Le samedi 19 mai 2018, le Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord a cĂ©lĂ©brĂ© les noces du prince Henry Charles Albert David, fils cadet du prince de Galles Charles, et de l’actrice Rachel Meghan Markle. Ces prĂ©noms ne sont pas anodins. Ils rappellent un tropisme davidique sous-jacent puisque, selon certains cĂ©nacles occultistes, les souverains d’Angleterre seraient les hĂ©ritiers des rois d’IsraĂ«l de l’Ancien Testament.

Par-delĂ  l’aspect sentimental qui fait tressaillir les midinettes lectrices de Point de Vue – Images du Monde, ce mariage n’est nullement anecdotique, surtout quand il concerne la monarchie britannique. Celle-ci n’hĂ©site jamais Ă  passer des compromis avec les oligarchies cosmopolites afin de conserver ses acquis matĂ©riels et moraux.

En avril dernier, malgrĂ© l’opposition vĂ©hĂ©mente du travailliste rĂ©publicain Jeremy Corbyn, les 53 chefs d’État et de gouvernement dĂ©cidaient par consensus de dĂ©signer le prince de Galles comme prochain Chef du Commonwealth. Vestige anachronique de l’Empire colonial britannique, le Commonwealth dilue lentement les identitĂ©s autochtones britanniques dans un mondialisme anglo-saxon. C’est dans cette perspective que la cĂ©rĂ©monie de mariage satisfera une nouvelle fois la « super-classe » planĂ©taire.

En accueillant une mulĂątre, les Windsor montrent aux bien-pensants qu’ils entĂ©rinent l’actuelle submersion migratoire des Îles Britanniques et encouragent l’avĂšnement dans les prochaines dĂ©cennies d’une Babel mĂ©tissĂ©e. DĂšs Ă  prĂ©sent pourchassĂ©es par les juges, les idĂ©es euro-identitaires passeront bientĂŽt pour des actes de « terrorisme intĂ©rieur » ; leurs promoteurs sont dĂ©jĂ  en dĂ©tention ou expulsĂ©s.

D’origine Ă©tats-unienne, Rachel Meghan Markle renforce de facto les liens transatlantiques entre Londres et Washington, surtout si la parenthĂšse Donald Trump se referme rapidement pour cause de dĂ©mission ou de destitution. De trois ans plus ĂągĂ©e que son Ă©poux, Meghan Markle, divorcĂ©e, ravit les franges les plus rances du fĂ©minisme. Celles-ci se scandalisent quand un homme frĂ©quente une femme bien plus jeune que lui. Elles applaudissent en revanche le phĂ©nomĂšne contraire mĂ©diatisĂ© par les « cougars » du show-biz et d’Hollywood.

La dynastie anglaise a l’habitude de se plier aux injonctions conformistes. En attendant que le palais de Buckingham soit le thĂ©Ăątre d’un mariage de mĂȘme sexe ou d’une GPA, la City, ce repaire de la haute canaille financiĂšre internationale, demeure plus que jamais le plus solide pilier sur lequel repose une monarchie usurpatrice, otage consentant du parlementarisme, de la ploutocratie et du rĂšgne absolu des partis politiques.

Dans cette famille dont le cƓur penche Ă  gauche et qui s’adonne aux attitudes fantasques les plus miĂšvres, le membre le plus digne reste encore, pour paraphraser Georges DumĂ©zil quand il parlait des OrlĂ©ans, la reine Élisabeth II d’Angleterre.

Bonjour chez vous !

Chronique hebdomadaire du Village planétaire a été diffusée sur Radio Libertés.

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99