s par leur hostilitĂ© viscĂ©rale Ă  Moscou, ce partenariat oriental a sombrĂ© dans l’incohĂ©rence.

Le soutien inconditionnel aux rĂ©gimes viciĂ©s d’Ukraine et de Moldavie, ne pouvait que conduire au bilan actuel. Les promoteurs de ce fiasco europĂ©en, la Pologne et la SuĂšde, demeurent bercĂ©s par l’atlantisme, mais Ă  trop vouloir favoriser leur maĂźtre, ils le desservent. La Pologne est entrĂ©e dans l’Union europĂ©enne la tĂȘte tournĂ©e vers l’AmĂ©rique, qu’elle adule. Servilement, elle lui transfĂšre les subventions qu’elle reçoit de l’Union europĂ©enne, en lui achetant du matĂ©riel militaire.

La SuĂšde n’est pas, comme la Pologne, membre de l’OTAN, mais elle participe au Joint Expeditionary Force (JEF) succĂ©danĂ© de l’Organisation. DirigĂ© par le cheval de Troie des États-Unis en Europe, ce corps expĂ©ditionnaire, outre le Royaume-Uni qui le domine, comprend, les Pays-Bas, le Danemark, la NorvĂšge, la Finlande, la SuĂšde, l’Estonie, la Lettonie et la Lituanie, pays qui ne brĂ»lent pas d’amour pour la Russie.

Au demeurant, les rĂ©sultats que rĂ©vĂšlent l’inventaire des six pays visĂ©s par le partenariat oriental, l’Ukraine, la GĂ©orgie, la Moldavie, la BiĂ©lorussie, l’ArmĂ©nie et l’AzerbaĂŻdjan, sont dĂ©cevants. Si les trois premiers États signĂšrent en 2014 l’accord d’association avec l’Union europĂ©enne, un bĂ©mol s’imposant aujourd’hui concernant la Moldavie, les trois derniers se tournĂšrent vers l’Union Ă©conomique eurasienne, crĂ©Ă©e par la Russie.

Dans l’actualitĂ© europĂ©enne, la Moldavie et l’Ukraine illustrent cruellement cette BĂ©rĂ©zina du partenariat oriental. À l’issue des derniĂšres Ă©lections lĂ©gislatives en Moldavie, les pro-russes ont succĂ©dĂ© aux pro-occidentaux, malgrĂ© la fraude Ă©lectorale en leur faveur. Par son comportement dissolu, le partenaire privilĂ©giĂ© de l’Union europĂ©enne, dont il a reçu une aide considĂ©rable, a rĂ©ussi l’exploit de rendre minoritaire le soutien de l’opinion, dont bĂ©nĂ©ficiait prĂ©alablement l’Union. Ce retournement des Ă©lecteurs rĂ©sulte, comme en Ukraine, de notre incapacitĂ© Ă  nous opposer aux pratiques vĂ©nales des dirigeants de ce pays, dont l’amour de l’Union se compte en euros personnels. Les Ă©lecteurs ont sanctionnĂ© leurs agissements que l’Europe a indirectement encouragĂ©s par sa passivitĂ©. Ce changement se charge d’ironie, en contrecarrant les desseins du partenariat oriental. En effet, il risque, fortement, de conduire Ă  la rĂ©intĂ©gration de la Transnistrie russophone, au grand satisfecit de Moscou.

Un scĂ©nario similaire, nĂ© de raisons identiques, va vraisemblablement se dĂ©rouler Ă  l’occasion de la prochaine Ă©lection prĂ©sidentielle en Ukraine. Fruit, lĂ  aussi, du soutien de l’Union europĂ©enne Ă  un rĂ©gime viciĂ©. L’opinion publique, totalement dĂ©sabusĂ©e, semble vouloir se tourner vers l’inconnu. ExaspĂ©rĂ©e, elle rejette dans un mĂȘme Ă©lan, les vieilles gloires frappĂ©es d’incurie et le PrĂ©sident Porochenko suppĂŽt du rĂ©gime actuel. Le vainqueur de cette prĂ©sidentielle, Volodymyr Zelenski, n’incite pas Ă  l’enthousiasme, l’opacitĂ© du personnage, comme son approche ambiguĂ« de l’Union europĂ©enne, rend dubitatif.

Volodymyr Zelenski.

Volodymyr Zelenski.

Son Ă©lection peut-elle extirper l’Ukraine de son enracinement dĂ©lĂ©tĂšre ? Il est lĂ©gitimement raisonnable d’en douter, quand on connaĂźt son mentor et ses propres affaires gĂ©rĂ©es en offshore. Difficile d’ĂȘtre dĂ©biteur et indĂ©pendant. Un double du PrĂ©sident Porochenko ne serait guĂšre engageant. Une nouvelle dĂ©convenue se profile pour l’Union europĂ©enne.

Tous ces Ă©vĂ©nements prouvent que le partenariat oriental Ă©tait prĂ©maturĂ©, d’autant plus qu’infondĂ©, sur la forme et le fond. Dans une sociĂ©tĂ© gĂ©nĂ©ralement divisĂ©e entre pro-russes et proeuropĂ©ens, Ă  l’image des deux pays Ă©voquĂ©s, les obliger Ă  trancher brutalement leur appartenance, signifiait, Ă  terme, l’affrontement des deux communautĂ©s. La sagesse aurait voulu, si l’intention de l’Union europĂ©enne n’avait pas Ă©tĂ© marquĂ©e par l’hostilitĂ© Ă  Moscou et la soumission aux États-Unis, que la Russie soit associĂ©e Ă  l’élaboration des conditions et des clauses du Partenariat Oriental, afin que ses justes intĂ©rĂȘts soient sauvegardĂ©s. Une attitude Ă©quitable aurait pu sauvegarder la paix.

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99