La seule façon de stopper les agressions des USA est de se dĂ©barrasser de l’addiction au dollar, a dĂ©clarĂ© vendredi un conseiller du Kremlin.

« Plus les AmĂ©ricains seront agressifs, plus vite ils verront l’effondrement final du dollar, parce que pour les victimes des agressions amĂ©ricaines, la seule façon de les arrĂȘter est de se dĂ©faire du dollar. DĂšs que nous et la Chine en aurons fini avec le dollar, ce sera la fin de la puissance militaire amĂ©ricaine », a expliquĂ© l’économiste Sergei Glazyev au cours d’une interview accordĂ©e Ă  TASS.

Dans ses commentaires sur la politique du nouveau prĂ©sident des USA, Glazyev a notĂ© que Donald Trump fait ce que l’élite dirigeante attend de lui.

« Je n’avais pas d’illusions sur lui, ou sur un changement de politique. D’abord, la bellicositĂ© des États-Unis est enracinĂ©e dans leur aspiration Ă  prĂ©server leur hĂ©gĂ©monie dans un contexte oĂč ils ont dĂ©jĂ  cĂ©dĂ© la premiĂšre place Ă©conomique Ă  la Chine », a-t-il ajoutĂ©.

« Les États-Unis n’ont aucun moyen de forcer les autres Ă  utiliser le dollar, Ă  part le gourdin. C’est pour cette raison qu’ils sont dans une guerre hybride avec le monde entier pour transfĂ©rer le fardeau de leur dette sur d’autres pays, pour confiner tout le monde au dollar et pour affaiblir les pays qu’ils ne peuvent pas contrĂŽler. »

« Dans ce contexte, l’hystĂ©rie anti-russe, la russophobie grandissante peut ĂȘtre vue comme un facteur de long terme liĂ© aux intĂ©rĂȘts spĂ©cifiques de l’élite dirigeante des États-Unis », a dit le conseiller du Kremlin.

« En termes objectifs, ils conduisent une guerre hybride globale et en termes subjectifs, cette guerre est dirigĂ©e contre la Russie. De plus, comme Ă  chaque fois qu’un pays est dĂ©trĂŽnĂ© de sa place de leader mondial, la guerre se fait pour le contrĂŽle des rĂ©gions frontiĂšres. Dans la pĂ©riode de la PremiĂšre Guerre mondiale et de la DeuxiĂšme Guerre mondiale, la Grande-Bretagne a agi en provocatrice pour prĂ©server son leadership mondial. Aujourd’hui, les USA font exactement la mĂȘme chose. Et Trump exprime ces intĂ©rĂȘts », a-t-il conclu.

© Sergey Konkov/TASS
Traduction Entelekheia | Photo Pixabay

Source

Article paru sur le site VoxNr.

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

A propos de l'auteur

Euro Libertes

EuroLIbertés est le site de la réinformation européenne.

Articles similaires