Pologne – Le ministre polonais de l’Énergie a dĂ©clarĂ© en septembre que le pays Ă©tait prĂȘt Ă  abandonner la production d’énergie Ă  base de charbon, qui fournit environ 90 % de son Ă©lectricitĂ©. Krzysztof Tchorzewski, lors du Forum Ă©conomique de Krynica-Zdroj en Pologne, a dĂ©clarĂ© que le pays, dont les entreprises Ă©nergĂ©tiques publiques gĂšrent actuellement trois projets de charbon, ne prĂ©voit plus d’investissements dans le charbon et espĂšre ouvrir sa premiĂšre centrale nuclĂ©aire d’ici 2030.

« AprĂšs avoir rĂ©alisĂ© les investissements prĂ©vus
 maintenant menĂ©s dans de grandes unitĂ©s alimentĂ©es au charbon, nous ne prĂ©voyons pas de nouveaux projets basĂ©s sur le charbon », a dĂ©clarĂ© M. Tchorzewski lors du forum du 6 septembre. La Pologne envisageait des investissements dans le nuclĂ©aire en 2009 mais a renoncĂ© Ă  tout projet suite Ă  la chute du prix de l’énergie et la dĂ©fiance vis-Ă -vis de l’énergie nuclĂ©aire aprĂšs la catastrophe de Fukushima en 2011. Le Premier ministre Beata SzydƂo a toutefois relancĂ© les plans, aprĂšs que son parti Droit et Justice ait remportĂ© les derniĂšres Ă©lections gĂ©nĂ©rales du pays en 2015.

La Pologne avait commencĂ© la construction de sa premiĂšre centrale nuclĂ©aire dans les annĂ©es 1980, mais le chantier de la centrale nuclĂ©aire de Zarnowiec (image 1) a Ă©tĂ© arrĂȘtĂ© et le projet a Ă©tĂ© annulĂ© en 1990 en raison de l’économie, d’un climat politique changeant et des prĂ©occupations dans le sillage de la catastrophe de 1986 Ă  Tchernobyl.

1. Un rĂ©acteur nuclĂ©aire. La centrale nuclĂ©aire de Zarnowiec Ă©tait censĂ©e ĂȘtre la premiĂšre centrale nuclĂ©aire de Pologne, mais le projet a Ă©tĂ© annulĂ© en 1990. La coque de l’usine, conçue pour accueillir quatre unitĂ©s de 440 MW, reste dans la campagne polonaise. Image : Wikimedia Commons.

1. Un rĂ©acteur nuclĂ©aire. La centrale nuclĂ©aire de Zarnowiec Ă©tait censĂ©e ĂȘtre la premiĂšre centrale nuclĂ©aire de Pologne, mais le projet a Ă©tĂ© annulĂ© en 1990. La coque de l’usine, conçue pour accueillir quatre unitĂ©s de 440 MW, reste dans la campagne polonaise. Image : Wikimedia Commons.

Le ministĂšre de l’Énergie du pays a annoncĂ© le 15 septembre qu’il prĂ©voyait un appel d’offres dĂ©but 2018 pour choisir la technologie de ses rĂ©acteurs nuclĂ©aires. « La technologie nuclĂ©aire Ă  utiliser lors de la construction de centrales nuclĂ©aires sera connue aprĂšs l’achĂšvement de la procĂ©dure d’appel d’offres. La rĂ©glementation atomique ne permet d’utiliser que les technologies testĂ©es des rĂ©acteurs de gĂ©nĂ©ration III / III + », a Ă©crit le ministĂšre dans une rĂ©ponse aux questions des lĂ©gislateurs sur les plans nuclĂ©aires du pays.

Le gouvernement de Mme SzydƂo a dĂ©clarĂ© vouloir une centrale nuclĂ©aire opĂ©rationnelle au cours de la prochaine dĂ©cennie. M.   a dĂ©clarĂ© au forum que la Pologne “voudrait construire trois unitĂ©s [nuclĂ©aires] Ă  intervalles de cinq ans, la premiĂšre venant en 2029”. Il a dit qu’il pensait que la Pologne avait besoin d’au moins 4,5 GW de capacitĂ© de production nuclĂ©aire au plus tard en 2043. Tchorzewski a dĂ©clarĂ© que le gouvernement estime le coĂ»t de ces unitĂ©s Ă  environ 6 milliards d’euros (7,2 milliards de dollars) pour chaque rĂ©acteur.

La Pologne a dĂ©jĂ  examinĂ© l’option du rĂ©acteur nuclĂ©aire Ă  trĂšs haute tempĂ©rature (HTGR) pour certaines utilisations industrielles. JĂłzef Sobolewski, directeur de l’énergie nuclĂ©aire au ministĂšre polonais de l’Énergie, a Ă©voquĂ© le dĂ©ploiement d’un HTGR pour fournir de la chaleur aux usines chimiques lors d’une table ronde organisĂ©e par l’Agence internationale de l’énergie atomique le 19 septembre Ă  Vienne, en Autriche. Selon M. Sobolewski, l’emploi du HTGR pourrait rĂ©duire les Ă©missions de CO2 en Pologne de 14 Ă  17 millions de tonnes par an.

La possibilitĂ© de pĂ©nuries de charbon dans le pays peut aussi amener le gouvernement Ă  se dĂ©tourner de l’énergie produite au charbon (image 2). La Pologne extrait une grande partie de son charbon du bassin de SilĂ©sie dans le sud du pays. Mme SzydƂo et le prĂ©sident polonais Andrzej Duda ont tous deux dĂ©clarĂ© que le pays disposait de suffisamment de charbon pour encore 200 ans. Cependant, les analystes de l’énergie ont dĂ©clarĂ© que le charbon le moins cher du bassin avait presque disparu et que les coĂ»ts miniers devraient donc augmenter. En outre, plusieurs centrales au charbon du pays ont signalĂ© des pĂ©nuries de charbon cette annĂ©e, et Weglokoks, l’un des principaux importateurs et exportateurs de charbon polonais, a dĂ©clarĂ© qu’il avait l’autorisation du gouvernement d’importer du charbon russe.

2. Un monstre de charbon. La centrale de Belchatow est la plus grande centrale Ă©lectrique de Pologne et l’une des 10 plus grandes centrales au charbon du monde. L’usine de lignite de 5.240 MW est Ă©galement la plus grande centrale Ă©lectrique d’Europe. Les autoritĂ©s polonaises ont dĂ©clarĂ© vouloir mettre fin aux investissements dans la production d’énergie au charbon et ouvrir la premiĂšre centrale nuclĂ©aire du pays d’ici 2030. Image : Wikimedia Commons / Morgre.

2. Un monstre de charbon. La centrale de Belchatow est la plus grande centrale Ă©lectrique de Pologne et l’une des 10 plus grandes centrales au charbon du monde. L’usine de lignite de 5.240 MW est Ă©galement la plus grande centrale Ă©lectrique d’Europe. Les autoritĂ©s polonaises ont dĂ©clarĂ© vouloir mettre fin aux investissements dans la production d’énergie au charbon et ouvrir la premiĂšre centrale nuclĂ©aire du pays d’ici 2030. Image : Wikimedia Commons / Morgre.

Les importations de charbon en provenance de Russie ont Ă©tĂ© une source de discorde en Pologne. En 2014, les mineurs polonais ont protestĂ© et ont bloquĂ© les lignes ferroviaires pour empĂȘcher l’entrĂ©e du charbon russe dans le pays. Le prĂ©sident du pays de l’époque, Bronislaw Komorowski, a signĂ© une loi visant Ă  limiter les importations en provenance de Russie.

Les trois projets de charbon en cours de construction en Pologne se trouvent Ă  Opole, Kozienice et Jaworzno. Un autre, Ă  Ostroleka, a Ă©tĂ© planifiĂ© ; il s’agirait d’une unitĂ© supplĂ©mentaire de 1 GW pour une centrale au charbon existante mise en service en 1956 et agrandie en 1972. La nouvelle unitĂ© ne devrait pas ĂȘtre opĂ©rationnelle avant 2023, selon la sociĂ©tĂ© d’énergie polonaise Energa Group, qui en aoĂ»t de cette annĂ©e a dĂ©clarĂ© qu’il complĂ©terait le financement du projet en septembre et choisira un entrepreneur pour la construction durant le premier trimestre de 2018.

Article paru sur le site VPost.

Article originellement publiĂ© sur PowerMag en anglais ; traduit par le VisegrĂĄd Post. Écrit par Darrell Proctor.

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.