On pense ce qu’on veut des rave-party : rassemblement de crĂ©tins se dĂ©hanchant sur des musiques bestiales, gĂ©nĂ©ralement imbibĂ©s de mauvais alcools et de substances illicites pire encore
 ou de jeunes qui « font la teuf » sans rien demander Ă  personne et donc sans la moindre autorisation, vu les dĂ©gĂąts gĂ©nĂ©ralement consĂ©cutifs sur l’environnement et la « destruction d’habitats en zone protĂ©gĂ©e voire pour destruction d’espĂšces », selon ce que craint la ligue de protection des oiseaux de Champagne-Ardenne pour l’édition 2018 du Teknival
 Celle-ci a dĂ©butĂ© dĂšs le vendredi 27 avril pour quatre jours durant fĂȘter comme il se doit – ou pas ! – les 25 ans de ce  festival de musique techno.

Teknival 2018

Teknival 2018

Comme par le passĂ©, tout a Ă©tĂ© organisĂ© – et fort bien – dans la plus parfaite illĂ©galitĂ© et 10 000 « raveurs » ont donc « teufĂ©s » comme Ă  leur habitude sur une ancienne base militaire de l’OTAN Ă  Marigny, dans la Marne, au nez, Ă  la barbe et Ă  la rage des autoritĂ©s de la RĂ©publique française et de son prĂ©fet Denis Conus qui a constatĂ©, une fois de plus, qu’il s’agit d’« une manifestation non dĂ©clarĂ©e qui n’a pas Ă©tĂ© prĂ©parĂ©e avec les services de l’État, notamment sous l’angle de la sĂ©curitĂ©, c’est donc une manifestation illĂ©gale. »

IllĂ©gale, peut-ĂȘtre, mais tout de mĂȘme largement aux frais des contribuables, puisque pour des enjeux « de sĂ©curitĂ© sanitaire, publique et routiĂšre », ont Ă©tĂ© mobilisĂ©s 60 pompiers, 250 gendarmes, des mĂ©decins et des infirmiers du SAMU, ainsi que des associations de protection civile


Terrible confrontation, donc, entre un État aussi incapable de se faire respecter que terrorisĂ© Ă  l’idĂ©e d’ĂȘtre comptable d’éventuelles consĂ©quences de comas Ă©thyliques, d’overdoses, de viols et autres joyeusetĂ©s
 et 10 000 jeunes rebelles, ainsi assurĂ©s d’ĂȘtre secourus au moindre de leurs bobos.

« Combien c’est beau, combien c’est grand, combien c’est gĂ©nĂ©reux, la France ! Vive la RĂ©publique ! Vive la France ! »  N’est-ce pas ?

Édition 2018 du Teknival.

Édition 2018 du Teknival.

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99

A propos de l'auteur

Philippe Randa

Directeur du site EuroLibertĂ©s. Ancien auditeur de l’Institut des Hautes Études de DĂ©fense Nationale, chroniqueur politique, Ă©diteur (Ă©ditions Dualpha, DĂ©terna et L'Æncre) et auteur de plus d’une centaine de livres. SociĂ©taire de l’émission « Bistrot LibertĂ© » sur TVLibertĂ©s, il co-anime avec Roland HĂ©lie l'Ă©mission « SynthĂšse » sur Radio LibertĂ©s tous les jeudi. Ses chroniques politiques sont publiĂ©es chaque annĂ©e en recueil sous le titre : « Chroniques barbares ».

Articles similaires