Correspondant pour le quotidien Le Monde au Japon, Philippe Pons a de temps en temps l’occasion de se rendre en RĂ©publique populaire dĂ©mocratique de CorĂ©e (RPDC), c’est-Ă -dire en CorĂ©e du Nord. En septembre 2016, Pyongyang effectua un cinquiĂšme essai nuclĂ©aire, augmenta la cadence des tirs balistiques au-dessus de l’archipel nippon et accĂ©lĂ©ra son programme spatial.

Ces dĂ©monstrations de force rĂ©pĂ©tĂ©es ne sont pas anodines. C’est ce que montre l’ouvrage remarquable que Philippe Pons vient de publier : CorĂ©e du Nord. Un État-guĂ©rilla en mutation (Gallimard, coll. « La suite des temps », 2016, 707 p., 34,50 €). Ce livre fera date tant il rĂ©tablit une vĂ©ritĂ© historique oubliĂ©e, tronquĂ©e, cachĂ©e ou modifiĂ©e. S’appuyant sur une abondante et trĂšs pertinente bibliographie, Philippe Pons explique la prĂ©histoire politique, la genĂšse et l’essor de l’État nord-corĂ©en qui, dĂšs l’origine, sut se distinguer de l’URSS, puis de la Chine populaire.

Colonie japonaise de 1910 Ă  1945, la CorĂ©e s’industrialise, se dote de voies ferrĂ©es et voit se crĂ©er des cellules communistes clandestines qui contribuent Ă  la guerre de libĂ©ration nationale. Certaines sections s’implantent dans des rĂ©gions montagneuses et reculĂ©es pour mener une guĂ©rilla bientĂŽt dirigĂ©e par Kim Il Sung. Jouant des influences staliniennes et maoĂŻstes, le grand-pĂšre de l’actuel dirigeant Ă©rige une sociĂ©tĂ© et un État nationaux-communistes. « Kim Il Sung instaurait une autocratie qui se voulait Ă  la fois rĂ©volutionnaire (en rupture avec l’ordre politique ancien) et inscrite dans la glorieuse Ă©popĂ©e nationale, confĂ©rant ainsi Ă  son rĂ©gime une profondeur historique, donnant sens au prĂ©sent. Appelant Ă  la rescousse la gloire du passĂ©, il ranima et rĂ©interprĂ©ta les mythes fondateurs », d’oĂč la formulation rapide du Juche, la thĂ©orie politique de l’autosuffisance autarcique.

Si la RPDC commet de supposĂ©es provocations Ă  l’encontre d’une Ă©vanescente « CommunautĂ© internationale », c’est parce que Washington menace rĂ©guliĂšrement depuis 1950 de l’atomiser de maniĂšre prĂ©ventive. En outre, contrairement aux dirigeants libyens et iraniens, la CorĂ©e du Nord n’accorde aucune confiance aux traitĂ©s signĂ©s par les États-Unis qui cherchent toujours Ă  les violer (les nations amĂ©rindiennes gĂ©nocidĂ©es et les peuples d’AmĂ©rique latine dominĂ©s peuvent en tĂ©moigner). En dĂ©tenant un modeste arsenal nuclĂ©aire, la CorĂ©e du Nord ne vise pas la CorĂ©e du Sud, elle s’offre plutĂŽt un redoutable bouclier contre les menĂ©es Ă©tatsuniennes. Elle se rallie ainsi aux principes souverainistes gaulliens de la dissuasion nationale française.

Les ogives nuclĂ©aires n’éviteront toutefois pas au pays de profondes mutations sociales. Philippe Pons observe que les jeunes adultes « se plient aux exigences du rĂ©gime, mais ne s’approprient pas ses mots d’ordre et cherchent Ă  se soustraire au conformisme par le contournement plus que par une rĂ©sistance affichĂ©e. »

La CorĂ©e du Nord a osĂ© choisir sa propre voie, ce que ne peut supporter cet État voyou, hĂ©gĂ©monique et belliciste : les États-Unis d’AmĂ©rique.

Bonjour chez vous !

(Cette « Chronique hebdomadaire du Village planétaire » a été diffusée sur Radio-Libertés le 4 novembre 2016)

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

A propos de l'auteur

Georges Feltin-Tracol

Georges Feltin-Tracol, écrivain et collaborateur de nombreuses revues (notamment "Réfléchir & Agir") et site internet ; chroniqueur sur "Radio Libertés". Il se désigne aussi parfois comme un traditionaliste post-moderne ou un archéo-futuriste.

Articles similaires