100 millions d’Africains supplĂ©mentaires bientĂŽt en Europe  ? Si l’on en croit les dĂ©clarations rĂ©centes de Bernard Lugan, historien spĂ©cialiste de l’Afrique, c’est tout Ă  fait possible puisque c’est le chiffre de ceux qui prĂ©tendent effectuer la grande traversĂ©e de l’Afrique vers l’Europe.

Il s’agit d’un chiffre trois fois plus important que les 30 millions d’immigrĂ©s Ă©voquĂ©s le mois dernier par le prĂ©sident du Parlement europĂ©en, Antonio Tajani, dans la presse allemande.

Comment a Ă©tĂ© possible une telle croisiĂšre, illusoire et folle Ă  destination de l’Europe ? Il s’agit, selon Bernard Lugan (entretien Ă  visionner ci-dessous) , d’une consĂ©quence, encore et toujours, du renversement du rĂ©gime de Kadhafi, qui a provoquĂ© une dĂ©stabilisation massive en Libye, aprĂšs l’Irak, aprĂšs les printemps arabes, et donc, la transformation d’une frontiĂšre Ă©tatique (entre l’Europe et l’Afrique) en vĂ©ritable gruyĂšre migratoire.

M. Lugan laisse entrevoir toutefois un espoir – qui ne satisfait pas l’ONU : en redonnant les clĂ©s du pays au fils de Mouammar Kadhafi, SeĂŻf al-islam Kadhafi, les choses pourraient changer. Les tribus qui dĂ©tiennent le pouvoir en Libye ont dĂ©signĂ©, via leur Conseil, le fils du colonel comme seul reprĂ©sentant lĂ©gal autorisĂ© Ă  parler au nom des tribus.

Pour Bernard Lugan, la reconnaissance de cette autoritĂ© pourrait amener Ă  une sortie de crise. «C’est cette rĂ©alitĂ© tribale que l’ONU refuse de voir, prĂ©fĂ©rant s’enfermer dans une logique totalement dĂ©sincarnĂ©e et coupĂ©e des rĂ©alitĂ©s», explique le chercheur. Pour lui, les pays d’Europe occidentale ne sont pas mus par la realpolitik, mais par des considĂ©rations idĂ©ologiques : «Universalisme et impĂ©rialisme dĂ©mocratiques empĂȘchent de voir la rĂ©alité». «La solution c’est de laisser les Libyens rĂ©gler leurs problĂšmes eux-mĂȘmes», note Bernard Lugan, qui dĂ©plore l’ingĂ©rence turque et qatarie dans le conflit.

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.