John Flynn, le cĂ©lĂšbre Ă©conomiste libertarien, parlait de la faillite US lorsque la dette du LĂ©viathan Ă©tait, dans les annĂ©es cinquante, de 250 milliards de dollars. On en est Ă  20 000 milliards et tout le monde s’en moque, les marchĂ©s les premiers. La faillite, c’est pour l’an 3000 !

Lingots or

Les Chinois, les Mexicains et les Indiens (c’est partout dans la presse) se ruent encore sur l’immobilier amĂ©ricain, chaque mĂ©nage riche installĂ© lĂ -bas espĂ©rant que le rejeton deviendra amĂ©ricain ! Quant Ă  la dette amĂ©ricaine, je vous conseille de lire l’article d’Alexandre Artamonov dans Pravdareport.com. Elle n’effraie que les imbĂ©ciles ou les vendeurs d’or. Il est amusant de rappeler que les ruĂ©es vers l’or reposaient sur des rumeurs, saccageaient des contrĂ©es entiĂšres, tuaient ou ruinaient presque tous les chercheurs et enrichissaient les vendeurs de pioche et de whisky.

Tous les sites-catastrophes, eux-mĂȘmes appartenant Ă  des sites manipulateurs d’achats et de ventes d’or, ne cessent de nous dire d’acheter de l’or. Pour l’instant ces sites ont surtout rĂ©ussi depuis dix ans Ă  nous faire rater tous les rebonds boursiers et les hausses Ă©normes des indices amĂ©ricains !

Mais sur un site consacrĂ© Ă  l’inflation, on trouve ceci : « Le record absolu du prix de l’once d’or a Ă©tĂ© Ă©tabli le 6 septembre 2011 à 1 921,17 USD. »

Hier, le mĂȘme site soulignait qu’on n’était qu’à 1 326 dollars. On perd 30 % en cinq ans. Certains avaient bu un beau bouillon (toujours dans le cadre de cette spĂ©culation-catastrophe qui repose sur un effondrement apocalyptique et providentiel du systĂšme) pour s’ĂȘtre fait prendre par la spĂ©culation des annĂ©es Bush qui avait vu l’or dĂ©marrer de 265 dollars le 20 octobre 2000 ! Mais on avait achetĂ© l’or beaucoup plus haut que cela avant qu’il ne retombe !

L’or baisse et monte comme tout le reste. Une fois cette lapalissade admise, il semble qu’il est difficile de le conseiller comme remĂšde dans un systĂšme qui ne s’écroule (hĂ©las ou pas hĂ©las ! c’est un autre problĂšme)
 pas tant que cela !

La bonne affaire, c’était bien sĂ»r les annĂ©es soixante-dix aprĂšs la dĂ©cision Nixon, mille milliards de fois commentĂ©e, de dĂ©coupler or et dollar (il a eu raison quand on voit la situation US de l’époque).

Le mĂȘme site ajoute : « Le record du prix de l’once d’or a Ă©tĂ© Ă©tabli le 21 janvier 1980 avec un cours Ă  850 USD. »

On partait de 35 dollars l’once. Il faut donc partir de 1980 pour ĂȘtre honnĂȘte, et pas de 1970.

Et si l’or n’est montĂ© que de 850 Ă  1 326 dollars en 35 ans, c’est une trĂšs mauvaise affaire. L’immobilier a Ă©tĂ© multipliĂ© par 20 entre-temps oĂč que ce soit ou Ă  peu prĂšs ! L’immobilier a mĂȘme Ă©tĂ© multipliĂ© par 60 dans certains coins que je connais bien de Paris ou de la cĂŽte d’Azur !

Tout cela nous est vendu par des docteurs-catastrophe, bien contents de prendre leur voiture chaque matin, d’aller Ă  la station-service et de payer en carte bleue : si le systĂšme craque, comment ceux qui dĂ©tiennent de l’or survivront-ils de toute maniĂšre ? Ils seront les premiers Ă  se faire Ă©charper et on leur grillera les doigts de pied comme Ă  toutes les bonnes Ă©poques.

Les seuls endroits sĂ»rs seront des rĂ©gions peu peuplĂ©es, homogĂšnes ethniquement, retirĂ©es gĂ©ographiquement, prospĂšres sur le plan agricole
 Et des rĂ©gions de populations prĂȘtes Ă  travailler et Ă  se dĂ©fendre. En reste-t-il en Europe ou en AmĂ©rique ?

Enfin rappelons que l’État peut vous prendre votre or. Comme en 1933, aux USA (GRA) et en Allemagne
 nazie !

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertĂ©s n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontĂ©s aussi dĂ©vouĂ©es soient elles
 Sa promotion, son dĂ©veloppement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nĂ©cessitent une Ă©quipe de collaborateurs compĂ©tents et disponibles et donc des ressources financiĂšres, mĂȘme si EuroLibertĂ©s n’a pas de vocation commerciale
 C’est pourquoi, je lance un appel Ă  nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prĂȘts Ă  nous aider ; il faut dire qu’ils sont trĂšs sollicitĂ©s par les medias institutionnels
 et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertĂ©s et eux, c’est assez incompatible !
 En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertĂ©s.

A propos de l'auteur

Nicolas Bonnal

Essayiste et chroniqueur politique, Nicolas Bonnal est l’auteur d’une quinzaine de livres sur la politique, l’identitĂ©, l’initiation et le cinĂ©ma
 Derniers livres parus aux Éditions Dualpha : Le paganisme au cinĂ©ma ; La chevalerie hyperborĂ©enne ; le Graal et Donald Trump, le candidat du chaos. Il est le correspondant d'EuroLibertĂ©s en Espagne.

Articles similaires