Tatjana Festerling a été la porte-parole de PEGIDA à Dresde, avant de se lancer en 2016 dans une tournée européenne avec le projet Fortress Europe (Europe Forteresse).

Dans un entretien sans concessions oĂč elle rĂ©pond aux questions de Nicolas de Lamberterie, elle relate ses expĂ©riences sur la crise migratoire en Bulgarie avec les volontaires qui dĂ©fendent la frontiĂšre, mais aussi Ă  Calais ou en Sicile. Elle dresse un portrait au vitriol d’Angela Merkel, mais aussi d’une partie des Allemands qui acceptent les diffĂ©rents volets de sa politique. Elle en arrive mĂȘme Ă  la conclusion provocante de souhaiter le retour d’une forme de rideau de fer pour prĂ©server l’Europe centrale et orientale et des dĂ©rives de l’Europe occidentale


Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.