Union européenne. Mme Catherine de Bolle, 48 ans, prendra à partir du 1er mai les rênes d’Europol, l’agence européenne spécialisée dans la lutte contre la criminalité. Mme de Bolle, commissaire-générale de la Police fédérale belge, a été nommée pour quatre ans et prendra ainsi la succession de l’actuel directeur exécutif d’Europol, le Britannique Rob Wainwright.

Catherine De Bolle.

Catherine De Bolle.

La promotion controversée de Martin Selmayr, bras droit de Jean-Claude Juncker, au poste de secrétaire général de la Commission européenne, tourne au règlement de comptes. Les députés ont très mal pris que Juncker ne vienne pas s’expliquer en personne sur cette promotion qu’il a décidé seul – ou qui lui a été dictée par Selmayr, on ne sait pas très bien.

Selon Le Canard enchaîné, Juncker qui a toujours eu « une capacité de travail limitée », « a cessé de faire semblant (…) les absences fréquentes, les arrêts maladies se suivent » ; le reste du temps le patron de la Commission s’enferme dans son bureau, voire (comme en témoigne un journaliste de Libération) « s’arsouille » au déjeuner. L’histoire des patrons de la Commission depuis 15 ans se résumerait alors à une séquence : affairisme/absentéisme/docilité. La faillite complète.

Allemagne. À la soupe populaire d’Essen, on peut lire sur la porte d’entrée : «  En raison de l’augmentation du nombre de réfugiés ces derniéres années, la part d’étrangers parmi nos clients a atteint 75 %. Pour garantir une intégration raisonnable, nous sommes dans l’obligation de n’accepter que des clients ayant un passeport allemand. »

Angela Merkel qui vient d’installer Annegret Kramp-Karrenbauer au poste de secrétaire générale réfléchit à ne pas aller au terme de son 4ee mandat et se verrait bien prendre la présidence du Conseil européen, poste détenu par Donald Tusk.

« La haine contre les Allemands existe en Allemagne. Ce n’est pas la norme, mais cela devient de plus en plus courant – ce serait une erreur que de nier le phénomène », a déclaré Andreas Geisel, ministre de l’Intérieur, au quotidien Tagesspiegel.

Le journal a relatĂ© les expĂ©riences individuelles de diffĂ©rents Berlinois qui avaient contactĂ© le journal pour faire valoir que la ville devenait un lieu « d’agression accrue avec un sentiment de peur ». Et ce sentiment a quelque chose Ă  voir avec l’arrivĂ©e des rĂ©fugiĂ©s.

Angleterre. Londres accuse Moscou du dĂ©cĂšs de deux ressortissants russes, un ex-espion et sa fille, SergueĂŻ Skripal et Youlia, Ă  Salisbury. Le ministre des Affaires Ă©trangĂšres, SergueĂŻ Lavrov, a assurĂ© que la Russie Ă©tait « innocente » et « prĂȘte Ă  coopĂ©rer ». À la condition que Londres lui donne accĂšs Ă  la substance incriminĂ©e, ce qui a Ă©tĂ© aussitĂŽt refusĂ©. L’ambassadeur de Sa MajestĂ© Ă  Moscou a Ă©tĂ© convoquĂ© en protestation.

Theresa May a d’abord annoncĂ© l’expulsion de 23 diplomates russes, conformĂ©ment Ă  la convention de Vienne. Elle a estimĂ© que les relations entre les deux pays ne pouvaient plus ĂȘtre les mĂȘmes. L’ambassade de Russie Ă  Londres a immĂ©diatement dĂ©noncĂ© la rĂ©action britannique, la qualifiant d’« hostile, inacceptable et injustifiĂ©e », dans un communiquĂ©. La riposte « ne se fera pas attendre », a prĂ©venu Moscou.

Hongrie. Viktor Orban, chef du gouvernement hongrois, a pris des contacts avec les leaders des partis sortis vainqueurs des Ă©lections italiennes afin de renforcer le front eurosceptique au sein de l’UE. Il s’est surtout entretenu avec Matteo Salvini, le prĂ©sident de la Ligue.

Russie. Vladimir Poutine est assurĂ© de sa rĂ©Ă©lection Ă  la tĂȘte de la FĂ©dĂ©ration de Russie, dimanche 18 mars. Pour l’anecdote, ses adversaires, au nombre de sept, se sont Ă©tripĂ©s dans les dĂ©bats tĂ©lĂ©visĂ©s : insultes, verres d’eau jetĂ©s Ă  la figure et mĂȘme une bagarre.

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99