L’information est passĂ©e inaperçue, car venue de l’autre cĂŽtĂ© du globe, de Nouvelle-ZĂ©lande prĂ©cisĂ©ment. Le 17 mars 2017, le Parlement nĂ©o-zĂ©landais accordait au Whanganui le statut d’entitĂ© vivante avec la personnalitĂ© juridique et les droits et devoirs qui en dĂ©coulent.

Le Whanganui est un fleuve sacrĂ© pour les Maoris. SituĂ© dans l’üle du Nord, long de 290 km, ce cours d’eau est gardĂ© par la tribu indigĂšne. GrĂące Ă  ce vote, la tribu et le gouvernement nĂ©o-zĂ©landais pourront dorĂ©navant dĂ©signer des avocats qui reprĂ©senteront le fleuve. Les NĂ©o-ZĂ©landais n’innovent pas. Au Mexique et en Équateur, de semblables mesures ont dĂ©jĂ  Ă©tĂ© prises. Mieux, en Bolivie, le prĂ©sident syndicaliste en poste depuis 2006 Evo Morales se rĂ©clame de la Pachamama, la « DĂ©esse-Terre » Ă  la grande fureur des sectes Ă©vangĂ©liques et de l’Église catholique.

Dans la province septentrionale indienne de l’Uttarakhand, une haute cour estima, le 31 mars dernier, que les glaciers de Gangotri et de Yamunotri, sources respectives du Gange et du Yamuna, Ă©taient des entitĂ©s vivantes, ce qu’étaient dĂ©jĂ  ces deux fleuves jugĂ©s sacrĂ©s par les hindous. Le tribunal va plus loin puisqu’il considĂšre qu’il faut protĂ©ger et conserver les riviĂšres, les ruisseaux, les lacs, l’air, les prĂ©s, les vallĂ©es, les jungles, les forĂȘts, les marĂ©cages, les prairies et les cascades qui doivent donc avoir les mĂȘmes droits, devoirs et responsabilitĂ©s qu’un ĂȘtre physique.

Indiens, NĂ©o-ZĂ©landais et Boliviens font redĂ©couvrir aux Occidentaux l’holisme et l’organicitĂ© dynamique complexe de la Vie. Cette tendance va plus loin qu’une simple prise de conscience Ă©cologiste. À rebours de la doxa mĂ©caniciste dominante occidentale, cette nouvelle perception de la co-appartenance de la Nature et de l’homme (ou plus exactement, des peuples et des communautĂ©s enracinĂ©es) au monde renoue en fait avec les vieilles visions europĂ©ennes mĂ©diĂ©vales et antiques.

Ces quelques dĂ©cisions judiciaires inimaginables aujourd’hui en France bousculent de vieux schĂ©mas de pensĂ©e modernes dus aux LumiĂšres du XVIIIe siĂšcle. Un nouvel univers mental Ă©merge lentement sous nos yeux. Il faut s’en rĂ©jouir, foi d’un obscurantiste allumé !

Bonjour chez vous !
Cette « Chronique hebdomadaire du Village planétaire » a été diffusée sur Radio-Libertés.

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

A propos de l'auteur

Georges Feltin-Tracol

Georges Feltin-Tracol, écrivain et collaborateur de nombreuses revues (notamment "Réfléchir & Agir") et site internet ; chroniqueur sur "Radio Libertés". Il se désigne aussi parfois comme un traditionaliste post-moderne ou un archéo-futuriste.

Articles similaires