Chaque annĂ©e depuis l’entre-deux-guerres, paraissent une vingtaine d’articles de par le vaste monde, fatigants par leurs stĂ©rĂ©otypes, consacrĂ©s Ă  la Federal Reserve des USA, donc au dieu-dollar et Ă  ses trĂšs puissants manipulateurs, car, contrairement aux clergĂ©s, les financiers savent exactement pour quelle raison ils roulent le vulgum pecus, ce troupeau humain qui, depuis des millĂ©naires, rĂ©clame, non du pain et des jeux, mais de quoi se remplir la panse abondamment et tromper son ennui, par le travail et les loisirs dĂ©paysants.

FED

Tout le monde sait que le systĂšme monĂ©taire des USA, donc celui de la quasi-totalitĂ© de la planĂšte – soit directement, soit par le jeu de la convertibilitĂ© –, est une arnaque oĂč de richissimes familles de financiers (et leurs employĂ©s de haut vol) s’enrichissent Ă  mesure que l’économie mondiale croĂźt et embellit.

Et n’en dĂ©plaise aux pisse-vinaigre anti-US (groupe auquel l’auteur de ces lignes est fier d’appartenir), ce systĂšme fonctionne depuis plus d’un siĂšcle : il est nĂ© en dĂ©cembre 1913. Certes, il s’est dĂ©rĂ©glĂ© en 1929 et en 1937, parce que des Ăąnes bĂątĂ©s ont trĂšs stupidement rĂ©agi par un rĂ©flexe archaĂŻque de repli sur soi, aprĂšs l’explosion de bulles spĂ©culatives new-yorkaises.

Depuis lors (grĂące en soient rendues aux mĂąnes de Franklin Delano Roosevelt, authentique canaille de gĂ©nie), les dirigeants du cartel mondialiste ont compris que le systĂšme tournera Ă  la façon d’une vis sans fin tant qu’il y aura des marchandises Ă  consommer (quelles qu’en soient la qualitĂ© et la provenance) et des consommateurs, le systĂšme Ă©tant alimentĂ© en faisant tourner ad libitum la planche Ă  billets (quelles qu’en soient la couleur et l’unitĂ© de compte).

Et que nul ne nous casse les pieds avec la Dette mondiale (Ă©tatique ou privĂ©e). Les expĂ©riences du Directoire français (1796-1799) ou de l’aprĂšs-1918 en Europe prouvent qu’on peut fort aisĂ©ment tout annuler ou presque, en ruinant les citoyens-crĂ©anciers, puis recommencer, car la leçon est perpĂ©tuellement oubliĂ©e du public.

Les vrais riches achĂštent de l’or, du platine, des pierres prĂ©cieuses, des objets d’art (dont l’unicitĂ© fait la valeur, bien plus que leur qualitĂ© esthĂ©tique), des propriĂ©tĂ©s autosuffisantes (au point de pouvoir assurer une survie de grande qualitĂ© si « tout pĂšte » ailleurs), des mines (qui a la diffĂ©rence des usines ou des navires restent immuables), en plus d’armes et de mercenaires.

Le seul alĂ©a, incontrĂŽlable, est le gĂ©nial illuminĂ© qui embrase une grande Nation, lui proposant une grande aventure, fondĂ©e sur un idĂ©al (politique ou religieux, il importe peu) et sur « l’étalon-travail », plutĂŽt que sur les dieux habituels : or, stupĂ©fiants, dollar (ou Ă©quivalents exotiques).

Au pis-aller, aprĂšs la pĂ©riode guerriĂšre oĂč de jeunes excitĂ©s se sont Ă©clatĂ©s, tout en dĂ©truisant des milliards en biens ainsi que des milliers ou des millions de vies « sans importance », on recommence le cycle Ă©conomique. En clair : on repeuple et on rebĂątit.

Autant que peut en juger un sujet qui a un peu Ă©tudiĂ© l’histoire, c’est comme cela que fonctionne l’humanitĂ© depuis l’AntiquitĂ©. La FED et ses imitatrices rĂ©gionales ne font que rĂ©guler le fait humain : Ă  la tragĂ©die succĂšde la bouffonnerie hĂ©doniste
 certains nomment cela ComĂ©die humaine. L’essentiel est de s’occuper durant la pĂ©riode de vie sur Terre, avant de sombrer dans le nĂ©ant
 en n’oubliant pas trop la phrase d’un grand moraliste : « Jouir rend vulgaire. »

La guerre (ou toute autre activitĂ© destructrice – en mĂ©decine, on parle de catabolisme) et l’économie (ou tout autre systĂšme constructeur – l’anabolisme) participent du mĂȘme processus que l’on peut rĂ©sumer simplement par l’adage populaire : « L’argent, c’est fait pour rouler »  quant aux experts, ils n’ont jamais rien prĂ©vu et ont rarement proposĂ© des mesures efficaces, les « amateurs » s’avĂ©rant gĂ©nĂ©ralement plus inventifs, il n’est que d’étudier l’histoire pour s’en assurer.

On peut toujours critiquer « le monde comme il va », ça fait passer le temps et ça donne l’impression d’ĂȘtre un grand penseur. Mais une vie d’homme est peut-ĂȘtre une activitĂ© plus sĂ©rieuse : transmettre son hĂ©ritage gĂ©nĂ©tique, participer Ă  une grande aventure collective ou laisser une Ɠuvre
 jouer les Cassandre participe-t-il de cet idĂ©al ? À chacun d’en dĂ©cider souverainement.

EuroLibertĂ©s : toujours mieux vous rĂ©-informer 
 GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le systÚme ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertĂ©s rĂ©-informe parce qu’EuroLibertĂ©s est un mĂ©dia qui ne dĂ©pend ni du SystĂšme, ni des banques, ni des lobbies et qui est dĂ©gagĂ© de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertĂ©s est un acteur incontournable de dissection des politiques europĂ©ennes menĂ©es dans les États europĂ©ens membres ou non de l’Union europĂ©enne.

Ne bĂ©nĂ©ficiant d’aucune subvention, Ă  la diffĂ©rence des mĂ©dias du systĂšme, et intĂ©gralement animĂ© par des bĂ©nĂ©voles, EuroLibertĂ©s a nĂ©anmoins un coĂ»t qui englobe les frais de crĂ©ation et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les dĂ©placements indispensables pour la rĂ©alisation d’interviews.

EuroLibertĂ©s est un organe de presse d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral. Chaque don ouvre droit à une dĂ©duction fiscale Ă  hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une dĂ©duction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coĂ»te en rĂ©alitĂ© que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertĂ©s (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigĂ© vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sĂ©curisĂ©e.‹ 

3 : Faire un don par chĂšque bancaire Ă  l’ordre d’EuroLibertĂ©s

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-BicĂȘtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez à Marie-France Marceau au 06 77 60 24  99

A propos de l'auteur

Bernard Plouvier

Ancien chef de service hospitalier, spĂ©cialisĂ© en MĂ©de­cine interne.Il est auteur de nombreux livres historiques (L’énigme Roosevelt, faux naĂŻf et vrai machiavel ; La tĂ©nĂ©breuse affaire Dreyfus ; Hitler, une biographie mĂ©dicale et politique ; Dictionnaire de la RĂ©volution française,
) et d'essais (RĂ©flexions sur le Pouvoir. De Nietzsche Ă  la Mondialisation ; Le XXIe siĂšcle ou la tentation cosmopolite ; Le devoir d’insurrection,
). Il a Ă©tĂ© Ă©lu membre de l’AcadĂ©mie des Sciences de New York en mai 1980.

Articles similaires