Par Michel Grimard, président du ROUE

DĂ©cidĂ©ment, l’amour du mortifĂšre est une passion du PrĂ©sident Donald Trump. AprĂšs la CorĂ©e du nord, l’Iran, voici la Palestine. Pour tous un seul remĂšde, la violence. L’anĂ©antissement pour la CorĂ©e du nord, le conflit armĂ© pour l’Iran, l’embrasement pour l’espace israĂ«lo-palestinien. Ambivalent, antinomique, le PrĂ©sident amĂ©ricain parle de paix mais chĂ©rit la guerre.

Sa volontĂ© de transfĂ©rer l’ambassade des États-Unis Ă  JĂ©rusalem, s’inscrit comme une provocation Ă  l’Ă©gard des palestiniens et des deux autres religions abrahamiques. Le PrĂ©sident Donald TRUMP entĂ©rine l’occupation illĂ©gale de JĂ©rusalem, par IsraĂ«l. CondamnĂ© une premiĂšre fois par le Conseil de SĂ©curitĂ© de l’ONU en 1967 et ensuite Ă  diverses reprises dont en 2016, IsraĂ«l a toujours ignorĂ© ces sanctions. Par son transfert, Washington se fait complice de la violation du droit international.

L’importance que revĂȘt JĂ©rusalem pour les trois religions monothĂ©istes, octroie Ă  cette ville un caractĂšre particulier et la nĂ©cessitĂ© d’un statut international. Elle doit demeurer accessible Ă  tous les courants religieux qui la traverse et qu’elle symbolise. Le judaĂŻsme, le christianisme et l’islamisme. Or, seule la tutelle internationale garantira sa neutralitĂ©. A ce prix, seulement, elle permettra aux croyants, une cohabitation tolĂ©rante et pacifique.

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.