Le reportage vĂ©cu, il n’y a que cela de vrai, n’est-ce pas ? Ainsi le compte-rendu sur le sixiĂšme colloque annuel de l’institut Iliade, samedi dernier Ă  Paris, fait par une journaliste du quotidien Le Monde, devrait valoir Ă  son auteur un prix spĂ©cial de l’obsession paranoĂŻaque


heure-frontieres-colloque-iliade-2019

Les premiĂšres lignes de l’article consacrĂ©s Ă  des participants suffisent amplement Ă  donner le ton : « Ils doivent avoir vingt ans, ou Ă  peine plus. Se connaissent par des prĂ©noms qui ne sont pas toujours les leurs, parce qu’“on ne sait jamais”. Lui a mĂȘme supprimĂ© toutes les photos de profil qui pourraient trahir, en ligne, sa vĂ©ritable identitĂ©. MĂ©fiant ? “Prudent”. »

Prudent, prudent, c’est vite dit
 puisque la conversation que les jeunes tiennent alors devant une inconnue en dit long sur leurs natures profondes : pour venir jusqu’à « la trĂšs chic rue Saint-Dominique », « 
  j’avais le choix de m’asseoir entre un Noir et une personne dirons-nous
 marron » a dit l’un
 « “Ah moi, je suis venu en taxi avec un bon gros
” (rĂ©pond un autre.) Il ne finira pas sa phrase ; tous quatre s’accordent sur le terme “guadeloupĂ©en” » 

Et l’« Albert Londres »(1) du quotidien vespĂ©ral de livrer encore cette derniĂšre insupportable constatation : « La fille en rouge soupire, tout en jugeant que “les Noirs des Ăźles, ça va”. »

Le portrait qui est fait de ces jeunes – si tant est qu’ils existent rĂ©ellement, mais si c’est Le Monde qui l’assure, n’est-ce pas ! – n’a Ă©videmment d’autres buts que de prouver la paranoĂŻa et l’obsession du complot que partagerait toute l’assistance, celle de « Marion MarĂ©chal, GĂ©nĂ©ration identitaire et les anciens du GRECE rĂ©unis dans un colloque d’extrĂȘme droite. »

Ce qui est certain, c’est que la paranoĂŻa du racisme et l’obsession de la caricature chez certains journalistes semblent ĂȘtre bien plus probantes !

(1) CélÚbre reporter du début du XXe siÚcle.

 

 

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99

A propos de l'auteur

Philippe Randa

Directeur du site EuroLibertĂ©s. Ancien auditeur de l’Institut des Hautes Études de DĂ©fense Nationale, chroniqueur politique, Ă©diteur (Ă©ditions Dualpha, DĂ©terna et L'Æncre) et auteur de plus d’une centaine de livres. SociĂ©taire de l’émission « Bistrot LibertĂ© » sur TVLibertĂ©s, il co-anime avec Roland HĂ©lie l'Ă©mission « SynthĂšse » sur Radio LibertĂ©s tous les jeudi. Ses chroniques politiques sont publiĂ©es chaque annĂ©e en recueil sous le titre : « Chroniques barbares ».

Articles similaires