par Sophie Akl Chedi, correspondante du quotidien Présent à Beyrouth.

InvitĂ© au dĂ©but du mois par le chargĂ© d’affaires saoudien Walid Bukhari Ă  se rendre en visite officielle Ă  Riyad, le patriarche maronite Bechara Boutros Rahi a dĂ©cidĂ© de donner suite Ă  cette invitation malgrĂ© l’opposition Ă  peine voilĂ©e de la prĂ©sidence de la RĂ©publique et les remous provoquĂ©s par la dĂ©mission du Premier ministre libanais Saad Hariri depuis la capitale saoudienne.

La une de la quasi-totalitĂ© de la presse saoudienne Ă©tait consacrĂ©e mercredi Ă  cet Ă©vĂ©nement qualifiĂ© par tous d’historique et hautement symbolique, la premiĂšre visite d’un chef religieux chrĂ©tien depuis la crĂ©ation du royaume saoudien. Dans le quotidien Okaz, la lĂ©gende de la photo publiĂ©e montrant le patriarche, croix pectorale en Ă©vidence sur la poitrine, en pleine discussion avec le roi Salman, fait Ă©tat d’une « visite historique durant laquelle ont Ă©tĂ© abordĂ©es les relations fraternelles libano-saoudiennes et l’importance de la coexistence des religions et des cultures dans la consolidation de la tolĂ©rance, le rejet de la violence, de l’extrĂ©misme et du terrorisme. »

Mardi, Ă  l’issue de ses rencontres avec le roi et le prince hĂ©ritier Mohammed Ben Salman, Bechara Rahi a affirmĂ© pour sa part avoir entendu un vĂ©ritable « hymne d’amour envers le Liban, sa terre et son peuple ».

Le patriarche a ensuite rencontrĂ© Saad Hariri, Ă  la suite de quoi il a affirmĂ© Ă  la presse ĂȘtre « totalement convaincu par le bien-fondĂ© des motifs de sa dĂ©mission et de son retour prochain au Liban », dans le prolongement de ses positions antĂ©rieures favorables Ă  la prĂ©servation de la neutralitĂ© du Liban face aux conflits rĂ©gionaux. Mais le fruit le plus remarquable de cette visite historique reste sans conteste la promesse saoudienne au prĂ©lat libanais de crĂ©er sur le territoire du royaume un Centre international permanent pour le dialogue interreligieux qui pourrait ĂȘtre fondĂ© sur le site d’une Ă©glise du XIIe siĂšcle mise Ă  jour il y a peu et qui serait restaurĂ©e par les autoritĂ©s saoudiennes dans ce but.

Article paru dans les colonnes du quotidien Présent.

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

A propos de l'auteur

Philippe Randa

Directeur du site EuroLibertĂ©s. Ancien auditeur de l’Institut des Hautes Études de DĂ©fense Nationale, chroniqueur politique, Ă©diteur (Ă©ditions Dualpha, DĂ©terna et L'Æncre) et auteur de plus d’une centaine de livres. SociĂ©taire de l’émission « Bistrot LibertĂ© » sur TVLibertĂ©s, il co-anime avec Roland HĂ©lie l'Ă©mission « SynthĂšse » sur Radio LibertĂ©s tous les jeudi. Ses chroniques politiques sont publiĂ©es chaque annĂ©e en recueil sous le titre : « Chroniques barbares ».

Articles similaires