Le Samedi 16 Septembre avait lieu dans le centre de Lyon la rĂ©union publique du Bastion Social. Devant une assemblĂ©e composĂ©e d’environ quatre-vingt personnes, la prĂ©sentation co-animĂ©e par Steven Bissuel, prĂ©sident du mouvement et Armand Desargues, porte parole, avait pour finalitĂ© de prĂ©senter en profondeur les motivations, les grands axes et les enjeux du jeune mouvement. 

Lyon reunion Bastion Social

Le Bastion Social est un mouvement nĂ© lors de la prise d’un bĂątiment au cƓur du deuxiĂšme arrondissement de Lyon : « Cette rĂ©quisition solidaire avait pour but d’offrir un logement aux Français prĂ©carisĂ©s ainsi que de pallier aux manquements de l’État et son incapacitĂ© Ă  assurer sa mission rĂ©galienne. La volontĂ© commune d’une rĂ©alisation concrĂšte Ă©tant prĂ©fĂ©rĂ©e Ă  l’inaction et Ă  la lĂ©thargie des partis conventionnels ».

Aujourd’hui, le Bastion Social devient un mouvement national ayant pour finalitĂ© tangible la prise d’autres bĂątiments sur l’intĂ©gralitĂ© du territoire français ainsi que la crĂ©ation de sections locales et enracinĂ©es. Il ne nie pas l’influences d’organisations populaires europĂ©ennes telles que le Hogar Social basĂ© Ă  Madrid, ou plus encore Casapound Italia, prĂ©curseur en Europe et qui reste « une rĂ©fĂ©rence incontestable ».

Les moyens d’action : tractages, collages, maraudes et rĂ©unions publiques. La volontĂ© de parler aux Français est sans cesse rappelĂ©e : « un soutien massif est primordial Ă  la fondation d’une communautĂ© propre amenant Ă  une vĂ©ritable dynamique populaire ».

Le Bastion Social repose sur trois grands axes :

L’autonomie :  « car il est temps pour les Français de redevenir maĂźtres de leur destin ».

L’identitĂ© : « car elle est le fondement de toute sociĂ©tĂ© humaine. L’historien et essayiste Dominique Venner, que les militants du mouvement aiment Ă  citer rappelait que : comme les plantes, les hommes ne peuvent se passer de racines ».

La Justice Sociale : « car l’entraide et la solidaritĂ© communautaire reprĂ©sentent des obligations que les Français doivent Ă  tous ceux qui souffrent du systĂšme capitaliste marchand et individualiste ».

Armand Desargues, porte-parole de l’organisation ajoute : « Le Bastion Social est une vĂ©ritable alternative d’avant garde, un mouvement officiel ayant pour finalitĂ© de constituer des sections sur tout le territoire national soit par la prise de bĂątiments, soit par l’ouverture de locaux « .

L’accent est mis sur le recrutement, la connaissance de chaque militant, la formation des cadres.

La symbolique du phare

Symbole du mouvement est le phare : « il Ă©voque l’espoir pour qui affronte la tempĂȘte, c’est le point de repĂšre de ceux qui sont Ă  la dĂ©rive. Il rĂ©siste aux assauts rĂ©pĂ©tĂ©s de vents et marĂ©es, il est l’emblĂšme de verticalitĂ©, de force face Ă  une civilisation en liquĂ©faction en proie au libĂ©ralisme marchand, au collectivisme marxiste et au dĂ©placement des populations. Le Bastion Social appelle un nouveau militantisme tournĂ© vers le futur et non figĂ© dans le passĂ©. Deux choix s’offrent aux Français: ĂȘtre contemplatifs ou au contraire ĂȘtre acteurs et maĂźtres de leur destin. La victoire est le but ultime auquel aspirent tous les membres ; viser plus haut et plus grand, rĂ©sume l’idĂ©al des militants ».

Steven Bissuel, le prĂ©sident du mouvement dĂ©clare : « Nous voulons rendre l’Europe aux EuropĂ©ens en la dĂ©colonisant totalement par le haut, via la finance internationale et le mondialisme, et par le bas, via l’immigration massive ». La volontĂ© rĂ©volutionnaire est rappelĂ©e, tout comme celle de s’implanter progressivement et durablement. Pour Steven Bissuel, la France a des racines profondes qui ne gĂšlent pas : « Le Bastion Social parlera et agira pour le peuple ».

Cette premiÚre réunion publique fut manifestement un succÚs, elle a permis au mouvement et à ses cadres de présenter les enjeux et les volontés futures.

Article paru sur le site RhĂŽne-Alpes info.

31 invite Steven Bissuel

Steven Bissuel a Ă©tĂ© l’invitĂ© de l’Ă©mission « SynthĂšse » sur Radio LibertĂ©s (cliquez ici).

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.