L’affaire agite les rĂ©seaux sociaux depuis quelques heures : une employĂ©e d’un club de fitness de Bischheim, l’Orange Bleue, a Ă©tĂ© mise Ă  pied  » dans l’attente d’une sanction disciplinaire plus lourde ». Que reproche-t-on Ă  cette employĂ©e? Elle a postĂ© sur sa page Facebook personnelle un commentaire qui n’a pas Ă©tĂ© apprĂ©ciĂ© de tous.

 

bischheim

(Le visage des personnes photographiées a été masqué, contrairement à la publication originale)

Elle constatait qu’à Strasbourg Plage (une zone de mini-plage avec du sable amĂ©nagĂ©e Ă  proximitĂ© de la MĂ©diathĂšque Malraux), un nombre important de femmes portait le voile. Selon les affirmations de cette publication, il y avait davantage de femmes voilĂ©es que de femmes en jupes.

 

bishceim

Image Google Street View

Un certain nombre d’internautes, en dĂ©saccord avec le contenu de la publication, ont rapidement identifiĂ© cette personne comme Ă©tant coach Ă  la salle de fitness l’Orange Bleue de Bischheim (http://www.lorangebleue.fr/clubs/bischheim/).

com bisch2

La mobilisation en rĂ©seau a Ă©tĂ© extrĂȘmement rapide puisque des commentaires ont Ă©mergĂ© de toute la France sur la page Facebook de la salle de sport bischheimoise, avec de nombreuses menaces de boycott.

Face Ă  cette pression extrĂȘmement rapide et virale, l’employeur a immĂ©diatement annoncĂ© publiquement (aussi bien sur la page locale de l’enseigne que sur la page nationale) sa mise Ă  pied conservatoire, en attente de sanctions Ă  venir (vraisemblablement un licenciement) (cliquez ici).

sanction

Quant Ă  l’employĂ©e, elle a dĂ©sactivĂ© sa page Facebook.

Article paru sur le site Alsace Actu.

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.